3 raisons pour lesquelles Djokovic ne regagnera peut-être plus un Grand Chelem

Battu d’entrée à Indian Wells par Taro Daniel, 109e à l’ATP, Novak Djokovic vit décidément des temps difficiles. Après s’être finalement fait opéré du coude il y a quelques jours, le Serbe semble embarqué dans une spirale négative et un certain « Spleen » individuel depuis plusieurs mois. 3 raisons nous font vraiment douter du fait que l’ex-numéro un mondial puisse un jour regagner un titre du Grand Chelem

 

Il semble rassasié

Depuis 2011, année de sa véritable éclosion après sa conquête de la Coupe Davis, Novak Djokovic a tout gagné (excepté les Jeux Olympiques).  Open d’Australie, Wimbledon, Roland-Garros en passant par l’US Open, le Masters et la place de numéro un mondial, le serbe a gagné tous les titres qu’on peut rêver de gagner dans une carrière. Néanmoins, depuis son titre à Roland-Garros, on sent en effet une certaine lassitude, comme s’il n’avait plus rien à accomplir, ayant déjà tout gagné mais étant trop loin des légendes Federer et Nadal pour espérer être considéré à leur égal un jour. Le Serbe semble désormais avoir des difficultés à trouver la motivation nécessaire.

 

Il n’a jamais révolutionné son jeu

À la différence d’un Federer ou d’un Nadal justement, qui ont adapté leur jeu pour répondre au « nouveau style » qui s’est installé sur le circuit ces dernières années (avec des échanges qui se jouent en beaucoup moins de coups de raquettes et avec plus de styles de jeu offensifs par exemple), Novak Djokovic n’a pas changé son fond ni sa philosophie de jeu, ce qui le rend prévisible, et ce qui de surcroît le fatigue de plus en plus lui-même.

 

Son physique grince 

Plus inquiétant, au delà de sa motivation en berne, le physique de Djokovic ne cesse de lui jouer des tours ses dernières semaines. Comme à la genèse de sa carrière, le Serbe est apparu très court physiquement lors de son match face à Taro Daniel. À 1-2 0-40 dans la troisième manche, il s’est même arrêté lors d’un point rallye, laissant le break au japonais pour finalement ne plus marquer un seul jeu derrière, comme s’il abdiquait. Le fait qu’il doive se faire opérer montre bien que quelque chose cloche dans le corps de Novak Djokovic. Inquiétant, même s’il est légitime de lui laisser encore du temps avant de juger si oui ou non, il n’est plus le même qu’avant.

 

Grégoire ALLAIN (@GregoireAln)

Les Commentaires sont fermés.