PSG-Réal, Ligue Europa, Clermont, OL, ce qu’il ne fallait pas rater lundi

Tirage au sort des Coupes d’Europe de football, match en retard de celle de rugby et choc au sommet du championnat de France de foot féminin, la journée de lundi était riche comme elle l’est rarement. Retour sur ce que vous ne deviez pas rater hier.

Paris pas verni par le tirage

On l’attendait, il n’a pas vraiment été celui qu’on espérait. En effet, le tirage au sort de la Ligue des Champions effectué hier à Nyon (Suisse) n’a pas été tendre avec le Paris Saint-Germain, dont l’objectif affiché est d’aller décrocher la première LDC de son histoire. Le club de la capitale devra dès les 8e de finale se confronter au double champion d’Europe et champion du monde en titre, le Réal Madrid. Eliminé au même stade de la compétition la saison dernière avec la traumatisante remontada vécue à Barcelone, les parisiens chercheront à passer pour faire table rase du passé et ainsi s’affirmer comme un candidat sérieux au titre. Néanmoins, la tâche ne sera pas simple face à des madrilènes certes second de leur groupe, mais qui ont énormément d’expérience, qui peuvent s’appuyer sur une des meilleures équipes du monde et surtout sur le meilleur joueur du monde déclaré, Cristiano Ronaldo, qui a reçu la semaine dernière son 5e Ballon d’Or. De plus, on connaît la capacité des joueurs de Zinédine Zidane a élevé leur niveau de jeu lorsqu’arrive les phases à élimination directe. Rendez-vous donc le 14 février à Madrid et le 06 mars au Parc pour vivre deux rencontres qui s’annoncent royales entre deux des principaux favoris au titre.

Parmi les autres rencontres, on note les chocs entre le FC Barcelone et Chelsea, entre la Juve et les Spurs de Tottenham ou encore celui opposant le FC Séville à Manchester United.

ldc

Tirage clément pour Nice et Marseille, piège pour l’OL

En ce qui concerne la Ligue Europa, pas de gros poissons pour les clubs français.

Nice et l’OM se frotteront respectivement au Lokomotiv Moscou et au Sporting Braga. Les deux clubs français semblent partir clairement favoris de ses deux confrontations, surtout quand on sait que le club russe a joué ce week-end son dernier match avant la trêve (reprise en mars) et arrivera donc sans grand rythme à l’Allianz Riviera le 15 février.

Demi-finaliste la saison dernière, l’Olympique Lyonnais n’a pas tiré de très grosses écuries (comme ça a pu paradoxalement être le cas pour le premier de leur poule, l’Atalanta, qui affrontera Dortmund), mais à quand même été moins gâté. Les lyonnais devront croiser le fer avec les espagnols de Villaréal, qu’ils n’ont jamais affrontés jusqu’alors. 6e du championnat d’Espagne, le sous-marin jaune se positionne également comme un prétendant au titre et développe depuis plusieurs semaines un football de qualité. Malgré tout, les lyonnais ont largement les armes pour se défaire des coéquipiers de Cédric Bakambu. Ils devront être prêt dès le 15 février pour ne pas compromettre leurs chances de qualification à l’Estadio de la Ceramica, avant de recevoir au Groupama Stadium la semaine suivante.

L’ASM roule sur les Saracens

Colossal. Tel semble être le terme pour définir la performance clermontoise hier à l’Allianz Park. Reporté dimanche en raison de la neige, le match opposant Clermont aux Saracens a tout d’abord créé la polémique, le club anglais ayant dans un premier temps annoncé la tenue de la rencontre à huit-clos, avant de se raviser. Sur le terrain, il n’y a en revanche eu aucun débat. Tout de suite plus solides, les Auvergnats ont pu s’appuyer sur un Raka des grands jours, avec un triplé iscrit dès la première demi-heure, pour permettre à son club de mener 21-0. Après avoir encaissé un essai de pénalité juste avant la pause, les joueurs de Franck Azéma repartaient sur les mêmes bases en seconde période, toujours sous l’impulsion de Raka, qui à l’issue d’une course de 70 mètres, allait offrir l’essai du bonus à Van der Merwe (47e). La suite ? Une défense toujours aussi héroïque, deux essais supplémentaires, une écrasante victoire bonifiée 46-14 et la première place de la poule. La fête est totale pour l’ASM, qui inflige par la même occasion sa première défaite à domicile en Coupe d’Europe depuis 4 ans ! Le match retour samedi prochain à Marcel-Michelin promet d’être haletant.

171211-saracens-1_0

L’OL en route vers un 12e titre consécutif

C’était le choc de cette première partie de saison en D1 Féminine. L’Olympique Lyonnais, qui comptait 10 victoires en 10 matchs avant la rencontre, recevait le seul autre club encore invaincu, et qui en cas de victoire aurait pu s’emparer de la première place, à savoir le Paris Saint-Germain. Comme souvent, le PSG a mis en difficulté l’ogre lyonnais, mais comme souvent, les lyonnaises ont su se montrer solides pour faire la différence grâce à une tête d’Ada Hegerberg (13e) et ainsi s’imposer une nouvelle fois face au club de la capitale (1-0). Grâce à cette 11e victoire en autant de journée, les joueuses de Reynald Pedros ont déjà pris une grosse option sur le titre à mi-parcours, puisqu’elles comptent désormais 5 points d’avance sur leurs rivales avec une différence de but largement favorable (+53 contre +22).

Grégoire ALLAIN

@wesportfr

A propos de l'auteur

Surnommé l'électron libre. Fan de Rafa, et heureusement car ce n'est ni l'OL ni le Stade Français qui satisfont mon capital victoires chaque week-ends. Bon sinon, je réussis quand même à être objectif dans mes articles, sauf quand il s'agit d'écrire sur pourquoi le PSG peut-il un jour gagner la Ligue des Champions.

Commentaires

  • Korian
    12 décembre 2017

    Cher Monsieur Allain,
    Je tiens à vous féliciter pour votre analyse. Vous êtes avec votre collègue Madame Tennis parmi ceux qui savent mettre en lumière par votre finesse, notre belle langue sans l’écorcher.
    Ce n’est pas le cas de tous vos collègues journalistes.
    Appréciant le football Anglais je dois à chaque fois reprendre votre rédaction et vos collègues qui s’en chargent ( Messieurs Betmech et Darbas) car malheureusement pour moi, pauvre professeur, je ne tolère pas les fautes.
    Ce qui est décevant c’est que malgré mes remarques sa dernière analyse était encore une insulte à la langue de Molière. Navrant et incompréhensible pour un journaliste.
    Bonne continuation et poursuivez dans votre lancée.
    Bien sportivement,
    JK

Poster un commentaire