Basketball

12 matchs hier soir, entre suspens et surprise, débrief

Après un petit jeudi à 2 matchs, le jeudi arrive avec ses gros sabots et surtout ses gros matchs. De belles affiches comme de moins belles mais toujours autant de spectacle.

Bucks – Pistons :

Après avoir échoué face au Thunder puis aux Hornets, les hommes de Jason Kidd venaient en découdre contre ces Pistons plus présents qu’imaginés. Mais le match ne sera qu’une longue désillusion pour les Bucks qui tenteront pendant 48 minutes de rattraper les Pistons. Ce qui n’arrivera jamais, et les Bucks connaîtront leur troisième défaite consécutive. Giannis Antetokounmpo sera auteur de 29 points, soutenu par le double-double de Malcolm Brogdon : 21 points et 10 passes décisives. A Detroit le double-double vient d’Andre Drummond, 24 points et 15 rebonds, aidé au scoring par Avery Bradley. 96-105.

Bulls – Magic :

Pour Chicago rien n’est facile en ce début de saison. Après avoir perdu Wade et surtout Butler la franchise n’a plus personne sur qui s’appuyer. Les résultats sont donc toujours les mêmes : défaite sur défaite. En face se dressait un Magic qui a surpris pas mal de monde et s’est déjà offert les plus gros sur un plateau d’argent en ce début de saison. Chicago va tenir le rythme et le score et c’est avec un petit point d’écart qu’ils rentrent aux vestiaires pour la pause. Pas le temps pour un goûter lors de la mi-temps mais sûrement d’un discours censé et prometteur. Les Bulls se repointent sur le parquet, méconnaissables et enfoncent l’accélérateur. Les deux derniers quart temps seront exemplaire et le Magic n’arrivera pas à stopper les Taureaux enragés. Le français Evan Fournier sera encore au rendez-vous avec 21 points, mais le reste de l’équipe ne suivra pas. Seul Aaron Gordon et Nikola Vucevic dépasseront les 10 points. Chez les Bulls c’est 7 joueurs qui vont atteindre cette barre pour mener leur équipe sur un score de 105-83.

Pacers – 76ers :

C’était l’heure de confirmer pour les 76ers qui étaient sur une série de 3 victoires. Le moteur commence à chauffer. C’est les Pacers qui pointent le bout de leur nez dans le but d’anéantir les espoirs de Philadelphie et bien se placer à l’Est. C’est un duel dans le duel qui va petit à petit prendre forme, les deux arrières s’affrontent. Le jeune et athlétique Victor Oladipo contre le moins jeune et encore moins athlétique JJ Redick. Tous deux vont finalement scorer 31 points. Malheureusement pour Indiana et ses fans aucun autre joueur ne sortira de lot. Bogdanovic va tenter pourtant mais ses 21 points ne suffiront pas et c’est sur le score de 110-121 qu’ils devront s’incliner. Merci au meneur de 2,08m, Ben Simmons qui signera son deuxième triple-double de la saison et donc de sa carrière. Un rookie qui tourne à 18 points, 9,8 rebonds et 8,2 passes décisives ça change la vie. Certes la saison ne fait que commencer mais l’ami Ben a su répondre aux attentes sans se laisser emporter par la pression médiatique. Un grand champion à en devenir.

a90ba502d6cba99951ff9ac2f8735414

Cavaliers – Wizards :

En parlant de champion en voilà d’autres. Cleveland est bien champion mais de quoi ; là rien n’est moins sûr. De la conférence Est lors de la dernière saison, oui. De l’équipe la plus décevante, possible. Du meilleur coach, non, ça non. C’est donc quelque peu désemparé que les Cavs se rendaient chez les Wizards, gros clients. Cleveland va rapidement se placer devant. Les Wizards vont jouer et bien, mener aux points par Bradley Beal, 36 unités, et à la passe par John Wall, 15 unités. Un problème va pourtant voir le jour au sein de l’équipe de la capitale : dans le team adverse se trouve le meilleur joueur du monde qui s’est vu critiquer sur ce début de saison et qui voulait en finir. Il a piqué le LeBron : 57 points à 23/34, 11 rebonds, 7 passes décisives, 3 interceptions et 2 contres pour couronner le tout. Logiquement les Cavs vont l’emporter : 130-122. Cette victoire ne veut pas pour autant dire que les soucis des Cavs sont réglés car il a fallu attendre que LBJ sorte un match d’exception pour que Cleveland s’impose, et pas avec 40 points d’avance en plus. Il faudra encore attendre le retour de Thomas pour que les Cavs soit sérieux mais le problème sera toujours présent tant que le coach fera partie de l’équipe.

Rockets – Hawks :

On vous avait dit qu’il y avait un match ? On vous a menti. La confrontation entre les Rockets et les Hawks à tenue toutes ses promesses. D’un côté une équipe qui joue clairement le titre et de l’autre une équipe qui joue le Top3 des pires teams de la Ligue. Sympa comme ambition. Les Hawks n’ont donc pas existé, comme attendu. Pas de performance individuelle lors de la rencontre : 29 points et 11 assists de James Harden ? Petit match, même pas en triple-double, pff aucun intérêt. 119-104 pour les Texans qui attendent autant que nous le retour de Chris Paul.

