Maria Sharapova : un retour compliqué

0
Ligue 1

Fans de tennis, on ne vous oublie pas. Même pendant la trêve hivernale, We Sport pense à vous et vous fait revivre les grands moments et les joueurs qui ont marqués 2017.

Redécouvrez avec nous les tops et les flops de la saison tennistique 2017 dans cette nouvelle rubrique hivernale qui vous accompagne jusqu’à la reprise de la compétition en janvier.

Puisqu’on ne peut pas toujours souligner ce qu’il y a de meilleur dans le tennis, on va aujourd’hui vous parler de notre flop n°1 : le cas Maria Sharapova.

Ecartée des courts pendant 15 mois suite à un contrôle positif au dopage, Maria Sharapova faisait son grand retour en avril 2017 au tournoi de Stuttgart.

De son annonce de son contrôle positif à son retour à la compétition, on revient sur les événements qui ont marqué la championne russe en 2017.

Pour rappel…

Maria Sharapova avait annoncé lors d’une conférence de presse le 7 mars 2016 avoir été contrôlée positive au Meldonium lors d’un test réalisé pendant l’Open d’Australie 2016. Médicament qu’elle prenait pour palier notamment une carence en magnésium, elle se défendra par ailleurs ignorer que cette substance avait été rajoutée aux produits prohibés fin 2015.

photo dopage

L’ancienne n°1 mondiale écopera d’une suspension de 2 ans, mais faisant appel à cette décision, elle sera finalement écartée des courts pendant 15 mois, jusqu’en avril 2017.

Un retour à la compétition entaché par des polémiques

Sortie du classement WTA, elle fera son grand retour sur les courts 15 mois après sa suspension grâce aux wild cards qui lui seront attribuées (3 wild cards : Stuttgart, Madrid, et Rome).

Un retour, qui par ailleurs, ne fera pas l’unanimité tant du côté des joueurs que des supporters.

En effet, les wild cards sont normalement réservées aux joueuses revenant de blessure ou aux jeunes espoirs du pays organisant le tournoi. En aucun cas elles sont attribuées aux joueurs revenant de suspension pour dopage.

Considérée comme privilégiée, notamment grâce à son riche palmarès, son retour à la compétition sèmera la zizanie et notamment au niveau des joueurs. Certains considéreront qu’aider un joueur revenant de suspension pour dopage en lui attribuant une wild card ne peut pas être acceptable, et se posera alors la question de l’éthique dans le tennis. De vives réactions ne tardèrent pas à faire surface et divisent le monde de la petite balle jaune :

“La plupart des gens étaient surpris et sous le choc (…) mais, en même temps, (…) heureuse qu’elle ait été franche, très honnête et ait montré beaucoup de courage en admettant ce qu’elle avait fait” Serena Williams

« Tout le monde mérite une deuxième chance. Mais en même temps, je trouve que lorsqu’un joueur est suspendu pour dopage, il devrait repartir de zéro et mériter son retour, car c’est différent d’une blessure » Caroline Wozniacki

 « Elle a pris pendant dix ans un truc grave en précisant en plus qu’elle n’était même pas malade… Elle s’est amusée à jouer avec les limites. C’est décevant, je n’aime pas cette mentalité, d’essayer d’être meilleure en contournant les règles.
Je la respectais pour sa carrière, pas pour la personne qu’elle est parce qu’elle n’était pas polie ni très agréable. Je suis un peu dure, mais on le pense tous et on le dit tous, ici, que c’est une tricheuse. (…) Elle doit être sanctionnée. (…) Kristina Mladenovic

C’est vraiment incroyable qu’on en soit arrivé là dans le tennis féminin, à faire de la promotion pour une fille qui a été contrôlée positif au Mélodium et qu’on mette en avant son retour à ce point”. Alizé Cornet

Une deuxième polémique fera son apparition en mai, pour le premier grand chelem depuis le retour de la russe à la compétition, à Roland Garros. Pas assez bien classée pour accéder ni aux qualifications, ni au tableau final (alors 211ème mondiale), la lauréate des éditions 2012 et 2014 fera la demande d’être invitée porte d’Auteuil.

Dans une ambiance très médiatisée quant à la décision du président de la FFT d’accepter ou non une invitation à la russe, Bernard Giudicelli lui refusera finalement de lui accorder une wild card. Décision saluée par certains, critiquée par d’autres qui estiment que la fédération française veut alors privilégier certaines joueuses en invitant pas l’ancienne championne, le président de la FFT se défendra par ailleurs : “Je ne peux pas la priver des titres obtenus mais aujourd’hui je ne peux pas lui accorder la wild-card demandée. Les titres gagnés ici, elle les a conquis dans les règles sans ne rien devoir à personne (…) S’il existe des wild-cards pour des retours de blessure, il n’en existe pas pour des retours après une sanction pour dopage. C’est à elle seule de reconquérir ses titres”.

