Les Jeux Olympiques, cette boite à émotions

Tous les deux ans, le monde entier est tourné vers une contrée plus ou moins lointaine pour suivre l’un des événements sportifs les plus importants qu’il puisse exister : les jeux olympiques.

De par leur échéance espacée (alternance JO d’hiver et JO d’été tous les deux ans), les olympiades sont incontestablement un des moments les plus attendus du monde sportif et du grand public de manière générale. Au-delà de la simple compétition sportive, les Jeux Olympiques, sont, à mon sens, un des événements les plus prestigieux, rassemblant aventure humaine, cohésion de groupe et esprit de la gagne en un seul événement.

Ils ont la force de pouvoir rassembler tous les deux ans pendant 15 jours une société entière derrière un seul objectif commun : l’amour du sport et du drapeau.

Car avant tout, et même avant le résultat et les médailles, le sport nous fait vivre des émotions incroyables. A mon sens, ces sensations sont décuplées lorsqu’elles sont vécues pour le drapeau. Dans une société où les individus sont de plus en plus individualistes, je me prends à rêver d’imaginer une nation rassemblée comme sont rassemblés nos athlètes : tous ensemble autour d’un objectif commun. A des milliers de kilomètres de notre chère France, une centaine de sportifs français représentés par notre grand Martin Fourcade ont fait vibrer tout un pays. Certains diront « ce n’est que du sport ». Ce n’est que du sport oui, mais le sport n’est-il pas justement salvateur de bien être dans une société où tout va de plus en plus mal ? Moi-même, je me suis surprise à penser que le sport pouvait rendre le monde meilleur.

Cette année, l’esprit sportif a démontré une fois de plus qu’il était au-dessus de tout clivage politique. Si voir la Corée du Nord et la Corée du Sud défilés sous un même étendard restera l’une des images les plus marquantes de ces olympiades, les JO ont l’habitude de nous faire vivre des émotions palpables.

Premier moment fort de ces jeux : les deux plus grands pays ennemis de ces dernières années qui défilent ensemble sous le même drapeau (Crédit photo : Eurosport.fr)

Ne nous le cachons pas, vous comme moi n’avons pas forcément l’habitude de suivre de manière assidue le patinage de vitesse et encore moins le ski cross, discipline qui a ouvert le compteur des médailles avec le titre de la surprenante Perrine Laffont.

Premier titre, et voilà que tout l’esprit des jeux olympiques nous immerge : sensation de joie intense ponctuée par les propos plus qu’émouvants de la jeune française.

Crédit photo : sudouest.fr

L’émouvante réaction de Perrine Laffont après son titre olympique

Cette émotion de voir un français avec sa médaille autour du coup nous transpercera de bonheur à 15 reprises. Si l’on a l’esprit mathématiques, cela revient à une médaille par jour, le compte est bon !

Si certains rabats joies tirent un bilan mitigé de cette édition 2018, pour moi, une olympiade réussie ne dépend pas que des performances sportives. A mon sens, les jeux olympiques sont surtout une aventure humaine, une boîte à rêves que l’on ouvre pour s’évader de ses petits soucis du quotidien. N’est ce pas là justement toute l’essence du sport ?

Cet événement est aussi l’occasion de voir des disciplines peu médiatisées. Je ne vous le cache pas : à part le tennis dont je suis de manière très assidue au quotidien, je n’ai pas pour habitude de suivre le biathlon ou le ski de fond. Voilà ce qui fait aussi la force de cette compétition : mettre en lumière ces sports peu regardés du grand public. Et justement… 24h, après la fin de la compétition, je dois admettre avec nostalgie que tous ces sports dont je n’a pas l’habitude de regarder me manquent terriblement.

Hé oui, M. Ménès, dans la vie il n’y a pas que le foot ! On peut tout aussi bien s’emparer des plus belles émotions du monde devant la victoire in extremis de Martin Fourcade à la mass start. Pour moi, et finalement peut importe la couleur de la médaille, ce moment-là restera comme l’image forte de cette quinzaine.

Le titre olympique de Martin Fourcade remporté après un finish fou !

Pour la hargne de Martin Fourcade, la grâce de Guillaume Cizeron et Gabriella Papadakis, l’émotion de Perrine Laffont et bien d’autres encore… Maurice Manificat, Pierre Vaultier, Alexis Pinturault, Marie Dorin, Simon Desthieux… Tellement de noms à citer mais chacun d’entre eux est notre héros des J.O.

A ces champions, je dirais tout simplement merci. Merci de nous avoir offert, à des milliers de kilomètres du pays, ces petits moments de bonheur qui nous font vite oublier les petits tracas du quotidien.

L’or, l’argent, le bronze… finalement, qu’importe le métal, chaque médaille ramenée a été l’occasion de montrer au monde entier que la France est une nation au cœur du monde sportif.

Il est désormais temps de refermer la boîte à magie des jeux olympiques.

La flamme olympique a rendu son dernier souffle il y a quelques heures, la chaleur qu’elle nous aura procuré pendant 15 jours, elle, restera intacte pendant encore un petit moment.

Charlotte HILDEBRAND

A propos de l'auteur

alias Madame Tennis. Le tennis matin midi et soir, 7 jours sur 7, 365 jours par an !

Poster un commentaire