Football

A nos actes manqués…

26e épisode de cette passionnante saison de Liga Nos, avec en figure tutélaire cette électrique course au titre entre Porto et Benfica. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette journée, à deux semaines d’un Classico qui s’annonce volcanique, comptera dans les comptes de fin de saison.

26e épisode de cette passionnante saison de Liga Nos, avec en figure tutélaire cette électrique course au titre entre Porto et Benfica. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette journée, à deux semaines d’un Classico qui s’annonce volcanique, comptera dans les comptes de fin de saison.

 

→ Primeira liçao : Benfica freiné…

Paços Ferreira 0-0 Benfica, Estadio da Capital do Movel

 

A force de jouer avec le feu, on se brûle. De moins en moins convaincants dans le jeu ces dernières semaines mais jamais puni, les joueurs de Rui Vitoria ont vu la réussite les fuir tout au long de leur opposition face à Paços.

Largement dominateurs, les Aigles n’ont jamais su trouver la faille, et auraient même pu se faire punir sur les quelques opportunités des locaux. Pourtant, les ingrédients sont présents. Habitués à marquer très tôt, les partenaires de Luisao démarrent ce match tambour battant, et se procure une énorme occasion dès la 8e minute ; sur une action initiée dans l’axe par Mitroglou, le ballon parvient au jeune Zivkovic, qui adresse un centre parfait que Salvio, au deuxième poteau, ne peut cadrer. Les alertes s’enchaînent, comme cette frappe du jeune Ivo Rodrigues, prêté par Porto, au-dessus (24e), à laquelle répond la frappasse monumentale d’Eliseu qui vient d’écraser sur le montant gauche de Defendi, deux minutes plus tard (26e). Le match est plaisant à suivre, animé, et si les Benfiquistas sont bien plus cohérents dans le jeu que lors des dernières échéances nationales, la concrétisation n’est toujours pas au rendez-vous, malgré une nouvelle alerte de Pizzi sur coup franc (43e). 0-0 à la mi-temps.

Et dès le début de la deuxième mi-temps, les joueurs de la capitale poursuivent leur entreprise de pilonnage ; cependant, en contrepartie, les espaces s’ouvrent en contre, et l’ailier Luiz Diego, transfuge de Famalicao cet hiver, est tout près d’inscrire son premier but sous les couleurs de Paços, en venant buter sur Ederson après avoir effacé de fort belle manière un Semedo parti dans les tribunes (48e). La réponse est immédiate, et après une belle utilisation de la largeur, Zivkovic sert Pizzi à l’entrée de la surface, qui ne peut cadrer sa reprise (50e). Le match s’emballe, et est tout près de nous offrir l’un des buts de l’année, lorsque Welthon, meilleur joueur de Paços ce samedi, envoie un coup franc monumental s’écraser sur la barre transversale d’Ederson, des 30 mètres (62e). Une nouvelle fois, Benfica appuie sur l’accélérateur pour faire tomber les locaux, mais ni Semedo, sur une frappe détournée par Defendi (78e), ni Pizzi, des 20m (88e) ni Mitroglou qui voit sa tête piquée mourir au-dessus du but à la toute fin du temps additionnel ne sauront inverser la tendance. La Ville blanche peut retenir son souffle ; en cas de victoire de l’ennemi Portista le lendemain face à Setubal, le trône du Portugal changera définitivement de propriétaire jusqu’au derby tant attendu.

→ Secunda liçao : …mais Porto n’en profite (inexplicablement) pas.

FC Porto 1-1 Vitoria Setubal, Estadio do Dragao (49417 spectateurs)

Buteurs : Jesus Corona (45+1) pour Porto. Joao Carvalho (56e) pour Setubal

 

Incroyable scénario ! Dans un match attendu par toute une ville, qui devait offrir la place de leader aux joueurs de Nuno Espirito Santo à quinze jours de l’ultime affrontement à la Luz, les pensionnaires du Dragao ont tout tenté pour venir à bout de leurs adversaires du soir, mais un manque de réussite et une maladresse incroyable dans les deux surfaces auront réduit à néant les efforts des azul e branco, incapables de faire mieux que leur rivaux du Benfica.