Pelicans – Mavericks :

Tient-on parlait justement d’équipe qui visait le Top3 des pires Teams de la Ligue et les Mavs jouaient, quelle coïncidence. Cette fois-ci le scenario et pourtant totalement différent, les Mavs vont dominer le match de A à Z, grâce à plus de 40 points de Nerlens Noël qui tiendra les interieurs de Pelicans. Nan, stoppons les doux rêves de fans et revenons à la réalité. Les Mavs vont une nouvelle fois se faire boxer d’entrée de jeu, pas de blowout mais juste une bonne prise de confiance et de température pour les Pels. L’écart va se voir de plus en plus grand tout au long du match sans pour autant voir disparaître Dallas qui tentera même le comeback en dernier quart. Exploit impossible pour les Mavericks qui perdront une nouvelle fois : 99-94. La raquette de la Nouvelle-Orléans aura encore impressionnée en s’offrant deux très beaux double-double. 30 points et 13 rebonds pour Davis, 20 points et 22 rebonds pour Cousins.

337bdab1b50fec88229be1f9b832f03d

Suns – Knicks :

Direction le cœur de la grosse pomme où les Knicks attendaient les Suns, match au sommet… Les deux équipes avaient les crocs et se voyaient bien manger goulûment l’autre. On connaît tous cette personne qui mange plus que les autres et qui n’est pourtant jamais rassasié, à New York on l’appelle Kristaps Porzingis.

kristapsporzingiscareerhigh35

37 points pour l’affamé qui n’a fait qu’une bouché des Suns. 34 points de Devin Booker ne seront pas utiles à Phoenix qui passera son match en étant mené. C’est sur un beau 107-120 que le repas se terminera, il aurait même pris un deuxième dessert le Kristaps si ça ne s’était pas fini aussi vite.

Hornets – Spurs :

Le temps commence à devenir long à San Antonio qui espère un retour rapide de Kawhi Leonard. En attendant il faut assumer et recevoir un à un les adversaires. Hier soir c’était Charlotte qui était de sortit et les Spurs vont donner le ton, pas une défaite de plus. Un contrôle total du match et donc à l’arrivé une victoire savoureuse pour les hommes du meilleur coach de l’histoire. 101-108, mérité pour l’équipe dont les franchise players sont Bryn Forbes et Rudy Gay, auteur de 22 et 20 points. Gros double-double pour Dwight Howard : 20 points et 13 rebonds. Grosse performance également de Jeremy Lamb 27 points, 9 rebonds, 6 passes décisives.

Heat – Nuggets :

En voilà un match serré. Le Heat est venu défier les Nuggets, à Denver, et c’est une rencontre époustouflante qui à suivie. Les équipes n’arriveront à se départager qu’au buzzer. En effet, après un match où personne n’a su prendre l’avantage, c’est bien le Heat qui se voit en tête en fin de match. Alors qu’il reste 11 secondes le Heat mène de 2, 94-92, il faut bien défendre et surtout ne pas prendre de 3 points sur le gong, ce serait terrible. Denver avait pourtant cette idée en tête et c’est une tactique pour Millsap qui se dessine. La balle arrive jusqu’à ce dernier qui enclenche son shoot, suivis de près par James Johnson. D’un peu trop prêt même car le défenseur sort trop vite sur Millsap et fait faute derrière l’arc. 3 lancers pour le multiple All-Star. 3 succès et +1 pour Denver. Miami peut revenir. Le système sur remise en jeu foire complètement et Dion Waiters se retrouve au milieu de terrain avec la balle qui va tourner avant de revenir dans ses mains. Il tentera de dépasser son adversaire mais échouera, jumpshot obligé par le chrono. La balle rentre à moitié mais finit par ressortir alors que le buzzer retentit et que les écrans affichent une victoire de Denver 94-95.

Raptors – Jazz :

Déplacement de Toronto à Salt Lake City pour défier la défense du Jazz. Les Raptors étaient restés sur une défaite alors que le Jazz avait cueilli Portland en prolongation. Sauf que DeMar Derozan n’est pas vraiment fan des défaites et c’est sur ses larges épaules que tiendra tout le Canada. Un récital offensif qui se terminera sur 37 points et une fausse note du Jazz. Le troisième quart fut très important et remporté par les Dinos qui laisse Utah sur place. Ricky Rubio fut bien tenu et n’eut pas la possibilité de scorer comme il avait pu le faire contre Portland par exemple. 109-100 pour les Raptors.

 

Celtics – Thunder :

Les Celtics perdront-ils pour la troisième fois seulement avant la fin de saison ? Le Thunder aurait bien répondu oui. Gros début de match de la part d’OKC qui restreint Boston à seulement 37 points à la mi-temps. On a entendu Brad Stevens gueuler jusqu’en France lors de la pause, et ce fut efficace puisque la deuxième mi-temps des Celtes fut exemplaire. Un gros mental, une bonne défense et un peu de réussite c’est le secret pour passer de -18 à +7. 101-94 pour Boston et la série de victoire continue, la septième celle-ci tout de même. Une équipe soudée, collective et menée par un Kyrie Irving à qui le rôle, encore tout nouveau, de leader convient parfaitement.

Nets – Lakers :

Cet été les transferts ont retourné la planète basket par des départs comme celui de Chris Paul ou de Carmelo Anthony pour ne citer qu’eux. Mais d’autres trades un peu moins important ont eu lieu comme notamment celui entre Nets et Lakers qui verra Brook Lopez s’envoler à Los Angeles en échange de Timofey Mozgov et D’Angelo Russell. Si Russell et Mozgov n’ont pas réussis à détruire leur ancienne équipe, 22 points combinés, ce n’est pas le cas de Brook Lopez qui attendait l’arrivé de Nets comme un enfant attend Noël. Sacré cadeau pour les Nets qui se verront infliger 34 points par leur ancien intérieur en plus de 10 rebonds. Ajoutez à cela 18 points et 10 rebonds de Brandon Ingram et 21 points, 13 rebonds de Kyle Kuzma et vous obtenez une belle victoire des Lakers sur le score de 112-124.

Nathan CHATELAIN



Sport en directMercato Football Ligue 1
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

To Top
lectus Donec et, dolor. eget libero