La renaissance de Lorenzo !

C’est devant un public complètement acquis a sa cause que Valentino Rossi s’élançait depuis la pôle position de son grand prix national. Fait assez rare ces dernières années puisque le pilote transalpin n’est pas parti de cette position depuis 2016. Bien qu’étant mal servi par une Yamaha décidément capricieuse, le natif de tavullia espérait alors ramener sur ses terres une nouvelle victoire à son palmarès. C’était sans compter sur un Jorge Lorenzo bien décidé à montrer à son employeur qu’il s’est trompé en le limogeant. Le Marjorquin s’est en effet montré intraitable, comme à l’époque où il roulait pour la marque au diapason, en dominant la course de bout en bout, ne laissant aucune chance à ses adversaires.

Un départ délicat et des chutes en pagaille

A peine le grand prix lancé, Jorge Lorenzo reprend ses bonnes vieilles habitudes et s’empare de la tête pendant que derrière c’est la bousculade, Marc Marquez s’appuie franchement sur un Danilo Petrucci qui perd plusieurs places dans la bataille, ce qui provoquera la colère du constructeur de Bologne. Pendant ce temps, Dani Pedrosa et Takaaki Nakagami sont les premiers à ouvrir le bal des chutes. Ils ne seront hélas pas les derniers, rapidement suivis de Scott Redding et Karel Abraham puis de Jack Miller, une véritable hécatombe puisque Tom Luthi tombera lui aussi portant à six le nombre de pilotes par terre au bout de… trois tours !

Crédit photo : fr.sports.yahoo.com

Le tournant de la course et la relance du championnat

Réalisant un début de saison fantastique, Marc Marquez, occupant alors la seconde place derrière Jorge Lorenzo, ne semblait pas vouloir se contenter d’une deuxième place et montrer aux autres pilotes qui était le patron. Hélas, excès de confiance ou malchance, il chute à son tour à la 5ème boucle ce qui donne un tout autre aspect à la course et remotive les poursuivants qui se verraient bien sur le podium. C’est le cas d’Andrea Dovizioso qui en profite pour s’emparer de la 3ème place. Alors que Marc Marquez, pas enclin à arrêter là, se lance dans une remontée.

Crédit photo : paddock-gp.com

Une fin de course à la Lorenzo

Quand Lorenzo se sent bien, Lorenzo fait mal, très mal, l’action, sur la fin de course, se situera donc à l’arrière avec de belles passes d’armes entre Rossi, Iannone, Rins et Petrucci tandis que Crutchlow, seul rescapé Honda aux avants postes, tente de revenir. Pendant ce temps Johann Zarco souffre tant et si bien qu’il est obligé de céder sa 8ème place à Vinales puis à Bautista. Le français qui avait déjà commencé son week end en demi teinte n’aura jamais été en mesure de résoudre un problème de grip à l’arrière de sa moto, aura dû se contenter d’une 10ème place et devra oublier bien vite sa plus mauvaise prestation de l’année.

Un championnat de plus en plus serré qui devrait nous ravir

Même si la chute de Marc Marquez aura été l’événement qui aura relancé le championnat, il est maintenant très clair que le voyage vers le titre ne sera pas un long fleuve tranquille pour le pilote Repsol. Il aura à faire à des Ducati de plus en plus performantes avec un Lorenzo qui a enfin trouvé la clé pour rouler vite, des Suzuki qui ne cessent de se rapprocher du sommet, l’éternel Valentino Rossi qui semble avoir identifié la source de tous les maux de Yamaha et un Johann Zarco qui voudra redorer son blason après 2 week-ends difficiles. Sans compter sur le fait que l’ensemble des pilotes a maintenant l’esprit clair avec la quasi-totalité des contrats signés pour 2019.

Poster un commentaire