Anecdotes et Histoire du Tour de France

0
anecdotes histoires tour France
Ligue 1

Après vous avoir présenté les maillots actuels et disparus du Tour de France, place aujourd’hui à 4 anecdotes et 1 histoire de la Grande Boucle.

Vainqueurs malgré l’élimination :

Le Français Hippolyte Aucouturier et le Suisse Charles Laeser, qui ont remporté trois des six étapes du premier Tour ne figurent pourtant pas au général. Après avoir respectivement abandonné respectivement le premier et le troisième jour, ils ont pu continuer la course. En effet, le règlement, à l’époque, autorisait ceci. Maurice Garin remporte la première édition de la Grande Boucle. Le français a remporté trois étapes durant ce Tour. La première à Lyon, la seconde à Nantes et la troisième à Paris.

Maurice Garin

Eugène Christophe et les fourches :

Eugène Christophe brise sa fourche dans les Pyrénées. Après avoir été renversé par une voiture dans la descente du Tourmalet, Le Vieux Gaulois parcourt 14 kms à pied. Arrivé chez un forgeron à Sainte-Marie-de-Campan, il entreprend une réparation rapide afin de repartir. Son métier d’origine, la serrurerie, l’a sans aucun doute à effectuer cette opération. Une plaque commémore désormais cet acte de légende. En 1919, Eugène Christophe, alors maillot jaune, casse à nouveau sa fourche. Pendant plus d’une heure il tente, seul et sans assistance, une réparation de sa fourche. S’il réussit, il cède le maillot à Firmin Lambot, la veille de l’arrivée à Paris. Jamais 2 sans 3? Et bien oui ! Eugène Christophe brise à nouveau une fourche en 1922, dans la descente du Galibier. La route étant enneigée, il rejoint Saint-Jean-de-Maurienne, sur le vélo d’un prêtre.

Eugène Christophe

1938, l’ex-aequo du Parc des Princes :

À Paris, les deux français les plus populaires, André Leducq (double vainqueur du Tour 1930 et 1932) ainsi qu’Antonin Magne (vainqueur 1931 et 1934), arrivent ex-æquo sur le vélodrome du Parc. En effet, les 2 français se tiennent chacun par l’épaule. La chose exceptionnelle vient du fait qu’il ne seront pas départagés par les commissaires de course. Gino Bartali, grimpeur virtuose, qui a écrasé la course dans l’Izoard remporte son premier Tour de France.

Le Tour de France aurait pu s’arrêter là :

Le Tour de France a connu bien des évolutions depuis sa création en 1903. Il a pourtant été question, en 1904, que la deuxième édition de la Grande Boucle soit la dernière. En effet, les étapes étaient plus longues à l’époque et devaient se terminer de nuit. Par exemple, la première étape des deux premiers Tour de France était longue de 467 kilomètres (!) entre Paris et Lyon. Une fois la nuit tombée, certains coureurs empruntaient des raccourcis, prenaient le train ou faisaient appel à une aide extérieure. Les quatre premiers du Tour 1904 sont ainsi disqualifiés. Il s’agit de Maurice Garin – tenant du titre, Lucien Pothier, Cesar Garin – frère de Maurice et Hippolyte Aucouturier. Ainsi, Henri Desgrange, a pensé à y mettre un terme définitif. Il a finalement pris la décision de raccourcir les étapes pour éviter les courses de nuit.

Les Pyrénées dans le Tour de France:

Les Pyrénées n’étaient pas présents dans les premiers parcours du Tour. Aucun massif n’a été escaladé entre 1903 et 1905. En 1906, le Grand ballon, fut la première grosse ascension gravie.

En 1910, pour pimenter (tel est le mot d’Henri Desgrange, fondateur du Tour) la course, Henri Desgrange demande à Alphonse Steines de voir si les routes pyrénéennes sont praticables en Juillet. Il part en voiture pour passer les cols. Après avoir failli mourir en traversant à pied (la voiture ne pouvant plus avancer) le Tourmalet dans une tempête de neige, il dit à Henri Desgrange “que la route est en bon état et praticable“.

La première étape pyrénéennes relie Perpignan à Luchon comportant les cols de Port, du Portet d’Aspet et des Ares. Cette étape n’est pas LA grosse étape pyrénéennes. En effet, le 21 juillet, il est 3h30, les coureurs se retrouvent pour rallier Luchon à Bayonne avec les ascensions de cols inconnus (à l’époque). Les cols de Peyresourde, d’Aspin, du Tourmalet et de l’Aubisque sont au programme. Petite précision qui est importante, l’étape fait 325 kms sinon ce fut pas drôle… Octave Lapize, dans le Tourmalet, met pied à terre car la pente fut trop raide. Octave Lapize fait la même chose dans l’Aubisque. Le français lance aux organisateurs : “vous êtes des assassins“. Il s’imposera à Bayonne, 14h plus tard. Lapize remportera 10 jours plus tard son 1er et seul Tour de France.

Octave Lapize

À noter que le vainqueur n’est pas désigné au temps mais au points. Le vainqueur d’une étape obtient un point, le deuxième deux points, et ainsi de suite. Le coureur ayant glané le moins de points à l’arrivée est déclaré vainqueur. Depuis ce 21 juillet 1910, les Pyrénées sont toujours sur le parcours du Tour de France. En 1992, le départ de San Sebastian condamne les cols Pyrénéens. Les organisateurs ne voulait pas mettre “ces monstres” d’entrée de Tour.

Ces 4 anecdotes et cette histoire reflètent bien l’esprit du Tour de France. Entre difficultés, malchance, tristesse et montagne, le Tour ne se laisse pas apprivoiser et cela fait son charme. 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here