20 ans après, les séquelles sont toujours présentes

0
Ligue 1



Les mondiaux d’Innsbruck se sont achevés hier avec le sacre du grand champion Alejandro Valverde. Le monde du cyclisme était à la fête. Mais aujourd’hui, tout bascule. Les mauvais souvenirs reviennent. Ne vivons pas avec le passé, apprécions le présent. Vibrons, admirons et laissons le beau vélo parler.

Valverde, un champion !

Avec de nombreuse participation aux mondiaux, Alejandro n’avait pas moins de sept podiums à son actif avant de pouvoir atteindre le Graal, et c’est chose faite ! A 38 ans, alors que sa carrière touche à sa fin, l’espagnole a enfin décroché le titre mondial hier à Innsbruck. Ce sera son 15ème succès de la saison. Il entre ainsi sur le podium des plus vieux champions du monde, plus précisément à la seconde place, derrière le néerlandais Joop Zoetemek. Malheureusement, la suite est moins belle.


Puerto, Festina, quand tu nous tiens…

20 ans pour Festina, 12 pour Puerto, et on en parle encore. En 2006, un nouveau scandale éclate. C’est l’affaire des poches de sang, dite « Puerto ». Bon nombre de coureurs ont été accusé. Certains blanchi, comme Alberto Contador. D’autres, dont Alejandro Valverde, ont été sanctionné (2 ans de suspension ndlr). Mais jamais, jamais, Alejandro n’a fait l’objet d’un contrôle antidopage positif ! Et il est important de le souligner. Car depuis ce matin, nous lisons un tas d’infamies sur les réseaux sociaux. De ces soi-disant passionnés de cyclisme, aux médias qui ne font que le rabaisser. Jusqu’à même se poser la question si le champion espagnol mérite son titre, s’il est un beau champion du monde etc… Chose que nous ne pouvons accepter si nous voulons redorer le blason de notre sport favori.

Et nos Français ?

Bien sûr, le monde est tellement préoccupé à raconter tout et n’importe quoi, qu’il en oublie de parler de la magnifique course que nous ont offert nos Français. 8 hommes qui se sont durement battu pour ramener le maillot arc en ciel à la maison. Et franchement, on peut dire qu’ils nous ont fait vibrer ! Longtemps au chaud dans le peloton, on s’inquiétait même de ne pas les voir dans le final. Bien mal nous en a pris. C’est un final explosif. Des montées d’adrénaline à chaque coup de pédale. Un Thibault Pinot au service de ses équipiers, un Romain Bardet en grande forme. On misait aussi sur Julian Alaphilippe, malheureusement pris de crampe dans « l’enfer », cette fameuse cote aux pourcentage incroyable. Finalement, c’est notre petit Auvergnat qui se battra jusqu’à la ligne. Mais au sprint, l’espagnol était plus fort. Ce sera quand même une très belle seconde place.

Un petit article coup de gueule, oui, car le cyclisme n’a pas besoin de détraqueurs. Ce sport a déjà bien subi. Il a payé. Paye encore pour quelques abrutis qui n’ont toujours rien compris. Mais ne rentrons pas dans cette spirale. Si on aime le vélo, on le regarde, on l’admire, mais on ne le dénigre pas. Restons comme des enfants ignorants. Notre plaisir sera plus beau.

A.L.



Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here