Comme attendu, les locaux mettent d’entrée une énorme pression sur les joueurs de José Couceiro. Passes dangereuses et centres affluent de toutes parts, et les premières occasions ne tardent pas à arriver. La première est initiée par Corona, qui envoie André Silva en profondeur. Ce dernier, après avoir feinté la frappe, trouve en pivot, seul au point de pénalty, un Brahimi qui se retourne à la vitesse de la lumière, place la ballon hors de portée de Varela, mais qui ne peut fêter son but par la faute de Vasco Fernandes, qui traînait par là et empêche le ballon de franchir la ligne (18e). Dans la foulée, c’est Tiquinho Soares qui est tout près de reprendre victorieusement un coup franc prolongé au premier poteau par Felipe (20e). Cinq minutes plus tard, l’incompréhension va monter d’un cran : sur un corner parfaitement botté par Layun, le capitaine Marcano s’élève plus haut que tout le monde, décroise son ballon qui termine sur le poteau, repris une deuxième fois par Felipe, sauvé par Thiago sur sa ligne, avant de revenir cette fois sur Soares, qui voit la troisième tentative en 15 secondes être une nouvelle fois contré sur sa ligne, par le portier du Vitoria sur ce coup-là (28e). Porto ne faiblit pas, et c’est au tour d’André Silva de rater l’immanquable, sur un centre parfait de Soares (31e).

La Dragao bout, le Dragao s’impatiente. Jusqu’à la délivrance. Sur un centre d’Oliver venu de la gauche, le mexicain Jesus Corona place une reprise surpuissante du droit qui vient percuter les filets de Varela (1-0, 45+1). Le plus dur est fait, pensent les supporters portistas. Pourtant, inexplicablement, Porto cale au retour de la mi-temps, et laisse une faille, une seule, qui sera exploitée avec brio par Joao Carvalho, prêté par…Benfica, et qui vient reprendre en deux temps un centre de Nuno Pinto (1-1, 53e). Stupeur totale. La réaction tarde à venir, mais elle arrive tout de même, haranguée par un Nuno fou de rage sur son banc. La première secousse arrive 10 minutes plus tard, lorsqu’André Silva, sur un centre de Layun, prend le meilleur sur son vis-à-vis pour placer un coup de tête sur le poteau (66e). Les 20 dernières minutes se résument à un siège de la défense de Setubal, mais ni Brahimi ni Soares ne trouveront la solution pour casser le cadenas adverse. Le score ne bougera pas, et les regrets risquent d’être éternels pour la Cidade Invicta.

 

→ Terceira liçao : Bas Dost, serial killer.

Sporting Portugal 2-0 Nacional da Madeira, Estadio José Alvalade

Buteurs : Bas Dost (13e, 33e)

 

En roue libre depuis une ou deux journées, le Sporting Portugal peut déjà penser à préparer la saison prochaine, tout en essayant d’assurer à son géant hollandais le titre de meilleur buteur du championnat. Et c’est chose faite pour cette 26e journée, facilitée il est vrai par la faible opposition proposée par le Nacional da Madeira, toujours lanterne rouge du championnat.

Très vite, les hommes de Jorge Jesus posent le pied sur le ballon, et capitalisent leur domination sur leur première offensive; sur un corner parfaitement frappé de la droite vers la gauche en regardant les buts de Facchini par Bryan Ruiz, Dost se défait du marquage et vient planter sa tête dans le petit filet (1-0, 13e). Le Nacional réagit timidement, mais après avoir été prévenu après un nouveau but de Bas Dost refusé logiquement pour hors-jeu (25e), la deuxième alerte aura teneur de couperet définitif ; suite à une incompréhension et une fébrilité hallucinante entre trois défenseurs (!) du Nacional, le Hollandais punit en allumant Facchini à bout portant (2-0, 33e). Circulez, il n’y a plus rien à voir. Le reste de la mi-temps, et plus généralement du match, se résumé à des tentatives plus ou moins appuyées des derniers du championnat afin de sauver l’honneur, sans parvenir à vraiment faire frémir Rui Patricio. Le Sporting gère, et confirme qu’il n’a plus rien à attendre de cette fin de championnat, à part montrer qu’il a eu le nez creux en allant chercher ce géant à la finition acérée.

→ Extra-time : Lutte à trois pour l’Europa Ligue.

