Amiens SC – Le Bilan : Une licorne timide devant, mais toujours debout

Après un maintien réussi la saison dernière pour sa première année en Ligue 1, le club de la Licorne connut un exercice 2018-2019 plus compliqué. Pourtant, le rercrutement laissait entrevoir quelques espoirs d’une saison plus facile sur le papier. Toujours est-il que les joueurs picards ont su se réveiller au bon moment pour se sortir de l’impasse et se maintenir une seconde fois de suite. Place au bilan

Etat des lieux : Dépenser peu pour réussir autant que les autres

Connu pour être un des plus petits budgets de Ligue 1, le club amiénois impressionne par sa gestion. En plus de flairer des bonnes affaires partout en Europe, des jeunes sont incorporés au fur et à mesure de la saison. Le travail réalisé par Christophe Pélissier et le responsable de la cellule de recrutement John Williams porte ses fruits. Cependant, l’un des deux hommes sera du côté la saison prochaine, et c’est l’entraineur, premier cité, dont il est question. Pour ce faire, Bernard Joannin avait pourtant proposé une prolongation à l’homme aux deux montées consécutives. En fin de contrat ce mois-ci, le président amiénois avait formulé une offre de deux ans supplémentaires, avec revalorisation salariale à la clé. Rejetée par coach Pélissier, dont des mésententes avec John Williams auraient poussé à quitter le banc picard.

Avec des recrutements intelligents lors des deux périodes de transfert, Amiens a su rentabiliser son investissement. Outre les prêts d’Emil Krafth, Alexis Blin et consorts, les achats en attaque ont eu du mal à briller, mais ont eu de l’impact dans le jeu. Tout comme en défense.

Bilan de la saison d’Amiens

Avec des performances en baisse par rapport à la saison dernière, le club a souffert. Avec des difficultés dans le secteur offensif malgré les arrivées de Juan Otero et Saman Ghoddos, il fallait se réinventer. Malheureusement, la défense connait quelques problèmes d’organisation, en particulier sur les coups de pied arrêtés, ce qui amène à encaisser des buts malheureux et évitables.

Un effectif rongé par les blessures

Une des raisons pour lesquelles on retrouve tant de problèmes dans le jeu amiénois est dû aux blessures. En effet, l’effectif a durant toute la saison, subi des absences de cadres. En particulier en pointe de l’attaque. Pour autant, cela a permis à plusieurs jeunes de se montrer, comme Cheick Timité, de retour de prêt de Dunkerque, qui compte 27 matchs de Ligue 1 cette année.

Suite à cette instabilité de l’effectif, Christophe Pélissier fut embêté dans son organisation tactique. A la manière d’un bricoleur, ce ne sont pas moins de 9 approches tactiques différentes qui furent utilisées. La plupart du temps, un 4-2-3-1 avec un 10 qui ne l’est pas de métier était mis en place, mais sans réel impact.

Une attaque en berne, une défense en difficulté

Suite à des carences offensives, le club laisse filer de précieux points. Toujours proche de la zone rouge, les prestations contre les concurrents directs (victoires contre Dijon, Caen, Guingamp et Toulouse) ont permis de garder la tête hors de l’eau. L’équipe concède 3 journées en zone de descente directe et 6 comme barragiste, mais avec peu d’avance sur les pensionnaires de cette fin de marche du championnat. Ce n’est que sur la fin de saison que le maintien est quasiment acquis grâce aux contre-performances de Monaco, Dijon et Caen. A une journée de la fin; le maintien est officialisé.

Pour résumer, une saison longue et douloureuse tant sur le terrain que dans les tribunes. Les principales affaires de joueurs comme Ganso ou Mendoza ont alimenté cet exercice peu rassurant. Passer de la 4ème défense de Ligue 1 à une des plus friables est un point inquiétant, mais qui devrait être corrigé la saison prochaine. Pour cela, les supporters espèrent que le nouvel entraineur, ainsi que John Williams, recrutent de la profondeur de banc ou fassent monter des jeunes à fort potentiel.

Conseil de classe des joueurs

Les plus utilisés cette saison

Régis Gurtner (Gardien, 38 matchs) : Indiscutable à son poste, le portier de 32 ans a tenu son rang dans les cages picardes. Malgré le nombre de buts encaissés par rapport à l’année dernière, il reste sur des stats semblables. Doté de bons réflexes, il a sauvé plus d’une fois son équipe lors de situations délicates. Pour couronner le tout, 11 cleans sheets, ce qui en fait le 8ème meilleur gardien de Ligue 1 dans cette statistique.


