L’art de défendre

Aujourd’hui WeSportFR s’est intéressé à la défense de la Juventus de Turin depuis son retour au haut niveau. Alors comment cette défense s’est-elle reconstruite ? Comment est-elle devenue une référence en Europe ? Une équipe avec une histoire tumultueuse garnie de choix importants, de stratégies, de visions, d’ hommes, de football.

 

Une reconstruction instable

Après les scandales du Calciopoli en 2006, la Juventus de Turin a dû faire face à une relégation en Série B. Malgré que de grands noms soient restés tels que Buffon, Trezeguet, Del Piero ou le Ballon d’Or Pavel Nedved, de nombreux joueurs ont laissé cette équipe humiliée.

En 2006 c’est le jeune entraîneur Didier Deschamps ayant coaché auparavant l’AS Monaco avec qui il a réussi à se hisser en finale de la Ligue des Champions, qui débarque dans le Piémont dans son ancien club. Cependant bien qu’avec un retard de point infligé par la fédération suite aux scandales, Deschamps fait remonter l’équipe en Série A en une seule saison.

Lors de cette saison l’entraîneur français infligent une rigueur obligatoire à toute l’équipe.

Deschamps à la tête de la Juventus
Crédit: Le Monde

Revenu en Série A et suite au divorce prématuré entre Deschamps et la Juventus suite à un désaccord avec l’ancien directeur Sportif, Secco, la Juventus fait appel à Claudio Ranieri, ancien entraîneur en particulier de Naples, la Fiorentina, Parme, Atletico Madrid et Chelsea. Avec son nouveau club Ranieri atteindra les barrages de la Ligue des Champions, mais sera limogé suite à une série de mauvais résultats et des relations se dégradant avec les joueurs cadres de l’équipe.

Ferrara, ancien icône de la Juve, vient faire l’intérim du côté des coachs turinois dans une période où les coachs ne font guère long feu sur le banc de la Juventus. Ferrara sera limogé en raison des mauvais résultats et remplacé en janvier 2010 par Zaccheroni. Ce dernier non convaincant ne restera que 4 mois avant de devenir sélectionneur du Japon. Lors de cette saison 2009-2010, la Juventus enregistre le retour au pays de l’ex Ballon d’Or Fabio Cannavaro. Le retour au club de l’ex madrilène restera décevant étant donné le rendement du joueur qui restera qu’une année avant de partir aux Émirats Arabes Unis. Mais les blessures durant la saison de Buffon et Chiellini, ainsi que des défenseurs tel que Zebina, Grygera et Grosso très moyen, les bianconeri pointe à la 7ièm place du classement en fin de saison.

Arrive alors Luigi Del Neri, ancien entraîneur de la Sampdoria qui coachera la Vecchia Signora durant la saison 2010-2011. Menant la Juventus à une nouvelle 7ièm place, il sera logiquement limogé étant donné l’ambition européenne du club turinois.

 

La résurrection porte le nom de Conte

C’est alors qu’en mai 2011,après avoir connu 5 entraîneurs durant les 5 dernières années, ne retrouvant son éclat d’antan, la Juventus de Turin fait appel à Antonio Conte. Le jeune entraîneur qui aurait pu rejoindre le banc turinois en 2009, fût l’auteur entre temps de la montée de l’AS Bari et de l’AC Sienne en Série A.

L’ambition du club est grande. Le président Agnelli souhaite un retour sur le haut de la scène européenne. Pour ce faire les turinois se donne les moyens de leurs ambitions, actant les principaux transferts de Lichtsteiner de la Lazio pour 10 M d’€, Andréa Pirlo (libre), Arturo Vidal du Bayer Leverkusen pour 10,5 M d’€, Caceres pour 10M d’€ du FC Séville et de Mirko Vucinic de l’AS Rome pour 15M d’€.

Conte se retrouve avec un effectif de qualité, et affiche ses ambitions. Conte veut faire resurgir un esprit propre à la Juve à base de rage et d’humilité. Cette antipathie sportive qu’elle a toujours suscitée et cultivée. La Juve déshonoré, Conte ne le supporte pas et veut enterrer cette image.

Durant l’avant saison, il se confie aux médias en disant  »Je veux vaincre. » Montrant à tous le niveau auquel il désire mener l’équipe. Il argumentera en disant :  »L’histoire de la Juve l’exige et à travers le travail est l’implication totale, on doit ramener ce club là où il doit être. C’est à travers le travail, le sacrifice et l’attitude adéquate que nous devrons ramener ce club où il le mérite »

Via ces propos, Conte envoie un message fort à ses dirigeants ainsi qu’aux tifosi bianconeri.

