Entre le soleil et les deux mers : retour sur la semaine cycliste

On a légèrement omis les plus petites épreuves cette semaine. Mais avec Paris-Nice et Tirreno-Adriatico, nous étions largement servis pour composer nos tops et nos flops de la semaine. Nous avons pris en compte à partir de la 2eme étape de Paris-Nice jusqu’à son terme, et du début de Tirreno jusqu’à la 5eme étape.

En remportant Paris-Nice, Marc Soler est l’homme fort de la semaine. Crédit : site officiel Movistar Team.

Top coureurs

Marc Soler (Movistar)
Bien évidemment, c’est le vainqueur de la semaine. Alors que Tirreno est encore en cours, l’Espagnol s’est adjugé Paris-Nice. Et de quelle manière. Marc Soler a réussi à mettre le coup d’accélérateur au dernier moment, au moment où cela le nécessitait, dans l’étape finale, disputée dans des conditions chaotiques et des ascensions compliquées à négocier. Tout ça après avoir isolé le maillot jaune, Simon Yates. Soler est venu récompenser l’excellent travail de son équipe Movistar.

Mikel Landa (Movistar)
Tirreno n’est pas terminé, même si on se doute que l’Espagnol n’a quasiment aucune chance de le remporter, puisqu’il est 3eme avec un contre-la-montre qui lui est défavorable. Mais Mikel Landa a au moins eu le mérite de gagner l’étape reine. Là aussi, avec la manière. Parti un peu à contre-temps, il a remonté tout le monde un à un, avant de porter l’ultime accélération qui l’a mené vers la victoire. Il a retenté sa chance le lendemain, mais son attaque était un peu trop tardive. Attaquant récompensé.

Rudy Molard (Groupama FDJ)
Pas facile de trancher parmi les vainqueurs d’étape de Paris-Nice. On voulait féliciter l’abnégation de Rudy Molard. Lors de l’arrivée à Vence, il a tenté, à plusieurs reprises, de s’isoler à l’avant. En vain… jusqu’au dernier kilomètre où son ultime offensive a fait mouche. Il remporte son premier succès World Tour de fort belle manière. Il termine au général à une honorable 15eme place. Mais bien évidemment, c’est de sa victoire d’étape dont on se souviendra.

On n’oublie pas non plus Marcel Kittel (Katusha). L’Allemand a enfin débloqué son compteur en 2018, avec sa nouvelle équipe (on a dit qu’on prenait en compte jusqu’à la 5eme étape, donc faisons comme si on ne savait pas qu’il avait fait le doublé…). Primoz Roglic (LottoNL-Jumbo), qui poursuit sa progression en signant un superbe succès à Trevi. Son attaque a laissé tout le monde sur place. Enfin, Jérôme Cousin (Direct Energie), dont la victoire a fait polémique. Mais nous, on aime aussi les coureurs qui courent avec leur tête.

Flop coureurs

Christopher Froome (Sky)
On sait pertinemment que le Britannique n’est peut-être pas à 100% concentré sur ses courses. Mais la faute à qui ? Personne ne l’a forcé à être là (du moins, on croit). Et puisqu’il est là, on juge ses performances comme les autres. Pour le moment, elles sont très mauvaises. Ce n’est pas le Froome de juillet qu’on voit sur Tirreno, et les étapes où il termine dans le peloton, ou proche des favoris, se font rares. Le savait-il avant la course ? En tout cas, rien ne va chez lui pour le moment.

Miguel Angel Lopez (Astana)
Son début de saison était prometteur, mais la transition en Italie est compliquée pour le Colombien. Miguel Angel Lopez n’est pas franchement au niveau attendu sur ce Tirreno, et c’est dommage, car le plateau présent sur la course fait rêver. Du coup, on aurait aimé voir de quoi était capable « Superman » face à ces grands noms. On aurait bien aimé le voir à l’avant sur l’arrivée à Filottrano, pour un hommage à Scarponi. Lui aussi sans doute, mais malheureusement ses jambes ne répondaient pas.

