Football

WeSportFR part à la rencontre de Lucas, CM du FC Nantes ! C’est l’heure de la Pause ☕

Aujourd’hui, WeSportFr vous propose de partir à la rencontre de Lucas Hervouet, Community Manager du FC Nantes. Comment passe t-on de supporter à CM de son club de coeur ? Nous avons voulu connaître le quotidien et les passions de Lucas plus intimement. C’est l’heure de la pause café !

Bonjour Lucas ! WeSportFr est très heureux de recevoir le CM du FC Nantes dans sa chronique Pause Café ! Nous vous connaissons à travers les réseaux sociaux où d’ailleurs vous excellez. Mais qui se cache derrière les écrans des canaris, qui est l’homme aux manettes de la communication entre le club et les supporters ? Pouvez vous vous présenter à nous ?

Je m’appelle Lucas Hervouet, j’ai 23 ans. Je suis un Nantais pure souche, né à Nantes et supporter du FC Nantes depuis tout petit. Je suis diplômé d’une Licence Information-Communication, et ai débuté au FC Nantes en tant que Community Manager en septembre 2016.

Depuis quand suivez vous le FC Nantes ? Est-ce une histoire de famille, le genre de passion qui passe de génération en génération ?

C’est exactement cela. Je suis le FC Nantes depuis tout petit, donc difficile de donner une date précise… Mais je devais avoir quatre ou cinq ans, au moment où j’ai commencé le foot en Club, quand j’ai vraiment commencé à suivre le FC Nantes et à aller au stade. Le FCN, c’est une histoire de famille : mon père et mon grand père sont supporters et m’emmenaient au stade quand j’étais petit. Aujourd’hui, c’est à mon tour de les emmener voir les matchs !

Quel est votre plus beau souvenir avec les canaris ? Était ce un match regardé à la TV, un déplacement, un derby au stade ?

Il y en a eu beaucoup. Mais si je devais en citer seulement deux ou trois, je dirais le maintien du club en Ligue 1 face à Metz, à la dernière journée. Je me souviens ne pas avoir été au stade, mais avoir suivi ça de chez moi, avec toute ma famille. A l’époque, on ne pouvait suivre le score en temps réel moins facilement qu’aujourd’hui. Donc on avait écouté à la radio. Le but de Diallo avait alors été un soulagement énorme. Autre moment fort, la remontée du FC Nantes en Ligue 1. J’étais abonné au stade, et la remontée s’est officialisée face à Sedan, à la Beaujoire. Je n’avais jamais vu le Stade de la Beaujoire comme ça : comble, aussi bruyant… L’envahissement de terrain et la communion avec les joueurs a été un moment unique. Et mon troisième moment marquant : la victoire 3-1 à Rennes l’année de la remontée. Ce jour-là, tout était réuni : le cortège en avant-match dans les rues de Rennes, la victoire avec la manière, un parcage énorme, une communion avec les joueurs fantastique…

Est-ce que vous vous rappelez de votre premier maillot du FC Nantes ? Était-il floqué ?

Je crois que c’était le maillot de Vahirua, celui de 2001… Un signe quand on sait qui est le buteur du titre cette saison là !

Si vous deviez retenir qu’un seul joueur depuis toutes ces années, ce serait lequel ? Celui qui vous a donné les larmes aux yeux, celui qui jouait au foot avec ses tripes.

Ce ne sont pourtant pas mes souvenirs les plus marquants, mais je dirais Marama Vahirua parce que j’en garde une image géniale. Et depuis que je travaille au Club, Emiliano Sala. Le nombre de fois où j’ai pu exulter en tribune de presse grâce à lui…

Emiliano Sala
Source : lequipe.fr

Vous êtes le CM du FC Nantes, comment décroche t-on un poste comme celui-ci ? Quelles études faut il faire pour y parvenir ?

Au culot et à la motivation, beaucoup. J’ai fait des études de communication assez générales, mais je tenais à côté, et ce pendant trois ans, un compte Twitter traitant de quotidiennement l’actualité du Club, qui a pris petit à petit de l’ampleur. Et à côté également, j’envoyais mon CV tous les trois, quatre mois au FC Nantes pour proposer mes services à ce poste, le Club n’ayant à ce moment là pas encore de community manager. Et à l’été 2016, ils ont eu l’accord de la direction pour en recruter un, et ont pensé à moi…

Depuis combien de temps êtes vous à ce poste ? Sincèrement, c’est le pied de travailler dans l’enceinte de son club de cœur ?