Pour lui seul la victoire compte qu’importe la manière sportive.

A l’heure de faire des choix, Conte optera pour un 3-5-2, composition rappelant un « Catenaccio » revisité. Mais qui formera le 11 type de la Juventus de Turin pour ce renouveau ?

Pour le secteur primordiale de cette composition. Le technicien italien décide d’opter pour 3 défenseurs qui tourneront peu étant donné leur complémentarité et leur union exceptionnel. C’est trois défenseurs ce sont Barzagli (recruté en 2011 à Wolfsburg), Bonucci (recruté à Bari en 2010) et Chiellini (recruté à la Fiorentina en 2005).

La BBC et Buffon
Crédit: TuttoSport

Ces 3 hommes formeront la fameuse «BBC», la base du système de Conte. Barzagli se retrouve le plus à droite, Bonucci au centre pour sa qualité de relance et Chiellini à gauche.

Le poste de latéral demande beaucoup d’effort dans ce système. Il demande à ce que les latéraux face les efforts défensifs et offensifs et couvrent l’intégralité du couloir. En position défensive le 3-5-2 se transforme donc en 5-3-2. Si les latéraux ne se replacent pas assez rapidement, la BBC se retrouvent seule à défendre.

Dans ce système la qualité du milieu de terrain est primordiale, servant de premier rideau défensif après le pressing des deux attaquants. Conte à d’abord choisit un milieu avec en sentinelle juste au dessus de la défense Andrea Pirlo, le maestro. Tout comme Bonucci sa position est dû à sa bonne vision du jeu et son jeu au pied de qualité. En position légèrement excentrée, on y retrouve à droite Vidal et à gauche Marchisio (puis Pogba plus tard). Leur but étant de coulisser sur la même ligne là où se trouve le jeu afin d’aider les latéraux.

Le but des attaquants en phase défensive est donc d’harceler le porteur de balle grâce à un pressing haut. Si le pressing ne marche pas, l’adversaire se retrouve directement face au bloc défensif bas du reste de l’équipe.

Jouer contre cette Juventus, c’est soit jouer dans le camp de celle-ci soit subir cette dernière dans son camp. Il est très rare de voir le jeu de dérouler dans le centre du terrain.

Petit point sur l’attaque dans le système de Conte, ce dernier aime particulièrement se munir d’un grand attaquant comme point d’appuis ainsi qu’un attaquant plus petit plus rapide avec un centre de gravité bas ( exemples : à la Juventus de Tevez et Llorente, lors de l’Euro 2016 avec l’Italie, Eder et Pellè). Deux profils complètement différents qui se sont avérés complémentaires.

On peut donc voir que lorsque la Juve défend, on retrouve pas moins de 9 joueurs avec le gardien, qui défendent dans un bloc compact et étroit, avec en plus deux attaquants pressants les offensives adverses.

La capacité des bianconeri à défendre bas et de partir en contre, comme d’occuper la partie de terrain adverse lors de ses offensives portera ses fruits.

Conte a amené chez les turinois une détermination et une rage qu’il a su transmettre à ses joueurs, formant un groupe soudé ayant envie d’en découdre. Cette stratégie s’avérera efficace, dès la première année la Juventus est sacrée Championne d’Italie, tout en restant invaincue en championnat broyant chaque adversaire. L’hégémonie de la Vielle Dame commence.

Lors de la saison 2012-2013, l’éclosion de la pépite Paul Pogba apportera à l’équipe une touche athlétique au milieu de terrain.

Pogba et Conte
Crédit: Daily Mirror

Avant la saison 2013-2014, arrivera donc le duo Llorente-Tevez, les profils recherchés par Conte pour son attaque pour espérer de meilleurs résultats à l’échelle européenne. La Juventus finira pour la 3ièm fois consécutive, la saison en étant championne avec s’il vous plaît, 102 points au compteur.

La supériorité de la Juventus actée, après trois ans de titres nationaux, Antonio Conte voit apparaître des divergences avec la direction du club, en partie sur le budget transfert et décide donc de s’en aller.

Avec un tel plan de jeu et une manière bien à lui de voir le jeu et de le ressentir, la tache de trouver un remplaçant de son calibre n’est pas une mince affaire.

 

La surprise Allegri

Andrea Agnelli et Beppe Marotta nomme sur le banc de la Juventus, Massimiliano Allegri. Ce denier a gagné le titre de champion d’Italie en 2011 (denier titre avant ceux de la Juventus) et d’être démis de ses fonctions d’entraîneur du Milan AC après des résultats très décevants.