Erik Pieters (Défenseur gauche, 15 matchs) : Arrivé en prêt de Stoke lors du mercato d’hiver, son apport sur le côté gauche de la défense fut à la hauteur des attentes. Rapide et technique, il a pu se montrer sur tous les fronts. L’international hollandais se relance grâce à cette pige de six mois, où sa place de titulaire est indiscutable de janvier à juin.

Jordan Lefort (Défenseur gauche puis défenseur centre, 27 matchs) : C’est la petite surprise côté amiénois. Au départ titulaire comme défenseur gauche avec des maigres performances, il se révèle à partir du mois de janvier. Avec un changement de poste de défenseur gauche à défenseur centre, le joueur revenu d’un prêt à Quevilly s’impose en titulaire. Percutant dans les duels, dicte le tempo avec Prince Gouano ou Bakaye Dibassy dans l’axe, il réalise une seconde phase de haut standing. Le rendez-vous est pris pour faire encore mieux la saison prochaine.

Prince Gouano (Défenseur centre, 32 matchs) : Une fois de plus, le capitaine de l’équipe est au rendez-vous. Avec certes plus de difficulté cette saison, due à des pépins physiques. Un temps de jeu plus maigre mais avec beaucoup de matchs tout de même. Mais dès qu’il est sur le terrain, il sait comment donner de la voix et organiser sa ligne défensive. Il sera présent pour redorer le vrai standing de la défense d’Amiens la saison prochaine.

Bakaye Dibassy (Défenseur centre, 37 matchs) : Homme fort de la défense depuis 2 ans, l’international malien a confirmé son rang. Souvent obligé d’alterner de partenaire dans l’axe, il a su apporter par ses qualités physiques. L’ancien sedanais est toujours cependant en difficulté dans son placement. Mais qu’il compense par sa présence dans les duels. Avec 2 ans de contrat, il devrait continuer à jouer dans la Somme en 2019-2020.

Emil Krafth (Défenseur droit, 35 matchs) : Prêté par Bologne pour compenser le départ d’Issa Cissokho, il s’est avéré être l’un des meilleurs joueurs de la saison. L’international suédois a pu jouer la quasi totalité des rencontres et apporter offensivement sur son couloir. Cependant, son panel technique limite le bloque lorsque il souhaite jouer vers l’avant. Son option d’achat à 2 millions d’euros levée, il pourra continuer le travail déjà bien commencé cette saison.


Thomas Monconduit (Milieu central/Milieu défensif, 33 matchs) : Habitué à jongler de position lors de cette année compliqué, l’ex-auxerrois a répondu aux attentes. En difficulté en début de saison, il se relance doucement entre février et mai afin de remettre le train amiens sur de bons rails. Avec sa bonne endurance et son jeu physique, il a doucement gagné en galon dans la saison. Maintenant, il faudra confirmer cette progression dès août !

Alexis Blin (Milieu central/Milieu défensif, 27 matchs) : Arrivé en prêt de Toulouse comme joker médical de Bongani Zungu, une bonne pioche. L’éternel espoir toulousain trouve du temps de jeu chez un concurrent au maintien et confirme ses qualités physiques. Souvent associé dans un milieu à deux comme un récupérateur, il alterne les fonctions et rôles durant la saison. Son option d’achat levé, cela lui permettra d’être dans la continuité de son année dans la Somme.

Eddy Gnahoré (Milieu central/Milieu offensif, 38 matchs) : Le cousin de Prince Gouano, prêté par Palerme, aura brillé cette année. Impérial jusqu’en mars, par ses qualités techniques et son apport offensif en 10 non naturel, il sombre en fin de saison. Christophe Pélissier va même reconsidérer son poste de titulaire avec des entrées en jeu plus fréquentes sur les 3 derniers mois. Il manque une titularisation en championnat (24 titularisations sur 25 nécessaires) pour lever automatiquement son option d’achat. Mais avec la descente économique de Palerme, le club a pu négocier son achat à un million d’euros. Une belle affaire.


