François Pinet : « Mon objectif est de voir chaque minute de chaque match »

Journaliste à RMC, Explicite et présent dans 100 % Foot sur W9 cette année, François Pinet revient pour nous sur son évolution de carrière et sur cette Coupe du monde. Qu’il entend vivre avec passion.

 

Pouvez-vous nous rappeler pourquoi vous avez quitté i-Télé ?

C’était dans le contexte de la grève de novembre 2016 : les journalistes avaient des revendications éditoriales et voulaient plus de certitudes. Je devais faire un choix au sortir de la grève : partir ou pas. Je faisais l’émission 20h Foot depuis 2010. J’étais installé mais je n’avais pas forcément envie de rester dans la nouvelle chaine et je voulais aussi voir autre chose. Je suis donc parti même si je n’avais rien en sortant.

RMC m’a appelé en octobre 2017 et je fais maintenant des émissions, comme Team Duga par exemple et je présente la matinale le week-end. En attendant, je faisais des chroniques ou des interventions à RTL et France Info.

Passer de la télé à la radio s’est-il fait naturellement ?

Je n’ai pas trop changé ma façon de faire à RMC. Je suis resté moi-même. Après, il y a deux grosses différences. D’abord, on a une plus grande liberté de temps à la radio : on peut davantage développer ses idées et c’est aussi plus facile d’avoir des intervenants au téléphone. C’est très agréable.  Lorsqu’on arrive en studio, c’est plus naturel car on n’a pas la lumière, les caméras ou les projecteurs. Ensuite, il y a une technique à avoir puisqu’il faut faire beaucoup de teasing (annoncer ce qui est à venir) pour que les gens restent. On ne m’a pas demandé d’avoir un ton radio. J’apprends et je suis très content de découvrir ce média.

Vous participiez aussi à 100 % Foot, quel était votre rôle ?

J’avais un rôle un peu différent d’i-Télé. Ils m’ont appelé en mars 2017 quand je suis parti de la chaine. J’avais un rôle de consultant, pour réagir aux matchs et donner mon avis.

Vous pensez prolonger ?

W9 a perdu les droits TV pour l’Europa League au dépend de SFR Sport, qui deviendra RMC Sport. Cela dépendra de ce que veut faire le groupe M6.

Quel a été votre ressenti lorsque vous étiez à Marseille pour la finale d’Europa League ?

Je me doutais de l’ambiance qu’il y aurait à Marseille pour une finale. Il y a eu une ambiance de fête l’après-midi où tout le monde chantait sur le vieux port. Les jeunes, les anciens, tout le monde avait son maillot aux couleurs de l’OM. Tous y croyaient puis ont très vite compris que ce serait compliqué. Les supporters sont restés jusqu’au bout puis se sont dispersés. Certains sont restés pour tout de même mettre l’ambiance sur le Vieux port. Il y a eu très peu de frictions avec les forces de l’ordre mais rien d’important, heureusement.

En parallèle, vous travaillez pour Explicite. Est-ce une façon de vous engager personnellement dans le journalisme après i-Télé ?

D’anciens d’i-Télé m’ont contacté pour que je donne un coup de main. Ils m’ont proposé d’intégrer la rédaction en avril 2017. Je fais des reportages plus longs avec des formats différents, je peux débriefer des matchs à ma manière et j’utilise différents supports, tels que les papiers écrits, ce que je n’avais jamais faits. Il y a un côté explicatif qui peut être plus important puisqu’on parle aussi à des gens non spécialisés car Explicite est un média généraliste. Je l’ai fait parce que le projet était intéressant et non par rapport à iTtélé.

Le média s’est-il assez développé pour vivre des abonnements de ses lecteurs ?

Je ne suis pas dans les secrets. D’abord Explicite avait une version gratuite, via des live sur les réseaux sociaux puis ils sont passés par une phase d’abonnement, qui est un autre moyen de se financer. Ils ont un angle différent qui peut attirer des lecteurs même si on sait que c’est difficile de demander aux gens d’investir.

Peut-on dire que vous êtes un journaliste polyvalent ?

J’ai l’avantage de savoir présenter des émissions ou intervenir sur différentes chaines. Après pour ce qui est de la polyvalence, maintenant il faut savoir tourner et en même temps être devant et derrière la caméra. C’est plus compliqué si je dois être derrière. Je peux être polyvalent s’il faut que je parle de plusieurs sports, comme on l’a fait pour la finale de Top 14. Je fais quelque chose qui me plait et c’est une chance.

Vous ferez donc partie du dispositif de RMC pour la Coupe du monde ?

Oui, je serai sur RMC toutes les semaines, je participerai aussi aux debriefs faits sur BFM TV le soir. La chaine mettra en place un dispositif spécial pour les Bleus avec une émission avant, pendant la mi-temps et après chaque match des tricolores.

Par exemple, je serai à la radio le samedi matin et j’irai ensuite à BFM TV pour débriefer le match du midi de l’Equipe de France.

D’ailleurs, c’est assez difficile de donner un pronostic …

Effectivement. Après, trois équipes se dégagent. L’Espagne a toujours une génération excellente, parvient à sortir de nouveaux joueurs performants et a un jeu identifié. Le Brésil a beaucoup progressé et a en plus Neymar qui peut faire la différence sur un match. L’Allemagne n’a pas brillé lors de ses matchs amicaux mais ils ont des bases solides. Il faudra voir si Joachim Löw arrive toujours à faire passer un message à son équipe.

La France quant à elle est le premier outsider mais peut être mise au même niveau que l’Allemagne. Elle n’a pas encore toutes ses certitudes mais elle n’a pas à rougir.

Enfin, que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

[Réfléchit un peu] Continuer à prendre du plaisir à regarder des matchs de foot comme je le fais actuellement. Depuis tout petit je rêvais de faire ce métier donc j’en profite énormément. J’attends avec impatience la Coupe du monde et mon objectif est de voir chaque minute de chaque match. Je sais que cela va être difficile avec mon emploi du temps mais j’y crois.

 

Merci beaucoup, et bonne Coupe du monde !

A propos de l'auteur

#teamgardien

Poster un commentaire