Et les résultats dans tout ça ?

Côté résultats, Maria Sharapova fera un retour en demi-teinte, très loin du niveau qu’elle a pu atteindre par le passé. La russe au palmarès de 5 titres du grand chelem et 30 trophées WTA sur le circuit ne réussira qu’à remporter un seul titre pour son retour à la compétition.

Titulaire de 3 wild cards pour son retour sur les courts, le premier tournoi qu’elle disputera sera à Stuttgart, en Allemagne.  Elle réussira son retour à la compétition en s’alignant jusqu’en demi-finale où elle sera battue par la n°1 française très en forme Kristina Mladenovic. 6-3 5-7 4-6.

A Madrid, elle passera le premier tour en battant la n°20 mondiale Mirjana Lucic Baroni 4-6 6-4 6-0. Battue par Eugénie Bouchard (n°60), elle s’arrêtera au second tour après un gros combat de presque 3h (7-5 2-6 6-4). Elle enchaînera avec le tournoi de Rome, où elle sera contrainte d’abandonner au second tour contre Lucic Baroni qu’elle avait battue quelques jours auparavant à Madrid, dû à une blessure à la cuisse.

Non invitée à Roland Garros et sa blessure n’étant pas encore rétablie à 100%, elle devra faire l’impasse sur le grand chelem français et à toute sa saison sur gazon ainsi que Wimbledon.

Riche de 3 wild cards sur la tournée américaine, la russe absente des courts entre mai et juillet reprendra la compétition à Stanford, où elle passera le premier tour face à Jennifer Brady (6-1 4-6 6-0). Elle déclarera néanmoins forfait suite à une blessure contractée au bras au second tour et devra également renoncer aux deux autres tournois où elle était invitée, à Toronto et Cincinati.

Prête à retourner sur les courts, elle jouera son premier grand chelem depuis 2016, à l’US Open, où elle réalisera une bonne performance au premier tour en battant la n°2 mondiale Simona Halep (6-4 4-6 6-3). Elle se hissera jusqu’en huitièmes de finale où elle sera battue par  Anastasija Sevastova (n°17) 5-7 6-4 6-2.

Pour débuter sa tournée asiatique, à Pékin, elle réalise un gros combat de plus de 3h contre Anastasija Sevastova qui l’avait battue quelques jours plus tôt à l’US Open. Elle finira par s’imposer, non sans difficulté : 7-6(3) 5-7 7-6(7).

Elle se mettra de nouveau en danger au second tour, contre Ekaterina Makarova (n°35) 6-4 4-6 6-1, mais accédera aux huitièmes de finale où elle chutera lourdement face à la n°2 mondiale Simona Halep (6-2 6-2).

Il faudra attendre la fin de la saison, et le tournoi de Tianjin pour que Maria Sharapova reprenne enfin des couleurs. Elle passera le premier tour sans difficulté contre la roumaine Irina Camelia Begu (6-4 6-2), remplaçante de Caroline Garcia forfait pour le tournoi. Elle enchaîne ensuite avec la polonaise Magda Linette (n°71), qu’elle bat 7-5 6-3, puis s’impose facilement contre la suissesse Stefanie Voegele (n°196) 6-3 6-1. En demi-finale, elle étrille la chinoise Shuai Peng 6-3 6-1 pour se qualifier à sa première finale de l’année.

Dans la difficulté, elle remportera son premier titre depuis mai 2015 à Rome, et son 36ème titre sur le circuit contre Aryna Sabalenka (n°102) 7-5 7-6(10).

nintchdbpict000360338503

Elle terminera néanmoins sa saison sur une mauvaise note à Moscou, où elle sera battue d’entrée par sa compatriote Magdalena Rybaricova (n°26) 7-6(3) 6-4.

Dans un retour à la compétition compliqué, notamment dû à plusieurs blessures et à diverses polémiques au sujet de son retour, Maria Sharapova a eu du mal à retrouver le niveau qu’on lui connaissait. Aujourd’hui 60ème mondiale, elle n’a disputé que 8 tournois et compte un ratio de 16 victoires pour 6 défaites pour sa saison 2017.

Bien mieux classée aujourd’hui (60ème), elle devrait pouvoir réussir à disputer dès 2018 sa place de leader, notamment en Grand Chelem, où elle sera très attendue.

Charlotte HILDEBRAND @MadameTennis

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here