Band of Pitchouns : Les débuts du Commandant Kombouaré ! #1

Intronisé à la tête de l’armée Violette du Toulouse Fight Club il y a deux semaines, l’heure est venue d’évoquer les premiers jours de la mission commando du commandant Kombouaré. Tout au long de la saison nous vous conterons les nombreuses batailles du TFC en L1 Famas. Pour commencer vous aurez donc deux épisodes en un ! Allez, castagne.

Pas de blabla en temps de baston

Arrivé sur le camp de base lundi 14 octobre, Kombouaré s’est donc présenté devant les micros des journalistes dans la tente de crise. Très peu intéressé par la discussion, notre commandant kanak préféré a bien fait passer son message : des cou****, de la défense, du barbelé, des mines anti-personnelles. Rien à carrer de l’adversaire prochain, la guerre est déclarée. Une première rencontre avec ses soldats pour instaurer une hiérarchie dans les troupes et les premiers grades tombent. Capitaine Gradel et Lieutenant Reynet sont donc les sous officiers de notre armée et les premiers relais sur le champ de bataille pour Cdt Kombouaré.

Après l’appel des soldats et un levé de drapeau suivi de la Marseillaise, qui sera désormais entendue avant chaque entraînement, les troupes doivent préparer la dixième bataille de la saison, la première sous le nouveau commandement. Après un stage de quelques jours à la caserne de Pérignon avec la 11e division aéroportée, Yaya Sanogo semble s’améliorer devant la cage sous peine de sauter en parachute en cas de tir loupé. Parcours d’obstacles, soulevé de terre, l’entraînement ressemble aux compétitions de Cross-fit sur l’équipe 21. Pas de ballon, c’est surfait, juste un couteau et une grenade comme outil pour s’entraîner.

Le Commandant Kombouaré en pleine action sur le champ de bataille. Crédit photo / Toulouse FC

Premier plan d’attaque

Nous sommes donc au samedi 19 octobre, l’Armée Violette est prête pour sa première mission face aux Dogues du LOSC. Le Verdun Stadium a préparé ses tranchées et les supporters du TFC sont équipés d’arbalète dans des tribunes rénovées pour la saison en château fort avec des meurtrières pour les fans. Les arbitres portent des gants de boxe et sont prêts pour la baston. Côté Pitchouns, les onze soldats alignés par Cdt Kombouaré sont : Lt Reynet – Amian, Isimat Mirin, Diakité, Sylla – Sangaré, Vainqueur – Dossevi, Saïd – Cpt Gradel, Koulouris. Les deux bataillons pénètrent sur “Gortoz a Ran” pour cette première bataille. Les Toulousains enfilent leurs casques et présentent leur troisième maillot camouflage couleur treillis.

L’arbitre cogne la cloche et c’est parti au Verdun Stadium ! Les soldats Pitchouns se ruent très rapidement dans le camp Lillois, malgré les pertes prématurées des soldats Diakité et Saïd sur blessure notamment liée au stage commando. L’Armée Violette fera sauter une première fois la base ennemie grâce à une grenade de Yaya Sanogo à la suite d’un excellent centre du soldat Dossevi. Le soldat Sanogo ne sautera donc pas en parachute. Quelques minutes plus tard, Capitaine Gradel inscrira un penalty bien exécuté avec son arme de poing. Malgré un échec dans le même exercice quelques minutes plus tard, Capitaine Gradel et ses troupes iront chercher la victoire. Des sueurs froides ont tout de même traversé les tranchées du Verdun Stadium quand le Lieutenant Reynet a reçu une flèche dans ses buts.

La joie du Capitaine Gradel après son but ! Crédit photo / Toulouse FC

Piège de Bretagne

Les Pitchouns ont donc remporté cette première bataille sous le commandement Kombouaré. Une victoire méritée et un plan d’action parfaitement bien conçu et imaginé par la cellule de crise de l’Armée Violette. Pour sa deuxième bataille, le TFC se déplace en terre celte, sur la pelouse du Bataillon Rennais. Face au Commandant Kanak se dresse un adversaire de taille : un génie précoce de la guerre, le Sergent-Crack Stephan. Après une bataille perdue en semaine face au club du Transylvanie Cluj, les jeunes soldats rennais devaient se ressaisir.

Après un démarrage catastrophique avec plusieurs hommes tombés au combat, l’Armée Violette est donc menée 2-0. La sortie prématurée du soldat Sangaré, punit par son commandant démontre la poigne de fer de l’officier en chef. Sangaré sera d’ailleurs privé de ration et son lit de camp prêté au soldat Boisgard.

La réaction du Capitaine Gradel

À la suite d’un bon mouvement de balle avec le Capitaine Gradel, soldat Sylla adresse une bonne grenade au Sergent Dossevi qui a gagné un galon en une semaine. 2-1. C’est le moment que choisit notre Roi d’Afrique et Capitaine Max-Alain Gradel pour remettre son bataillon sur le bon chemin grâce à un coup-franc magnifique. Malheureusement pour l’Armée Violette, les derniers assauts à coup de mortier et de jeunesse seront fatales et l’aspirant Gboho viendra crucifier nos Pitchouns.

Les deux légendes de l’Armée Violette en pleine élaboration d’une tactique de guerre. Crédit photo / Toulouse FC

Une défaite amer, la première pour le Commandant Kombouaré qui peut nourrir des regrets. Malgré tout, son groupe a su montrer des aptitudes mentales pour réagir, ce qui est primordial en temps de guerre.

Dans le prochain épisode, le mois de novembre s’annonce rugueux pour le bataillon Violet, la réception de l’Armée Gone, un déplacement chez le voisin Occitan, l’Empire Phocéen et enfin le surprenant bastion Canari. Alors qui sera promu ? Le commandant Kombouaré gardera-t-il ses troupes en alerte ? Le soldat Sangaré se remettra-t-il de sa punition ? Ce sera dans le prochain numéro de Band of Pitchouns !

(Toute ressemblance avec de véritables acteurs est complètement fortuite et parodique)

A propos de l'auteur

Stevan Jovetic FC

Poster un commentaire

leo risus libero mattis Lorem Praesent luctus nunc id ultricies