Braga, Guimaraes, Maritimo. Voici les trois équipes qui se disputeront les deux places qualificatives pour l’Europa Ligue, après les défections de Rio Ave et de Chaves ce week-end. Si les deux clubs du Minho ont un avantage certain (46 pts pour Braga, 44 pour Guimaraes), les joueurs de Funchal ont montré, en disposant autoritairement d’Arouca dimanche (3-1), qu’ils étaient au niveau de ses deux adversaires, et que les quatre points qui les séparent du Vitoria Guimaraes ne représentent aucun caractère définitif.

Cependant, il faudra composer avec le rythme effréné des deux rivaux, qui laissent très peu de points en route. Les Arsenalistas de Jorge Simao sont en nette progression, en témoigne leur victoire solide sur la pelouse de Belenenses (1-2) grâce notamment à une nouvelle réalisation de Rui Fonte, aussi bien en termes de points que de jeu, l’entente collective s’améliorant à vue d’oeil, signe que la greffe avec l’exigeant technicien est peut-être en train de prendre. Même constat du côté de Guimaraes, qui n’a plus perdu depuis plus d’un mois, et qui a survolé sa rencontre face à un Rio Ave pourtant en forme (3-0). Les hommes de Pedro Martins, impressionnants dans le jeu, montrent qu’il faudra, si leur effectif reste stable, compter sur eux pour cette fin de saison mais aussi pour la saison prochaine.

Belenenses 1-2 SC Braga, Estadio do Rostelo

Buteurs : Maurides (23e sp) pour Belenenses. Hanin (OG 1e), Rui Fonte (19e) pour Braga.

Expulsion : Nunes (84e) pour Belenenses.

 

Vitoria Guimaraes 3-0 Rio Ave, Estadio Afonso Henriques

Buteurs : Rafael Martins (60e), Hernani (70e), Teixeira (90e+1) pour Guimaraes.

Expulsion : Heldon (61e) pour Rio Ave

 

Maritimo Funchal 3-1 Arouca, Estadio dos Barreiros

Buteurs : Junior Zainadine (41e), Alhassane Keita (61e), Fransergio (73e) pour Maritimo.

L’homme du week-end : Luis MACHADO (FEIRENSE).

Feirense 3-2 Chaves, Estadio Marcolino do Castro

Buteurs : Silva (54e), Machado (56e), Etebo (81e) pour Feirense. Bressan (44e), Martins (49e) pour Chaves.

Cette semaine, focus sur un joueur d’un club dont on parle très peu, et qui réalise pourtant une saison extraordinaire compte tenu de ses moyens. Promus surprise de la saison dernière, le CD Feirense a sûrement acquis définitivement son maintien ce week-end en disposant avec panache d’un Chaves pourtant en forme olympique, après avoir été mené de deux buts suite aux superbes réalisations inscrites par Bressan et Fabio Martins juste avant et juste après la mi-temps. Et c’est suite à ce deuxième but que les joueurs de Feirense ont enfin mis le réveil, emmené par un Luis Machado de gala. En effet, l’ailier gauche de 24 ans a sonné la révolte des siens, en allant tout d’abord obtenir un pénalty logique transformé en deux temps par Tiago Silva, avant d’égaliser sans l’aide de personne deux minutes plus tard sur un corner tiré en retrait. Brillant techniquement, dans tous les bons coups, le joueur formé à Freamunde a fait peser un danger permanent sur une défense de Chaves KO debout. Et c’est bien lui qui, d’un centre au millimètre, va offrir la balle de match au nigérian Etebo, à dix minutes de la fin, faisant exploser le vétuste Estadio Marcolino do Castro. Gageons que sa prestation ne sera pas restée quelconque aux yeux des habituels observateurs de clubs plus huppés de Liga Nos.

→ Les autres résultats :

Moreirense 1-1 Tondela, Estadio Freitas

Buteurs : Sougou (84e) pour Moreirense, Kaka (21e) pour Tondela

 

Estoril 0-0 Boavista, Estadio Antonio Coimbra da Mota.

 

→ Le classement :

http://www.flashresultats.fr/football/portugal/liga-nos/classement/

Maxence DURAND.



Sport en directMercato Football Ligue 1
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

To Top
Curabitur Donec venenatis non ipsum nec eleifend ut libero. massa Donec