100 % fan part à la rencontre du Café du Commerce de l’OL.

100% Fan, la chronique faite pour vous.

 Chaque semaine nous vous donnons rendez-vous pour une expérience 100% fan ! Une chronique conçue pour vous, les supporters, afin de partager vos souvenirs au stade, devant votre tv ou derrière votre poste radio. Désormais ce rendez-vous hebdomadaire rempli d’anecdotes, de joie, d’émotion et de rires, sera votre moment !

Aujourd’hui WeSportFr vous propose de partir à la Rencontre du Café du commerce de l’OL, un site pour les supporters lyonnais … vous êtes prêts ? C’est parti pour le moment 100% fan !

 

Vous êtes passionné(s) de l’OL, vous décrivant vous-même comme ayant « une mauvaise foi olympienne », depuis combien de temps suivez-vous le football et particulièrement l’OL ?

Je suis fan de football et de l’Olympique Lyonnais depuis aussi longtemps que je me souvienne. J’ai joué au football en club depuis les toutes premières classes, et on nous emmenait régulièrement voir des matchs de l’OL à Gerland. Ma passion vient de ces souvenirs ancrés, c’est certain. C’est comme ça qu’on fait les meilleurs supporters, ceux dont la passion est ancrée dans les souvenirs et donc le cœur

Combien êtes-vous derrière ce site internet et ce compte Twitter ?

Je suis seul pour ce qui est de la gestion du compte Twitter et globalement, le « lead ». Mais je suis aidé pour la création du site ainsi que pour tous les autres outils comme Compo, Timeline, etc. Je suis aussi aidé par une belle équipe d’une petite dizaine de rédacteurs passionnés, et je délègue la gestion de la rédaction du site à un collègue qui gère aussi le compte Facebook.On a beau chercher à automatiser au maximum nos workflows [gestion des taches à accomplir], c’est beaucoup trop de travail pour un seul homme.

Vous vous êtes d’ailleurs inscrits sur Twitter il y a un peu plus d’un an, en février 2017, cela vous a permis d’être beaucoup plus reconnu et de devenir « le plus grand groupe de supporters 100 % en ligne de l’OL » ?

C’est une appellation auto-proclamée et un petit peu tirée par les cheveux. À la base c’était une sorte de clin d’œil à Jean-Michel Aulas qui a toujours été très doué pour les titres honorifiques. Mais techniquement je considère le Café du Commerce comme un groupe de supporters en ligne, donc oui, sur le papier, ce n’est pas faux. Mon objectif était d’arriver à 15.000 followers en quelques années et j’ai fait un peu moins de 10.000 en un an, donc je suis content. Il y avait un créneau, et c’est toujours plus facile de travailler par passion.

Combien de temps dédiez-vous à l’OL entre les matchs et votre site internet ?

Pour la partie social media, ça dépend des périodes (mercato, etc), des projets et du nombre de matchs par semaine. Et puis il y a les projets techniques, le site, etc. Il y a aussi une veille permanente à faire : tout va très vite et il faut être capable de détecter une information, de la vérifier, et de la faire suivre le plus vite possible pour augmenter l’impact. Au total, je dirais entre 10 et 15h par semaine.

Est ce que vous vous déplacez à tous les matchs ?

J’ai un travail qui me prend beaucoup de temps et me fait pas mal voyager et travailler le week-end, donc je n’ai pas l’occasion d’aller à tous les matchs. J’essaie, lorsque je peux, mais je ne suis pas abonné. Parfois selon le fuseau horaire de là où je me trouve, je me retrouve à me lever au milieu de la nuit pour commenter les matchs de l’OL. Il m’est même déjà arrivé de regarder un match en direct pendant une réunion ! J’ai un VPN [réseau privé virtuel] pour l’étranger.

C’est donc un de vos membres qui était au stade qui fait ensuite l’article #VDT, vue des tribunes ?

Oui, un de nos rédacteurs est un fier membre des Bad Gones et publie systématiquement un article à chaud suite aux matchs à domicile. Je trouve que ça a de la valeur car tout le monde ne se rend pas forcément compte de l’ambiance au sein des kops. Et puis on dit parfois que les membres du Café du Commerce sont des « supporters canapés », alors que des centaines voire des milliers d’abonnés des kops nous suivent quotidiennement. Ça permet de nuancer.

On a d’ailleurs remarqué qu’il y a eu un grand nombre d’interdictions de stade ou de déplacement pour des supporters de différents clubs … Qu’en pensez-vous ?

C’est très triste, et ça tue le football français. Des stades vides et tranquilles, voilà ce que veut la LFP. En mettant en avant les ambiances lorsqu’il s’agit de vendre des droits TV. Sans parler du fait que ces interdictions sont parfois à la limite de la légalité, et sachant qu’elles sont imposées par des préfets. Ce n’est ni plus ni rien qu’un aveux d’échec.