Tout n’a pas si bien commencé pour l’ancien milanais. Suite à cette annonce, fait place la fureur des tifosi bianconeri, qui voit en cette décision un retour au passif de la Juventus lorsque celle-ci peiné à trouver un entraîneur de qualité. Allegri venant du voisin milanais, les tifosi lui reproches des propos portés à la Juventus lors de la saison 2011-2012 quand la Juve et le Milan se disputaient le titre. Sa crédibilité est aussi contestée suites à ces deux dernières saisons compliquées sur le banc du milan AC.

De son côté, le rejet des supporters ne l’inquiète pas et Allegri demeure calme et pas rancunier. Ce dernier ne cache pas son envie de mieux faire encore et il le prouvera.

Arrivée d’Allegri sur le banc de la Juve
Crédit: Lavenir.net

Lors de sa prise de fonction pour la saison 2014-2015, il décide de ne pas démonter le système de Conte dans un premier temps, restant donc dans un 3-5-2.

La Juventus enregistre notamment l’arrivée de Patrice Evra ainsi que celle d’Alvaro Morata.

A l’arrivée de la Ligue des Champions, il instaure un nouveau système à 4 défenseurs sous la forme d’un 4-3-1-2. ce système s’avère moins défensif mais l’expérience des défenseurs sous Conte permet à la Juventus de garder une stabilité dans ce secteur. Défensivement donc Barzagli longtemps blessé se retrouve généralement sur le banc ou alors en temps qu’arrière droit.

Bonucci passe un cap lors de cette saison avec très peu de fautes d’attention, un véritable guerrier.

Andrea Pirlo quand à lui pèse le poids des années et permet à Marchisio de retrouver sa place au milieu de terrain.

Une première saison qui s’avérera être un succès. La Juventus atteindra la finale de la Ligue des Champions grâce à un parcours difficile certes mais géré de mains de maître de la part d’Allegri. La façon de jouer de la Vieille dame en fera parler plus d’un qui s’obstinera qu’elle ne mérite pas une telle ascension mais pourtant avec une telle hargne défensive cela n’a rien de surprenant. Elle remportera (évidemment) un énième titre de Champion d’Italie et une Coupe d’Italie arrachée à la Lazio.

Après une saison 2015- 2016 de bonne augure avec de nombreuses arrivées tel que Mandzukic, Dybala, Khedira, Cuadrado et Alex Sandro notamment. La défense reste stable. Barzagli connaît une saison de grande qualité. Le système de jeu n’est toujours pas défini, avec un retour à un 3-5-2 principalement. Dans le couloir droit on saura apprécier la qualité de Cuadrado prêté par Chelsea qui apportera plus de vitesse que le suisse Lichtsteiner. Dans le couloir gauche Evra commence à se faire vieux mais reste constant dans ses performances, Alex Sandro en doublure promet lui de belles choses pour la suite. La Juve finira championne et se hissera en quart de finale de Champions League où elle tombera sur un Bayern à qui elle mènera un rude combat. La réputation de la défense bianconera est maintenant reconnu par tous. C’est un véritable mur. Et que dire de Buffon le portier éternel de cette équipe qui rendra des copies ultra propres.

 

Un projet de jeu concret 

Au fur et à mesure des saisons le jeu évoluera et Allegri lui donnera sa propre identité.

Lors de la saison 2016-2017, Pogba étant parti, la Juventus voit l’arrivée du très technique joueur de la Roma Pjanic. En attaque, les turinois ne rigole pas et arrive à arracher Higuain des mains des napolitains. Dani Alves quand à lui arrive libre de Barcelone.

Le technicien italien se décidera sur une composition stable à l’abord de la Ligue des Champions, afin de conquérir un 6ièm titre consécutif en championnat notamment. Il s’agira d’un 4-2-3-1.

Le mercato finit et la composition décidée, la Juventus manque d’un attaquant dans son couloir gauche. Allegri tente donc de repositionner l’attaquant de pointe Mandzukic à cette position, et ce fut un succès. Offensivement, il apparaît sur le terrain comme un second attaquant de point à la gauche d’Higuain, n’étant pas un pur ailier gauche, mais le plus surprenant fût de le voir dans les phases défensives se battre et dégageant une qualité défensives incontestée. Mario Mandzukic n’a pas mal prit son repositionnement et s’est avéré comme un très bon élément cette saison. Les supporters reconnaissant de son investissement sur le terrain n’ont pas manqué de lui montrer leur attachement.Un coup de poker gagnant.

