ATP

ATP Antalya – Finale : Mannarino privé de titre par Damir Dzumhur

A la conquête de son premier titre ATP, Adrian Mannarino n’a pas su élever son niveau et l’emporter dans une finale du tournoi d’Antalya totalement décousue, une défaite qu’il faudra vite oublier pour pouvoir aborder sereinement Wimbledon.

La malédiction se poursuit pour Adrian Mannarino, 4ème finale sur le circuit ATP, et 4ème défaite. Encore loin de son compatriote Julien Benneteau (10 finales perdues), le 24ème joueur mondial se satisfera tout de même d’une semaine encourageante marquée par des victoires sur Joao Sousa (47ème) ou bien Gael Monfils (41ème).

Un premier set à sens unique

C’est une finale étonnante qui nous attendait aujourd’hui, pas forcément sur le papier ou s’affrontaient les deux premières têtes de série du tournoi, mais sur le court, ou les deux métronomes sont loin de faire du gazon leur surface favorite. Et dans un round d’observation qui n’a jamais semblé se terminer, c’est Dzumhur qui a su prendre les devants, bien aidé par un français apathique, enchaînant les fautes directes. Résultat, un set bouclé 6-1 en 27 petites minutes.

Un second set…à sens unique

On prend les mêmes et on recommence. Un second set calqué sur le premier, à une exception : des rôles inversés. Ce fut donc au français de durcir son jeu, et à l’inverse au Bosnien d’avoir la main tremblante. Au terme de deux sets, impossible de se faire une idée sur la fin de match, tant les deux protagonistes semblent branchés sur courant alternatif.

Et Dzumhur a eu le dernier mot

Comme dans n’importe quel sport, pour offrir un beau match, il faut être deux, aujourd’hui les spectateurs d’Antalya n’auront malheureusement pas eu l’occasion de voir leurs deux finalistes jouer leur meilleur tennis en même temps. Et dans une rencontre sans saveur, c’est Damir Dzumhur qui a su hausser son niveau de jeu au meilleur moment pour finalement s’imposer 6-1 au troisième set.

Pour notre tricolore il s’agit d’une deuxième finale perdue à Antalya consécutivement, mais à l’heure des regrets, il sera bien plus judicieux de se reconcentrer à l’arrivée d’une échéance bien plus importante qu’est Wimbledon. Dans un paysage tricolore grimaçant, pourquoi ne pas être la bonne surprise pour Adrian, qui rappelons le, s’avancera avec l’étiquette de tête de série numéro 22.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire