High in the Sky, le debrief

Chaque lundi, « High in the Sky » sera une rubrique qui reviendra en détails sur les rencontres et faits marquants de la semaine précédente pour le Chicago Sky, avec aussi parfois un focus sur une joueuse précise afin de suivre régulièrement l’évolution de ce groupe et découvrir l’effectif ainsi que le staff.

 

Episode 2 : Retour à la réalité

 

Les 2 belles victoires obtenues par le Sky pour débuter la saison régulière ont agréablement surpris. Mais même si elles font bien entendu plaisir, tout le monde à Chicago est suffisamment conscient du projet en court pour cette jeune équipe, dans une longue phase d’apprentissage, pour ne pas s’enflammer inutilement. Même si la performance des Rookies, DeShields en particulier puis Coates et Williams par passage a donné des motifs de satisfactions, la faiblesse de l’adversité (Indiana) ou ses nombreuses absences (NY) aident à relativiser.

 

Ainsi la réception d’Atlanta mercredi 23 était un test important, pour voir si ce jeune groupe était capable d’enchaîner les résultats mais aussi les performances intéressantes. Les réponses ont été nettes ! Dans une rencontre ou elles n’auront jamais menées au score, les filles d’Amber Stocks ont affiché de sérieuses lacunes techniques et un manque total de communication défensive, laissant des boulevards aux joueuses adverses pour attaquer le cercle, McCoughtry en tête, puis faisant des fautes stupides pour tenter de rattraper le coup, offrant des And Ones en pagaille.

L’ex Sky Jessica Breland, brillante pendant de nombreuses années à Chicago pour sa défense, fait mal à ses anciennes partenaires en coupant tout accès au cercle à une équipe qui peine à faire circuler la balle et ne tente que des exploits individuels. Sans un gros And One et quelques contres bien sentis de Stefanie Dolson, le match aura été plié avant même la mi-temps, ou le Dream mène 39-27 en limitant Chicago à 27% aux tirs dans sa propre salle.

 

Performantes sur les premiers matchs, les Rookies peinent à enchaîner. Alaina Coates est en retard en défense et ne touche pas une balle en attaque, DeShields tente quelques tirs mais sans réussite, Gabby Williams est transparente. Ceci étant les autres ne font guère mieux. Allie Quigley est totalement muselée en défense par l’excellente Tiffany Hayes, qui l’a fait sortir de son match avec un pressing agressif qui a porté ses fruits, en plus de l’avoir fait courir de l’autre côté (22pts dont 4/6 à 3pts). L’énergie et la rigueur défensive d’Atlanta, qui sortait d’un match à Dallas ou elles avaient encaissées 101pts, annihilent totalement Chicago, qui se retrouve au milieu du 3ème quart avec 20pts de retard (55-35) et autant de balles perdues que de paniers inscrits (12).

Malgré un match déjà plié, Stocks laisse ses titulaires et Quigley en profite pour inscrire 11pts au 4ème quart et être la seule joueuse côté Chicago à scorer en double figure (13pts). Mis à part la nouvelle bonne entrée de Cheyenne Parker, rien de bien fameux à signaler dans ce blowout (81-63) qui aura remis tout le monde à sa place si besoin était. Atlanta remporte là son 1er match de la saison et Chicago fait face à ses premiers doutes.

 

2 jours plus tard à Seattle, c’est comme si une toute autre équipe avait débutée le match, avec plus d’agressivité et une bien meilleure circulation de balle, face à une équipe de Seattle dangereuse, qui continue de jouer vite de l’avant malgré les 37 ans de leur légendaire meneuse Sue Bird. Mais celle qui a le plus d’impact s’appelle Natasha Howard. En sortie de banc, la Championne WNBA 2017 avec Minnesota enchaîne les Hustle Plays comme à son habitude. Rebonds offensifs durement arrachées, retours défensifs solides, elle maintient Seattle dans la rencontre même si c’est Chicago, grâce à une excellent début de rencontre de Diamond DeShield, qui arrive en tête après 10, puis 20 mins (17-14 après un quart puis 44-41 à la pause).