Le duo Chiellini-Bonnuci est évidemment reconduit, formant là une des meilleures charnières au monde si ce n’est la meilleure.

Allegri en discussion avec Buffon et Bonucci
Crédit: Le Buteur

Alex Sandro devint titulaire indiscutable en tant que latéral gauche tétant donnée sa qualité de jeu et son aisance technique. Dani Alves considérait comme finit du côté du Barça, démontrera le contraire.

On en oublie Gigi Buffon tellement sa longévité au haut niveau paraît évidente.

L’équipe arrivera en 2017 conquérir son 6ièm titre consécutif et à se hisser une nouvelle fois en finale de la Ligue des Champions, passant en autre par un quart de finale aller se soldant par une victoire 3-0 face au FC Barcelone.

Le système de jeu trouvé par Allegri se stabilisant, essayons de le décortiquer dans sa phase défensive :

Tout d’abord, lorsque la Juve défend, elle se repositionne en 4-4-2. Les milieux gauche et droite (Mandzukic et Cuadrado) se positionnent sur la même ligne que les deux milieux centraux. La ligne coulissent d’un côté à un autre en fonction des besoins. Ce sont le n°9 et le n°10 (Higuain et Dybala notamment) qui pressent dans un premier temps l’adversaire relativement haut lorsque ce dernier possède une bonne qualité de jeu. Si l’équipe adverse à un niveau plus faible le pressing se fait haut de la part de la part des attaquants et des milieux de terrain.

Chaque joueurs harcèle son vis à vis lorsque le jeu se déroulent relativement haut.

Les milieux centraux de la Juventus étouffent les milieux adverses dans toutes positions sur le terrain grâce à des montées rapides pressant ces derniers à reculer.

Quand la Juventus défend les 11 joueurs se retrouvent derrière le ballon, les 11 joueurs défendent donc. Il est admirable de voir Higuain, grand attaquant faire les retours défensifs qu’il produit. Il a appris à défendre grâce à Allegri et cette philosophie de jeu à laquelle il s’est totalement adapté.

Les joueurs bianconeri laissent peu d’espace à leurs adversaire au centre du terrain en défendant groupés.

Face à ce pressing l’adversaire est obliger de reculer et de renvoyer de longs ballons devant.

Lors de la phase de poule de Ligue des Champions lors de la confrontation face à Barcelone à Turin qui s’est conclue sur un 0-0, Allegri s’exprimait : « Cela n’est pas facile de jouer contre le Barça et on a eu une attitude positive. Il fallait améliorer la phase défensive. Ce soir on a défendu tous ensemble.[…]On était en train de devenir une équipe qui joue bien mais qui prend trois buts. Il faut s’améliorer et avoir l’humilité de défendre en équipe. Ce n’est pas honteux de défendre. Ce soir on l’a bien fait. »

Allegri assume donc que l’équipe qu’il dirige à un caractère plutôt défensif.

Cette saison la Juventus a enregistré l’arrivée notamment d’un vrai milieu gauche en la personne de Douglas Costa, mais celui-ci est plus discret que Mandzukic défensivement mais plus technique et complémentaire au jeu d’Alex Sandro.

Matuidi est venu renforcé le milieu de terrain noir et blanc et grâce à une adaptation express, il se retrouve être l’un des éléments importants de la Juventus aujourd’hui.

Matuidi à la Juventus
Crédit: Le10sport.com

De Siglio, le milanais c’est lui aussi bien intégré à sa nouvelle équipe, proposant de belles performances.

Mais la (très) grande surprise est sans aucun doute le départ pour le voisin milanais de Leonardo Bonucci, pilier de cette défense bianconeri.

Alors comment se reconstruire après un départ d’une telle importance ? Et bien en relançant le marocain Benatia en temps que titulaire. Ce dernier a produit des matchs d’une grande qualité, étant nommé notamment joueur du mois de Novembre par les supporters du club. Seul point regrettable suite à ce départ, il n’y pas d’alternatives aux jolies longs ballons de Pjanic que pouvait proposer Bonucci ces dernières années.

Allegri mène aujourd’hui tranquillement son groupe dans ce championnat qui lui offre un duel cette année avec le Napoli. Des blessures dans le secteur offensif notamment sont venus contrarier ses plans, optant par moment pour un 4-3-3.

Cette année, lors des grands matchs on a pu s’apercevoir que le technicien italien demandait à ses hommes 15 premières minutes d’une forte intensité où la Juventus parvenait à scorer rapidement.

