ATP – Wimbledon : Qui pour succéder à Novak Djokovic ?

Après une (courte) période de préparation sur gazon, la planète tennis se tourne désormais vers le All-England Club, théâtre du mythique tournoi de Wimbledon. Si les favoris à la victoire finale sont connus, beaucoup d’autres joueurs frappent à la porte, et tenteront de venir bousculer la hiérarchie. Tour d’horizon sur les forces en présence avant le début du tournoi londonien.

 

Un trio plus que jamais favori ?

« C’est ennuyeux de voir Nadal, Djokovic et Federer gagner tout le temps ». Tels sont les propos de Stefanos Tsitsipas il y a quelques semaines. Le jeune Grec, tout comme le reste des prétendants au trône, va pourtant devoir pour l’instant s’efforcer de l’accepter. En effet, depuis le titre d’Andy Murray à Wimbledon en 2016, le trio ne cesse de se partager les titres en Grand Chelem. Ils seront encore une fois les têtes d’affiches principales sur le gazon anglais.

Tenant du titre, Novak Djokovic s’avance en favori légitime. Tout comme Roger Federer, 8 fois vainqueur sur le Centre Court, et toujours à son aise sur la surface du haut de ses 37 ans. Le Suisse sort de surcroît d’une saison sur terre battue concluante, qui a rassuré sur son niveau de jeu et sa condition physique. Néanmoins, la condition mentale du « Djoker », et la capacité physique du Suisse à enchaîner terre et gazon (ce qui sera une première pour lui depuis 2016), sont en droit de nous interpeller.

Apparu très nerveux Porte d’Auteuil, Djokovic alterne depuis quelques mois le bon et le moins bon. L’interrogation sera, comme souvent avec lui, de savoir dans quel état d’esprit il aborde ce rendez-vous.

Côté Suisse, il sera intéressant de suivre de près comment il enchaîne plusieurs mois de compétition à haute intensité. Il faut savoir que l’Helvète avait reconquis le titre à « Wim’ » en 2017, cinq ans après son dernier succès, en faisant l’impasse sur la tournée ocre. Il s’est par ailleurs imposé à Halle la semaine dernière, et sera tête de série n°2 à Londres (grâce au calcul spécifique en fonction des résultats sur herbe).

Image associée

Crédit photo : Footwear News

Si les deux hommes ne parvenaient pas à développer leur meilleur tennis, cela pourrait profiter à Rafael Nadal, qui arrive avec des certitudes après son titre à Roland-Garros. Le Majorquin a en tout cas affiché son ambition d’aller très loin à Wimbledon. Vainqueur de l’épreuve en 2008 et 2010 et demi-finaliste l’an dernier, le protégé de Carlos Moya sera assurément à l’affût si son physique le laisse tranquille. L’Espagnol avait en ce qui le concerne démarré sa préparation pour le Grand Chelem anglais sur les gazons de Majorque, et a disputé l’exhibition d’Hurlingham cette semaine afin de peaufiner les derniers réglages avant le début du tournoi. Cependant, il a hérité d’un tableau très complexe, et devra surmonter des obstacles tels que Kyrgios, Cilic ou encore Thiem s’il veut s’offrir le droit de défier Federer en demi-finale.

 

Un panel d’outsiders

Ils seront nombreux à vouloir bousculer la hiérarchie. Qu’ils soient têtes de série ou non, on distingue une dizaine voire une quinzaine de joueurs capables d’aller loin au All-England Club. Si l’herbe n’est pas forcément leur surface de prédilection, Dominic Thiem et Stefanos Tsitsipas seront sans doute encore à surveiller à Londres étant donné leur standing. Il faudra cependant bien négocier un premier tour compliqué pour l’Autrichien, qui jouera Sam Querrey. Loin d’être gagné d’avance pour le récent finaliste de Roland-Garros.

De même, Karen Khachanov, Matteo Berrettini ou encore Jan-Lennard Struff pourraient bien venir jouer les troubles fêtes. Si le Russe est un danger connu de tous, on n’aimerait pas vraiment être à la place des gros poissons qui vont croiser l’Italien (vainqueur à Stuttgart et demi-finaliste à Halle) ou l’Allemand (véritable « coupeur de tête » avec près de quinze Top 20 accrochés à son tableau de chasse ces derniers mois) sur leur route. Les trois hommes auront chacun un rôle à jouer dans leur partie de tableau. Stan Wawrinka, Milos Raonic, Alexander Zverev, Kei Nishikori & co sont prévenus.

On surveillera également les noms de Nick Kyrgios, Kevin Anderson ou encore John Isner, toujours compliqués à négocier sur gazon.

A propos de l'auteur

Surnommé l'électron libre. Fan de Rafa, et heureusement car ce n'est ni l'OL ni le Stade Français qui satisfont mon capital victoires chaque week-ends. Bon sinon, je réussis quand même à être objectif dans mes articles, sauf quand il s'agit d'écrire sur pourquoi le PSG peut-il un jour gagner la Ligue des Champions.

Poster un commentaire

quis tempus commodo dolor. vulputate, Donec Phasellus adipiscing