 

Le 3ème quart va produire de très beaux mouvements collectifs des 2 côtés et offrir une lutte acharnée, avec les très bons moves de Jewell Loyd qui tente tout pour jouer un mauvais tour à sa ville natale, tandis qu’en face DeShields continue d’afficher un sang froid et une confiance bluffante pour son age, en plus de qualités athlétiques remarquables pour attaquer le cercle avec force, avant que Quigley ne signe un 5-0 à elle seule dans la dernière minute du 3ème quart pour donner de l’air à son équipe (73-62).

 

Au 4ème quart Chicago continue de dérouler, avec des caviars de Jamierra Faulkner qui régale ses partenaires Inside et offre une avance de 14pts aux siennes à 6 mins de la fin (80-66). Mais alors que tout semble se dérouler à merveille, la machine va se gripper. Seattle ne va pas abandonner, intensifiant son pressing avec un Full Court press qui déstabilise totalement le Sky, qui craque de par son inexpérience. Déjà auteur de 2 violations des 24 secondes plus tôt dans le quart, Chicago en commet 2 autres en plus de perdre des ballons sur des passes difficiles face au bon pressing adverse.

La panique s’empare du Sky, qui ne sait pas comment réagir. Les tirs précipités s’accumulent en attaque et les fautes bêtes en défense offrent des lancers dont le Storm profite pour revenir inexorablement dans la rencontre. Jamierra Fualkner, si précieuse jusqu’ici dans ce match, va manquer un lay-up toalement seule puis se faire contrer sur l’action suivante avant de commettre un retour en zone sous la pression adverse. Des erreurs qui vont coûter cher puisque le Storm, encore mené de 5pts à 35 secondes du terme et auteur d’un vilain 2/18 à 3pts à ce moment du match, va en claquer 2 en quelques secondes, les 2 par Jewell Loyd !

 

Entre ces 2 THREES, DeShields n’a pas tremblée pour inscrire 2 lancers importants, mais comble de ce match, c’est l’expérimentée Quigley qui en manque un ! Son 1/2 sur la ligne sera fatal, car derrière Seattle a le dernier ballon pour gagner ou décrocher l’OT. Brianna Stewart se faufile bien trop facilement jusqu’au cercle et manque son lay-up mais l’inépuisable Natasha Howard est là pour le rebond offensif, le lay-up qui égalise à 87-87 à 8 secondes du terme puis le contre monumentale de l’autre côté sur DeShields qui partait au lay-up ! Prolongation !

Mentalement Chicago n’y est plus du tout et va craquer sous la pression infligée par le Storm qui a tout le momentum ! Héroïque, la jeune DeShields est la seule à trouver le chemin du panier, avec un lay-up et un Floater qui donnent un semblant d’espoir … mais peine perdue. Seattle domine la fin de la rencontre avec une Brianna Stewart intenable qui, une fois encore, accède bien trop facilement au cercle pour crucifier Chicago.

 

Au final Seattle s’impose 95-91 après avoir eu 14pts de retard à 6 mins du terme. Chicago a commit 7 pertes de balles dans le seul 4ème quart et son manque de maturité et d’expérience a été flagrant. Même chose pour Amber Stocks dont les changements (ou manque de changement, c’est selon) n’ont rien arrangé. C’est une défaite au gout amer mais qui fait parti de l’apprentissage du haut niveau par lequel toutes ces jeunes joueuses doivent passer. Il y a beaucoup de leçons à retenir de ce match afin de grandir et devenir une vraie équipe.

 

Mais peut être que les choses vont s’accélérer rapidement … Dimanche soir le Sky a annoncé se séparer d’Adut Bulgak (0 minute en 4 matchs) et de Chelsea Hopkins, qui était la meneuse titulaire sur ces 4 premières rencontres. 2 départs qui n’annoncent qu’une chose : le retour imminent d’Astou Ndour et surtout de Courtney Vandersloot, qui en ont fini avec leur saison Européenne. De quoi envisager la suite avec un peu plus de sérénité.

 

@ChicagoSkyFR

Clément Chavernoz

A propos de l'auteur

Amoureuse du ballon rond depuis mon plus jeune âge, j'essaye d'exploiter mes talents sur les terrains depuis quelques années, même si mon profil ressemble à celui de Gregory Vignal. Le sport est ma religion, l'humour mon passe-temps.

Poster un commentaire