Si on parle maintenant de l’OL, quelle est votre impression sur les matchs de l’OL en 2018 ?

En 2017, j’aurais eu un discours relativiste : pas de fond de jeu mais au moins, on prenait régulièrement les 3 points. En 2018, toujours pas de fond de jeu, des tensions sur et en dehors du terrain, et on ne gagne plus. J’ai l’impression que 2 années ont suffi à faire oublier à certains supporters lyonnais ce qu’est une équipe qui joue bien au football. Sur le papier l’OL prend quelques points car il y a de bons joueurs et des exploits individuels, mais dans les faits c’est très démoralisant de voir son équipe jouer de cette manière et surtout de voir certains s’en contenter.

Quel avis portez-vous sur Genesio ? Et sur la confiance que semble pour l’instant lui porter Jean-Michel Aulas ?

Bruno Genesio est un lyonnais pure souche. Il est né à Lyon, il a été un supporter et un joueur de l’OL. On ne peut pas lui reprocher de ne pas aimer l’OL, et toutes les personnes que nous avons rencontrées et qui le connaissent le définissent comme quelqu’un de gentil. On ne peut pas non plus lui reprocher d’avoir accepté ce poste, ni de vouloir le garder. Le problème, c’est qu’on sent qu’il y a des lacunes tactiques et des mauvais choix, et surtout, qu’il n’aime pas particulièrement se remettre en question. C’est agaçant parce que d’une part on veut voir son équipe gagner des titres, évoluer et grandir, et d’autre part même lorsqu’il est responsable il va pointer des problèmes d’individualisme de ses joueurs, de volonté, de rigueur. Il est surprotégé par la presse et par Jean-Michel Aulas. Ça marche un moment mais globalement, ça ne provoque que l’effet inverse. Politique des œillères.

Qu’est ce qui a pu chambouler les joueurs qui n’ont plus réussi à s’imposer en Ligue 1 depuis la victoire face au PSG ?

Dans le football, le mental fait la moitié du travail. C’est rarement le mental qui fait gagner un mach contre plus fort que soi, mais sans y croire on ne gagne jamais, même contre plus faible. Je pense que des joueurs se sont rendu compte que certains objectifs (qu’ils soient personnels comme la Coupe du Monde, ou collectifs comme la qualification pour la Ligue des Champions) n’étaient plus atteignables et cela a eu un rôle dans leur baisse de performances. Et puis lorsqu’on commence à douter, ça peut aller très vite. On peut perdre en 3 semaines une confiance qu’on a mis 6 mois à construire…

La deuxième place est-elle toujours accessible ? [interview réalisée avant le match OM-OL]

Lyon se rend à Marseille dans 2 jours. En cas de victoire là-bas, ce qui paraît utopiste, il faudra encore voir l’état des troupes pour les 8 derniers matchs pour une éventuelle 3ème place. Mais même ça, personnellement, je n’y crois pas, alors la 2ème place, encore moins. Que l’on garde déjà notre 4ème place…

Si on parle de l’effectif, quel est le joueur qui s’est le plus mis en valeur et qui a le plus évolué selon vous ?

Tanguy Ndombele fait un travail impressionnant et est une bonne surprise. Sinon il y a Houssem Aouar, mais je dirais qu’il ne fait que répondre aux espoirs placés en lui depuis des années donc ça paraît moins impressionnant. On le voyait déjà jouer en jeunes, donc on savait. À une époque, Mariano s’est mis à jouer collectif et on a vu un vrai potentiel de futur grand buteur. Et puis il est retombé dans ses travers ses derniers mois…

La manière dont JM Aulas gère le club vous satisfait-elle ?

L’Olympique Lyonnais, c’est Jean-Michel Aulas. Il a tout construit, et a misé sur un modèle économique viable et intelligent. Le problème, c’est ce que j’appelle le « lyonnisme » : ne faire confiance qu’à des gars de la maison même s’ils ne sont pas des stars dans leur domaine. Ça ne colle pas vraiment à la culture de la gagne censée être celle de l’OL. Comme si quelqu’un de trop bon ou de trop charismatique pouvait faire de l’ombre. Par ailleurs, ses attaques récentes contre des journalistes spécialisés et Nicolas Puydebois m’ont particulièrement choqué car elles étaient gratuites et d’une extrême petitesse. Il y a quelques mois encore, nous avions une relation cordiale avec le Président et nous discutions régulièrement. Et puis le jour où il a vendu Mammana, il nous a bloqué et black-listé. Frustrant, mais finalement ça en dit long sur le personnage : beaucoup plus sanguin et fier que ce qu’on connaissait de lui.