Depuis septembre 2016. Honnêtement, il n’y a pas mieux que de travailler dans l’entreprise que vous aimez par dessus tout, d être au bord de la pelouse d’un Stade qui vous a fait rêver, etc… Et en plus de cela, ça me fait vivre deux fois plus les matchs. Les victoires sont deux fois plus existantes, et les défaites trois fois plus rageantes…

Pouvez vous expliquer en quoi consiste réellement votre travail au quotidien ? On se demande tous comment ça se passe pendant votre journée, est ce que vous postez sur les réseaux depuis votre domicile ou un bureau, est ce que pendant les matchs vous êtes derrière un écran ou au stade, est ce que vous devez faire les déplacements  ?

Il n’y a pas forcément de journée type, car dans un Club de foot, il peut se passer quelque chose à n’importe quel moment de la journée. Je travaille au centre d’entraînement, à la Jonelière, et poste quotidiennement les actualités et les coulisses du Club sur les réseaux sociaux. Concernant les matchs, le but est justement de faire vivre les coulisses aux supporters, c’est pourquoi je suis présent à chaque match à la Beaujoire et accompagne le groupe professionnel en déplacement.

Depuis quelques mois on voit souvent les CM faire le buzz, avez vous carte blanche pour faire des vannes même sur des personnalités ?

Je n’ai pas forcément carte blanche, mais la direction me laisse beaucoup de libertés du moment que je connais mes limites et que je donne une bonne image de l’Institution qu’est le FC Nantes.

Justement, vous aimez bien rire sur Twitter entre CM depuis quelques temps. Qui sont vos préférés ?

J’aime beaucoup l’humour qu’a le CM du PSG : il sait quand sortir la blague ou le petit pic au bon moment, en utilisant la bonne formulation, et sans trop en abuser.

Vous êtes quand même l’auteur du merveilleux tweet qui a fait marrer toute la twittosphère ce mois de novembre 2017. Comment ça se passe à ce moment la dans votre tête ? On lit la vanne de Domenech, on voit le mot bus et on part en cacahuète ?

C’est un peu ça. Exceptionnellement, je rentrais seul en train du déplacement à Paris. J’ai vu le tweet passé et j’ai directement fait le rapprochement avec l’épisode de Ksynsa en 2010. J’ai alors essayé de trouver la meilleure formulation possible, assez courte, sobre, et j’ai envoyé…

Raymond le blagueur vous a donné un signe de vie depuis ?

Non, et je trouve ça justement très respectable de sa part. Il n’a pas essayé de surenchérir ou de se montrer plus fort. C’est aussi ça, le jeu de Twitter.

Avez-vous la chance de côtoyer les joueurs ? Quel est votre plus belle rencontre ?

Faire les déplacements avec les joueurs me permet effectivement de les côtoyer régulièrement. Valentin Rongier, pour sa proximité avec nous et le fait de garder les pieds sur terre malgré sa belle ascension. C’est vraiment un mec naturel, comme on pourrait croiser dans la vie de tous les jours. Mais il n’est pas le seul au Club, loin de là.

Quel joueur de cette saison 2017/2018 est le plus drôle ?

Diego Carlos.

Source : presse oceane

Pour finir, qu’est ce qu’on peut souhaiter au FC Nantes pour 2018 ?

De retrouver l’Europe avec ce formidable coach qu’est Claudio Ranieri !

WeSportFr vous remercie pour cet entretien 100% Nantais. Ce fut un réel plaisir pour nous de pouvoir vous poser nos questions. Vous êtes le premier CM dans la jeune histoire de WeSportFr à nous faire confiance, à nous donner de votre temps, et pour cela nous vous en remercions .. Nous souhaitons une bonne deuxième partie de saison à Nantes, et à vous, Monsieur Lucas Hervouet, une excellente continuation dans votre vie de passionné, de supporter et de Community Manager. Vive le FCN et vive le foot !

Charlotte Gruszeczka.



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
elit. ut porta. vel, eget adipiscing vulputate, libero. nunc