ATP – Madrid : Monfils tout proche de l’exploit, la qualif’ pour Djokovic et Thiem !

Que de regrets pour Gaël Monfils. Proche de battre Roger Federer sur le court Manolo Santana, le dernier tricolore en lice à Madrid s’est finalement incliné au tie-break du 3ème set. Des qualifications de Djokovic à celle de Thiem en passant par celle de Cilic, retour sur ce début de journée du côté de la Caja Magica !

 

Si proche…

Le match n’aurait pas pu plus mal démarrer pour le Français. Le Parisien commet une double faute et trois grosses fautes directes dès l’entame, qui donnent d’entrée le break à Roger Federer. S’il concède à son tour deux balles de débreak sur le jeu suivant, le Suisse rentre bien mieux dans la rencontre. Vivacité, service volée, décalage de coup droit gagnant, le n°3 mondial est en démonstration sur le court Manolo Santana. D’une efficacité glaçante, le Maestro colle une bulle à un Gaël Monfils fantomatique, en à peine 18 minutes de jeu. Ouch.

L’entame de seconde manche du Français est lunaire, dans le bon sens du terme. Alors qu’il n’a pas su tenir l’intensité du Suisse dans le premier acte, il inflige un cinglant 3-0 à son adversaire en 8 minutes, et réalise une multitude de coups gagnants hallucinants, avec une force de frappe presque inégalable. La preuve en image.

Le Français tient son avantage jusqu’au septième jeu, où il sauve deux balles de break (avec la manière) avant de perdre son jeu de service sur une nouvelle double faute… Il semble payer sa grosse débauche d’énergie du début de set, et se retrouve désormais constamment sous pression. Néanmoins, “la Monf'” va tenir le coup. Après avoir remis les choses à l’endroit en s’emparant de son service à 4-4 pour basculer à 5-4, le 18e joueur mondial pousse “Rodgeur” à la faute, et se voit offrir le gain du deuxième set sur une faute directe adverse. La partie est relancée.

Un troisième et dernier set où Gaël Monfils retrouve sa première balle, ce qui lui permet de prendre les commandes. Semble-t-il gêné par un problème de luminosité (zone d’ombre), qui est un débat qui revient régulièrement à Madrid, le Suisse commet énormément de fautes en coup droit, et lâche sa mise en jeu d’entrée ; retard qu’il comblera lors du septième jeu (où il revient à 3-4, service à suivre). Monfils continue de challenger le Suisse, et se procure deux balles de match à 6-5, sauvées avec autorité par le Suisse, qui recolle à 6-6. Malheureusement pour Monfils, le tie-break sera à sens unique. Dans un match à rebondissements, l’homme aux 20 titres du Grand Chelem s’impose 6-0/4-6/7-6, et défiera Dominic Thiem demain (17h00) pour une place dans le dernier carré du tournoi madrilène.

 

Djokovic trop fort pour Chardy

Novak Djokovic entame pied au plancher sa rencontre. Alors que le Djoker est toujours à la recherche de véritables sensations depuis sa démonstration à l’Open d’Australie, il inscrit les cinq premiers jeux du match, et se montre intraitable face à un Chardy qui sent pourtant bien la balle depuis le début de la semaine. Solide au service et bien plus performant au retour que son adversaire, le Serbe boucle le premier set en à peine 30 minutes de jeu (6-1). La seconde manche sera plus équilibrée. Le Palois tient son engagement et est bien mieux installé dans l’échange, ce qui empêche son homologue serbe de prendre régulièrement l’échange à son compte. Le Français se procure même une balle de set sur service adverse à 5-4. Mais, comme il sait si bien le faire, Djokovic serre le jeu d’entrée de tie-break pour prendre un point sur le service de son adversaire. Il ne le lâchera plus. En véritable métronome, le Serbe s’impose 6-1/7-6, et confirme son bon début de tournoi.

Résultat de recherche d'images pour "djokovic madrid"

Crédit photo : Saudi Gazette

Il affrontera pour une place dans le dernier carré Marin Cilic, qui a quant à lui également validé son ticket pour les quarts de finale. Après deux gros combats aux tours précédent face à Klizan et Struff, le Croate a une nouvelle fois dû remonter un handicap d’un set et d’un break de retard face à Djere, avant de dérouler dans le troisième set (4-6/6-3/6-2). En difficulté sur ce début de saison, nul doute que ce nouveau combat remporté au forceps va faire le plus grand bien au bourreau des Bleus lors de la dernière finale de Coupe Davis.

 

Thiem s’offre Fognini

L’affiche était alléchante. Le vainqueur du Masters 1000 de Monte Carlo face à celui du Masters 1000 d’Indian Wells et de l’ATP 500 de Barcelone, et les deux joueurs à avoir battus Rafael Nadal sur terre cette saison. Vous l’aurez compris, c’est Fabio Fognini et Dominic Thiem qui s’affrontaient sur le Stadium 3 de la Caja Magica madrilène cet après-midi. Dans ce duel très attendu, c’est l’Autrichien qui prend rapidement les devants. Le compagnon de Kristina Mladenovic met constamment la pression sur l’Italien, jouant très peu de coups neutres, et breake dès le troisième jeu. Dans une rencontre intense et très équilibrée, c’est bien lui qui s’empare du premier acte, sur le score de 6 jeux à 4.

L’intensité de la deuxième manche reste très élevée, et après deux points dont il a le secret, Fognini se procure une occasion de break à 4-3 en sa faveur. L’Autrichien ne tremble pas et revient à 4-4, variant toujours plus dans l’optique de déstabiliser son homologue transalpin. Finalement, c’est de nouveau l’Italien qui craque en premier, lâchant son service au pire des moments, à 5-5. Dominic Thiem ne rate pas l’occasion de conclure, et sort celui qui restait sur 8 victoires consécutives sur terre-battue. Handicapé par ses 30 fautes directes, “Fogna” n’aura pas réussi à franchir le cap aujourd’hui pour s’offrir le droit de défier Roger Federer en quarts de finale.

 

Crédit photo de l’image en Une : La Croix

 

Grégoire ALLAIN (@GregoireAln)

A propos de l'auteur

Surnommé l'électron libre. Fan de Rafa, et heureusement car ce n'est ni l'OL ni le Stade Français qui satisfont mon capital victoires chaque week-ends. Bon sinon, je réussis quand même à être objectif dans mes articles, sauf quand il s'agit d'écrire sur pourquoi le PSG peut-il un jour gagner la Ligue des Champions.

Poster un commentaire

odio in ut neque. tempus venenatis