Arnaud Démare trop tôt, c’est tout Bennett



Ce Paris-Nice est décidément bien animé. Le vent, les chûtes, voilà un joli condensé de ce qu’on aime dans ces courses de début de saison. Brignolles était l’arrivée de cette 5ème étape, une étape de transition entre le chrono de la veille et l’arrivée au Turini demain. Sam Bennett s’est imposé au sprint dans un petit peloton devant Arnaud Démare. Pas de changement au général.

Qui sème le vent récolte la tempête (et les chûtes)

Un trio de tête s’était défait de la course en début d’étape. Rapidement, sous l’impulsion d’équipes comme la Quick-Step et la Mitchelton, qui avaient pour ambitions d’éviter un sprint massif, l’échappée a été reprise à plus de 50 kilomètres du terme. Dans une fin d’étape tortueuse et très rapide, le vent et les chûtes sont venues désorganiser la course. Dans un premier temps, quelques sprinteurs comme Groenewegen, Greipel ont été piégés et un groupe d’une soixantaine d’unités s’est détaché. Une première grosse chûte de Bakelants, qui a été gêné par un objet sur la route, vient couper le peloton, à l’avant on temporise pour permettre le retour de coureurs distancés comme Romain Bardet. Une deuxième chûte à 3,5 km de la ligne de Caleb Ewan va venir couper encore ce peloton et supprimer des sprinteurs comme Christophe Laporte, qui avait des ambition, lui dont les parents habite à 5 km de la ligne tracée à Brignolles. Finalement, dans un sprint vent de face lancé trop tôt, Arnaud Démare se fait coiffer au sprint par Sam Bennett qui double la mise après sa victoire mardi à Moulins/Yzeure.



A propos de l'auteur

Le sport est la seule et unique chose qui me procure autant d'émotion que l'amour, sûrement parce que je suis amoureux du sport. Parfois il me le rend bien.

Poster un commentaire

ut pulvinar odio ipsum libero. consectetur mi, quis