ATP Monte-Carlo : Medvedev s’est écroulé, première finale pour Lajovic !

Dusan Lajovic n’en finit plus de briller sur le Rocher ! Déjà tombeur de Dominic Thiem ou David Goffin cette semaine, le Serbe s’est offert le scalp d’un nouveau gros poisson ce samedi en la personne de Daniil Medvedev (7-5/6-1). Il se qualifie ainsi pour sa première finale en Masters 1000, où il affrontera le vainqueur de l’autre demi-finale opposant Rafael Nadal à Fabio Fognini.

 

Le début de match est à sens unique. Daniil Medvedev, plus solide, maîtrise mieux les difficiles conditions liées au vent, et se détache pour mener 5-1. Mais à l’image d’un Guido Pella hier (bien que ça ne soit pas Rafael Nadal en face), le Russe s’écroule dans cette fin de première manche. Lâché par sa première balle de service et victime d’une perte de confiance en son coup droit, il concède 6 jeux consécutifs pour perdre cette première manche sur le score de 5 jeux à 7 !

Le début de deuxième set confirme la spirale négative dans laquelle se trouve le 14ème joueur mondial. Plusieurs grosses fautes et il lâche d’entrée son service, ce qui permet à Dusan Lajovic de faire la course en tête. Le Serbe affichant un bilan de 10-0 lorsqu’il gagne la première manche cette saison, la mission s’annonce très complexe pour Medvedev. Incapable de remettre de l’ordre dans ses schémas de jeu, celui-ci ne parvient pas à stopper sa terrible série, et concède son service pour la 5ème fois consécutive.. 3-0 service à suivre pour le Serbe. Le protégé de Jean-René Lisnard sauve même deux balles de triple break à 0-4, pour stopper la série noire de 10 jeux perdus consécutivement. Néanmoins, cela ne sera pas suffisant pour revenir dans cette rencontre.

 

Dusan Lajovic s’impose donc 7-5/6-1, et se qualifie pour la toute première fois de sa carrière de simple pour la finale d’un tournoi ATP. Grâce à son jeu plein de variations basé sur son fabuleux toucher de balle, le Serbe continue sa folle semaine et se donne le droit de pourquoi pas affronter le maître des lieux, Rafael Nadal, demain pour le titre (à moins que Fabio Fognini ne vienne jouer les troubles-fêtes). Le tout sans perdre un set jusque-là, s’il vous plaît.

 

Crédit photo de l’image en Une : Eurosport

 

Grégoire ALLAIN (@GregoireAln)

A propos de l'auteur

Surnommé l'électron libre. Fan de Rafa, et heureusement car ce n'est ni l'OL ni le Stade Français qui satisfont mon capital victoires chaque week-ends. Bon sinon, je réussis quand même à être objectif dans mes articles, sauf quand il s'agit d'écrire sur pourquoi le PSG peut-il un jour gagner la Ligue des Champions.

Poster un commentaire

consectetur porta. facilisis mattis lectus dolor Aliquam ante. fringilla accumsan id mattis