Puis d’abandonner totalement le contrôle du jeu, de subir et d’agir en contre. Une technique s’avérant efficace mais dangereuse lorsque l’équipe est handicapée de plusieurs blessures. Deux exemples :

  • Contre le Napoli, avec une équipe au complet 0-1 pour la Juventus grâce à un but de Higuain à la 13ièm minute, puis relâchant tout efforts offensifs, les statistiques (possession, tirs etc…) sont clairement en faveur de Naples. Il faut souligner aussi la méforme de son attaquant vedette Mertens du moment.
  • Contre Tottenham, avec des absences de Matuidi, Cuadrado, Barzagli, Lichtsteiner et Dybala. Un positionnement de l’attaquant droit Bernardeshi au milieu de terrain (assez flou), la Juve score à la 2ièm et 9ièm minutes, puis la aussi abandonnent le ballon à l’adversaire. Tottenham reviendra à 2-2 étant donné la qualité offensive de cette équipe. Alors mauvaise stratégie ?

Ces dernières décisions d’abandonner le ballon et de défendre durant une longue période est particulièrement critiqué étant donné l’expérience emmagasinée par la Juventus ces dernières années. Certains voient de cette décision un manque de courage, d’engagement, d’autre une mauvaise stratégie. Mais ne peut-on pas faire confiance à ce coach qui nous a toujours étonné ?

Nous aurons ces réponses dans les prochaines semaines.

La nouvelle charnière Benatia-Chiellini
Crédit: Zimbio

Le duo Chiellini-Benatia s’est formé et assure un nouveau rempart de cette équipe. La Juventus n’a plus encaissé de but en championnat depuis le 30 décembre prouvant à quel point cette défense est toujours autant hermétique. Elle est actuellement la meilleure défense de Série A avec 15 buts encaissés. Elle se classe 3ièm meilleure défense d’Europe derrière le Barça et l’Atletico Madrid.

 

La Juventus de Turin a su redorer son blason. Conte et Allegri ont su retrouvé cette antipathie sportive que la Juventus a toujours suscité et cultivé en retrouvant l’art de défendre qui en provoque bon nombre de débats. Grâce notamment à sa BBC, véritable mur qui a fait les belles heures de cette Juventus l’équipe a su remonter parmi les hautes places du football européens. De 2011 à aujourd’hui, la Juventus a connu deux techniciens italiens aux philosophies footballistiques différentes mais pas incompatibles étant donné l’étanchéité que la Juventus continue à avoir. Ces derniers ont converti bons nombres de joueurs à leur causes en les faisant changer de rôle. Higuain a apprit à défendre en position avancée, Mandzukic a su accepter son repositionnement qui lui vaut cette reconnaissance du grand public aujourd’hui. Le club a su s’adapter à certaines exigences, celle de retrouver le haut niveau européen par exemple, ou de laisser partir des joueurs tel que Bonucci (qui s’est perdu dans une équipe sans fondement par ailleurs). Mais cette longévité au haut niveau européen et cette grande défense la Vieille Dame le doit à ses coachs certes mais aussi à ses hommes qui ont donné corps et âmes dans d’âpres combats, Chiellini, Barzagli, Buffon, Lichtsteiner, Marchisio, Mandzukic, Higuain… Tant de cadres vieillissants que l’on regrettera. Alors bientôt il faudra penser à remplacer ces derniers. On pense aux jeunes tels que Rugani, Betancur qui apprennent petit à petit cet état d’esprit mais aussi ces joueurs pouvant postuler comme futurs cadres défensifs de cette équipe comme Szczesny, Benatia ou De Siglio.

Il faudra à ce grand club gérer ce tournant qui s’annonce être important.

 

Robin GARNIER

A propos de l'auteur

Rédacteur rubrique football & Community Manager

Commentaires

  • http://163.com
    16 mars 2018

    LIKE WHAT DADDY, TELL US, TELL UЅ.? Each
    boys jumped up and ԁown wanting to know tips on how to
    make God happy.

  • sexy girl
    16 juin 2018

    Now that you learn about video editing as
    well as the what exactly you need you are
    prepared to begin the journey of amateur filmmaker to professional director.
    These guides let you practice when you are ready and
    have the time and energy to do so. You need
    a special connector typically termed as
    a Fire wire or known just as one IEEE 1394 high band
    connector.

  • hot videos
    17 juin 2018

    free sex porn video download http://www.wapinda.in/music/hot-videos.html

  • I visited various blogs except the audio feature for audio songs
    present at this web site is truly superb.

Poster un commentaire