Ils sont d’ailleurs leaders en matière de formation…

C’est une fierté et ça a d’ailleurs permis au club d’en être là où il en est aujourd’hui. C’est la vente de joueurs formés en club (donc très lucratifs car aucune déduction de prix d’achat et le coût de formation est pratiquement négligeable) associée à la Ligue des Champions qui ont permis de véritablement lancer la machine. On va voir régulièrement les matchs des jeunes, on en fait d’ailleurs des lives de temps en temps, et on a déjà une bonne vision des futures pépites de l’OL. Il y en a encore, donc c’est bon signe

Quel est le joueur qui vous a le plus marqué depuis que vous suivez l’OL ?

Il y a un certain nombre d’années j’aurais répondu Sonny Anderson, mais aujourd’hui je réponds sans aucune hésitation Fabio Santos. Je plaisante, il s’agit de Juninho évidemment. Ici, il mériterait une statue tant il a apporté sur et en dehors du terrain. Il a une telle aura qu’il pourrait revenir à n’importe quel poste à l’OL et être adulé. Même jardinier ! C’est une véritable histoire d’amour et je me souviens encore très bien et avec émotion de sa dernière sortie avec l’OL. Je peux dire sans honte que c’est le joueur qui m’a le plus fait vibrer ces quinze dernières années, quel que soit le club, la nation ou la compétition. Il reviendra un jour à l’OL, c’est certain. Reste à savoir sous quel rôle.

Est-ce que vous regrettez le départ de certains joueurs (comme Lacazette) ? Et comment qualifiez-vous la saison de Nabil Fekir ?

Je regrette le départ de Lacazette car il est parti dans certes un grand club mais un club en difficulté, et dans un championnat qui lui ressemble peu en matière de style de jeu. C’est un joueur complet qui a beaucoup apporté à l’OL. Il aurait dû attendre une année de plus. Après, il faut aussi voir que son départ ainsi que ceux de Umtiti et Tolisso ont permis au club d’harmoniser plus ou moins le niveau de chaque ligne de l’équipe ces dernières années, quand l’effectif faisait peur à voir. Même si ça fait mal, et même si au final on se retrouve avec Morel en défense centrale. Dans tous les cas, la stratégie économique de l’OL est basée sur la vente de joueurs de qualité formés au club et sur les revenus du Groupama Stadium, mais qu’il faut encore financer. Sans Champions League, nous n’avons pas le choix que de vendre, et ce sera pareil cet été avec Nabil Fekir. Nabil a beaucoup évolué et démontré son immense talent cette saison. Malheureusement, 2018 est plus compliquée pour lui avec la fatigue, les pépins physiques et son opération récente. Mais il finira la saison en beauté.

Sa sélection en Équipe de France est-elle probable ?

La concurrence est rude et il a eu un début d’année un peu difficile. Est-ce que sa sélection est probable ?Non, je ne pense pas. Surtout que Didier Deschamps a toujours une préférence très subjective pour les joueurs issus d’un autre club français. Mais il mérite d’aller en Russie, oui.

D’ailleurs, jusqu’où voyez-vous les Bleus aller en Russie ?

La France est dotée d’un effectif d’une grande qualité et peut aller loin dans le compétition, peut-être au moins en quarts ou en demi-finale. Le problème, c’est que quasiment tous nos meilleurs joueurs ont montré des périodes creuses ces derniers temps. Selon la forme, la confiance, et quand on sait que sur un match tout peut arriver, l’aventure peut aussi s’arrêter beaucoup plus tôt.

Si on essaye de vous titiller, quel est le seul Olympique en France ?

Vous remarquerez que je ne cite jamais le club de Marseille autrement que par « Marseille ». Mais en championnat et en coupes nationales, l’Olympique Lyonnais a gagné 10 titres ces 20 dernières années, contre seulement 4 pour Marseille. À mon avis, il y a la place pour deux Olympiques. Du moment que le fait de voir Marseille devant l’Olympique Lyonnais au classement reste extrêmement exceptionnel, ça me va.

Sinon, que peut-on vous souhaiter pour la fin de saison ?

Une qualification en Ligue des Champions et un changement d’entraîneur et de staff cet été. Mais il est fort probable que l’un ne vienne pas avec l’autre…

 

Merci à vous ! Le rendez- vous est donc pris sur le compte Twitter et le site internet du Café du Commerce OL !

 

A propos de l'auteur

#teamgardien

Commentaires

  • Avatar
    Jieska
    21 mars 2018

    Remarquable de pondération et de mesure dans un secteur où l’on rencontre plus d’excités incultes en matière de football que de gens pondérés et calmes

    • Avatar
      wesportfr
      21 mars 2018

      Merci pour ce commentaire ! N’hésitez pas à partager l’article ou même notre site 🙂

Poster un commentaire

elementum id velit, luctus ultricies felis fringilla Nullam