Nacer Bouhanni (Cofidis)
Il est désormais le dernier sprinteur du peloton à ne pas avoir gagné cette année. Paris-Nice, une course qui lui convient parfaitement depuis plusieurs années, était l’occasion idéale d’engranger de la confiance. C’est tout le contraire. Nacer Bouhanni était encore relativement absent, et n’a pas montré le maillot dans les emballages finaux. C’est inquiétant, d’autant que Milan San Remo se profile, et la Primavera séduit particulièrement le Français. On se demande même si Christophe Laporte n’aurait pas intérêt à porter le leadership des rouges…

Parce que la semaine était chargée, on a quelques autres idées de flops qu’on voulait évoquer. On a notamment Vincenzo Nibali (Bahrain). L’Italien est un attaquant, et c’est souvent à cela qu’on remarque sa forme. Mais sur Tirreno, rien ne semble se passer comme prévu. Greg Van Avermaet (BMC) a du mal à jouer aux avant-postes, même si ses objectifs sont ailleurs. Enfin, Warren Barguil (Fortueno Samsic) a lui aussi éprouvé des difficultés sur Paris-Nice. Tempérament d’attaquant, mais il n’en a rien été cette semaine.

Top équipes

BMC Racing Team
L’équipe rouge et noire a remporté le chrono inaugural par équipe sur Tirreno. Forcément, on se devait de saluer cette performance collective. Mais c’est loin d’être leur seul fait d’armes de la semaine. Damiano Caruso joue la victoire finale sur Tirreno, fort de la performance de BMC. Il n’est qu’à 3 secondes de Kwiatkowski, alors qu’il ne reste qu’un court chrono de 10km, solitaire cette fois-ci. On peut aussi saluer la performance de Dylan Teuns sur Paris-Nice, qui a été étincelant, notamment sur la deuxième moitié de course.

Mitchelton Scott
Vous aurez sans doute remarqué l’absence des frères Yates en top coureurs. C’est parce qu’on voulait saluer leurs performances ici-même. Simon a cru tenir le trophée sur Paris-Nice, avant que Soler ne le renverse dans le final. Quant à Adam, il a remporté une belle étape sur Tirreno, avec une très grosse attaque qui a mis tout le monde d’accord. Mais ce n’est pas tout, on voulait évoquer la performance d’équipier de Roman Kreuziger, qui a fait basculer Paris-Nice en faisant exploser le peloton des favoris sur l’arrivée à La Colmiane, étape reine, remportée justement par Simon Yates.

Flop équipes

Dimension Data
Les semaines se suivent et se ressemblent pour l’équipe sud-africaine. Malheureusement, rien ne se passe comme prévu du côté de Dimension Data. A commencer par sa star, Mark Cavendish. Le Britannique enchaîne les lourdes chutes et, en conséquence, les absences. Il a chuté en ouverture du Tirreno, avec le visage ouvert à plusieurs endroits. Mais en plus, aucun de ses coéquipiers ne parvient à briller. Les tops 15 relèvent déjà de l’exploit pour l’équipe, qui souffre en ce début de saison 2018.

Trek Segafredo
Eux aussi apparaissent dans notre flop à nouveau. Même si on est qu’au début de la saison, la situation est un petit peu préoccupante. Presque toutes leurs meilleures cartes étaient en course cette semaine, et c’est un échec groupé. John Degenkolb a eu du mal dans les sprints. Côté leaders, ni Mollema, ni Pantano n’ont montré le maillot sur Paris-Nice. Sur Tirreno, Nizzolo a bien décroché une 3eme place, mais Stuyven ou même Felline regardent la course de trop loin. Attention à ne pas commencer à douter.

Rendez-vous lundi prochain, pour un nouveau point sur la semaine cycliste à venir.

A propos de l'auteur

Je ne sais pas qui attaque le plus entre Pierre Rolland et Rafael Nadal. Je ne sais pas qui monte le mieux entre Chris Froome et Ivo Karlovic. Je ne sais pas non plus qui cumule le plus de revers entre Stan Wawrinka et Nacer Bouhanni. Je n'ai jamais su choisir entre le tennis et le vélo. Mais ce dont je suis sûr, c'est que je n'ai percé dans aucun de ces deux sports.

Commentaires

Poster un commentaire