High in the Sky : épisode 3

Chaque lundi, « High in the Sky » sera une rubrique qui reviendra en détails sur les rencontres et faits marquants de la semaine précédente pour le Chicago Sky, avec aussi parfois un focus sur une joueuse précise afin de suivre régulièrement l’évolution de ce groupe et découvrir l’effectif ainsi que le staff.

Episode 3 : Ajustements

Jeudi 31 mai, presque une semaine après le dernier match disputée par le Sky, la franchise donne (enfin) des nouvelles de son infirmerie, confirmant que la rencontre à Seattle n’a pas laissé des traces que dans les têtes ! Arme offensive numéro 1 de l’équipe avec 19.3pts par match, Allie Quigley souffre de la hanche et n’a pas participé au moindre entraînement de toute la semaine. Même chose pour Stefanie Dolson, qui porte une grosse attelle au pied droit à cause d’un tendon douloureux. Sans ses 2 All Stars, c’est toute une attaque à repenser et le renfort de Vandersloot, revenu de Turquie lundi dernier, n’est pas de trop même si son manque de fraîcheur après une longue saison, ajouté à son manque d’automatismes avec ses nouvelles coéquipières, laissent à penser qu’il faudra faire preuve de patience.

Pas la meilleure manière de préparer la venue de la meilleure équipe de l’Est. Connecticut a remporté ses 3 premiers matchs, tous à la maison, avec une attaque de feu (plus de 96pts en moyenne) et 6 joueuses qui tournent à plus de 10pts par match ! Leur alchimie collective tranche net avec le manque de repère du Sky et ça va vite se ressentir … Si Chicago démarre fort avec de bons cuts de ses Rookies, Connecticut va rapidement hausser le rythme et obtenir de nombreuses contre attaques en profitant du manque d’automatisme de Chicago, qui peine à faire circuler la balle, avec Vandersloot elle aussi assez empruntée et maladroite dans ses transmissions. Même l’association des 2 meneuses Vandersloot et Faulkner en même temps ne donne rien de productif, d’autant que personne ne parvient à combler la menace à 3pts que représente Quigley.

Du coup c’est Inside que les choses se passent. Cheyenne Parker fait des ravages avec ses hooks, ses rebonds offensifs et une défense énergique sur Ogwumike, mais ce bon passage ne suffit pas à masquer les carences du Sky, qui se précipite trop en attaque et envoie de nombreux ballons en touche (13 balles perdues à la pause, 23 au total sur la rencontre) tandis que de nombreux lay-ups roulent sur le cercle et ressortent. Le Sun en profite pour prendre le large, toujours avec son attaque parfaitement huilée ou tout le monde participe. Elles mènent de 13pts à la mi-temps (48-35).

Mais si Chicago revient avec de meilleures intentions, affichant plus de fluidité dans l’exécution des pick’n’rolls, Connecticut réplique à chaque fois et décourage le Sky, qui va progressivement abandonner l’affaire … Quand ce n’est pas Alyssa Thomas, c’est Ogwumike, ou Jonquel Jones (20pts à 8/10, 3blks en sortie de banc) ou Bentley (20pts à 8/11 en sortie de banc) … Le danger vient d’absolument partout et Chicago n’a pas grand chose à proposer en guise de réponse, si ce n’est l’énergie de DeShields qui fait des stats dans le vide (15pts avec 9/10 aux lancers). Au final les filles d’Amber Stocks subissent un violent 62-37 en 2ème mi-temps pour s’incliner sèchement 110-72 ! Une défaite de 38pts qui est le 2ème blowout de suite à domicile après celui contre Atlanta (-18) 10 jours plus tôt. Auteur de 8 balles perdues à elle seule, Vandersloot symbolise les lacunes de cette équipe toujours en quête de cohésion.


11pts, 7asts mais aussi 8 balles perdues pour Vandersloot lors de son retour … dur !

L’occasion était belle de se relancer 2 jours plus tard face à Las Vegas. Même salle, mêmes absences dans l’effectif mais une opposition bien moins conséquente puisque les Aces venaient tout juste de remporter leur 1er match de la saison … Et pourtant ce sont elles qui ont pris le meilleur départ et une avance de 15pts au milieu du 2ème quart-temps, après un premier acte totalement manqué de la part du Sky (12pts à 3/19 aux tirs, 5 balles perdues), tandis qu’A’Ja Wilson, 1er choix de la dernière Draft et déjà dans le Top 5 de la ligue au scoring, comptait 12pts dans le même temps !

Mais cette fois Chicago ne baisse pas les bras et va au contraire s’adapter intelligemment. En profitant du 1er pas dévastateur de DeShields ou de la puissance sous le cercle de Cheyenne Parker, le Sky va revenir petit à petit en allant chercher ses points sur la ligne des lancers, provoquant de nombreuses fautes pour réduire l’écart sans trop faire tourner l’horloge. A la pause le déficit est descendu à 7pts (52-45) mais on sent que le momentum est en train de tourner.

Chicago le comprend bien et accélère encore à la reprise. Des Hustles Plays, des tirs démarqués après une bonne circulation de balle, tout s’enchaîne à merveille pour les locales, qui repassent devant et renversent totalement la partie. Entre l’équipe résignée 2 jours plus tôt et celle ci ultra combative et généreuse dans l’effort, la différence est sidérante. Tout le monde est impliqué, grâce aussi à une Vandersloot plus dans ses standards en terme de créativité et vision du jeu (9asts et seulement 2 TO’s). Le Sky passe son temps aux lancers (32/38) à l’image de Diamond DeShilds, qui va y chercher un Career High de 25pts avec 11/14 sur la ligne.


Diamond DeShields a été intenable face à Las Vegas

Cheyenne Parker signe également le match de sa vie, avec un énorme double double en sortie de banc (20pts à 9/15, 13rbs dont 4 offensifs, 3stls et 2blks), confirmant son excellent début de saison et sa nette progression après plusieurs années ou elle semblait stagner plus qu’autre chose. Le fait d’avoir connu sa 1ère expérience à l’étranger ? En tout cas elle est revenue transformée et surprend agréablement son monde.

Malgré tout ça, la rencontre reste indécise et Las Vegas pousse pour s’offrir une fin de match serrée, revenant à 91-90 à 64 secondes du terme. C’est à ce moment là que Jamierra Faulkner clôt les débats. Démarquée sur le côté, elle claque un THREE qui va plier la rencontre à 40 secondes de la fin. Un 3ème THREE dans ce match pour elle en forme de rédemption, après ses erreurs qui ont, en partie, coûté le match à Seattle la semaine précédente ! Les filles de Bill Laimbeer ne s’en remettront pas. Chicago s’impose 95-90 et met fin à une série de 3 défaites de rang pour équilibrer le bilan (3-3).

Un bilan et une prestation intéressante qui seront mis à l’épreuve lors des prochains matchs, avec un West Road Trip qui s’annonce périlleux avec au programme Phoenix (8 juin), Los Angeles (10 juin) et Seattle (12 juin) avant de retrouver la Wintrust Arena le 17 … face à Los Angeles !

Espérons que d’ici là, Quigley et Dolson seront de retour, elles ne sauront pas de trop …

Poster un commentaire