Stiven Mendoza (Ailier gauche, 25 matchs) : L’ailier gauche s’est fait plus remarquer par ses affaires extra-sportives que ses performances sur le terrain. Lors de ses blessures, il fut localisé en vacances aux quatre coins de l’Europe. C’est dommage pour le colombien qui pourtant possède de l’impact dans le jeu amiénois. Son manque d’efficacité dans sa finition l’empêche toutefois de montrer son plein potentiel.

Juan Ferney Otero (Ailier droit, 33 matchs) : A l’instar de son coéquipier à gauche, Juan Otero réalise une saison plus convaincante. Mais cependant, ses problèmes de finition lui jouent aussi des tours. En disette de buts sur la saison, il va donner tout son possible pour prouver que son transfert en provenance d’Estudiantes cette année ne fut pas en vain.

Saman Ghoddos (Ailier gauche/Attaquant centre, 27 matchs) : Avec quelques difficultés à s’intégrer en France, l’international iranien retrouve du poil de la bête au fur et à mesure que la saison avance. Dans un rôle de rotation, il arrive à apporter sur le terrain par sa simple présence dans l’animation offensive. Lui-même peu satisfait de son année, il va faire tout son possible pour relever la tête en 2020. Et on l’espère tous !

Cheick Timité (Attaquant centre, 27 matchs) : De retour après une pige à Dunkerque (21 matchs, 6 buts), le jeune buteur ivoirien entre dans la rotation. Fort de plusieurs entrées en jeu, il peine à trouver les failles et se procurer des occasions franches. Néanmoins, le fait d’avoir pu jouer un nombre important de rencontres lui sert de bonne expérience. Cela amènera sans doute le jeune attaquant de 21 ans à faire encore mieux au prochain exercice. Il a toutes les cartes en main pour y arriver.

Serhou Guirassy (Attaquant centre, 13 matchs) : Arrivé cet hiver en prêt de Cologne, Guirassy a trouvé une place de titulaire. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle lui colle bien à la peau. Même si les buts ne sont pas forcément au rendez-vous (3 buts), il peu se montrer dangereux dans la surface adverse et réalise de bons appels. Amiens maintenu, son option d’achat à 2 millions d’euros est levée. De quoi s’assurer un joueur à fort potentiel pour les mois à venir.

Moussa Konaté (Attaquant centre, 27 matchs) : Peu aidé par les pépins physiques, l’international sénégalais est essentiel à l’attaque amiénoise. Meilleur buteur de l’équipe (7 buts), son apport offensif est excellent. Avec son profil complet, il arrive à associer tous les éléments que recherchait Christophe Pélissier cette année. Il faudra tout faire pour le conserver cet été, Même si sa cote sur le marché est haute (Valeur estimé à 8 millions d’euros).

Témoignage d’un supporter amiénois

Deibi, un supporter amiénois de la première heure, m’a fait part de son ressenti sur la saison, et voici ce qu’il m’a écrit :

J’ai trouvé la saison bien longue et bien stressante, jusqu’au bout, j’ai eu peur pour le maintien. Je suis donc bien content qu’elle se soit terminée par un maintien, la 15ème place est inespérée. La 1ère moitié de la saison était vraiment mauvaise et j’ai vraiment eu peur avec les transferts ratés au mercato hivernal. Heureusement que le mercato hivernal a permis de combler les trous et les joueurs n’ont jamais lâché le morceau, ils ont fini par m’y faire croire
Néanmoins, je suis content d’avoir pu voir jouer ,dans mon club, des joueurs de talent comme Ghoddos, Pieters, Krafth, Konaté etc… ce maintien récompense malgré tout le travail accompli par le club depuis 4 ans et demi et j’ose espérer qu’il continuera après le départ de Pélissier, j’attends beaucoup de la direction du club pour le nouveau coach

Un grand merci pour son aide pour l’élaboration de cet article. Vous pouvez le retrouvez sur Twitter sous le tag @DrillDeibi

Crédit photo : SFR

A propos de l'auteur

Rédacteur football, basket, eSport pour We Sport FR et chroniqueur radio pour l'émission Soyons Sports à Shalom Besançon. Fan du FC Sochaux depuis qu'un certain Teddy Richert a fait des merveilles en finale de Coupe de France 2007.

Poster un commentaire

Curabitur venenatis venenatis, nec lectus dictum