Bianca Andreescu : Alerte pépite !

0
Ligue 1

A 18 ans seulement, Bianca Andreescu s’avance comme un des plus grands espoirs du tennis féminin. Auteure d’un début de saison absolument brillant, la jeune Canadienne ne cesse de progresser depuis maintenant 3 ans, et arrive comme un boulet de canon sur le circuit WTA.

 

Un phénomène de précocité

Née au Canada, le petite Bianca débute le tennis en Roumanie à l’âge de 7 ans. Après quelques années, elle repart au Canada, où elle trouve une structure d’entraînement à Toronto. Son parcours chez les juniors est brillant. Vainqueur des Petits As et de l’Orange Bowl en simple, et de l’Open d’Australie et Roland-Garros en double notamment, Andreescu impressionne déjà de part sa précocité. A 16 ans, elle connaît sa première sélection en équipe de Fed Cup du Canada, avant de connaître son premier véritable coup d’éclat sur le circuit WTA quelques mois plus tard. Elle atteint en effet les quarts de finale à l’Open de Washington, en battant notamment Kristina Mladenovic (alors tête de série n°2). Elle dispute par ailleurs sa première finale en double sur le circuit, à Quebec, associée son amie Carson Branstine (avec qui elle avait également remporté l’Open d’Australie et Roland Garros en double chez les juniors).

“Bianca” finira par être élue joueuse canadienne de l’année, et continuera sa progression lors de la saison 2018, où elle touche du bout des doigts l’accès au Top 100 mondial. C’est donc avec énormément d’ambition qu’elle débute cette saison 2019.


Un début de saison extraordinaire 

Bianca Andreescu démarre sa saison plus tôt que tout le monde. Le 28 décembre, elle est déjà sur les courts d’Auckland, pour y disputer les qualifications du premier tournoi de l’année. Trois jours et trois victoires plus tard, la voilà dans le tableau principal du tournoi néo-zélandais. C’est là que la tempête Andreescu va débuter. Après une première performance au premier tour et une victoire sur Timea Babos (6-4/7-6), la jeune Canadienne va s’offrir le luxe de sortir deux anciennes numéros une coup-sur-coup, en les personnes de Caroline Wozniacki (6-4/6-4) et Venus Williams (6-7/6-1/6-3). Avec un niveau de jeu tout bonnement époustouflant, la teenager de 18 ans confirme tous les espoirs placés en elle, et rejoint le dernier carré. La cadence semble être difficile à tenir pour ses adversaires lors de cette semaine.

En demi-finale, même après ses deux exploits, et alors qu’elle affronte une adversaire piège toujours compliquée à négocier, elle ne flanche pas et se sort du défi tactique que lui impose Hsieh (6-3/6-3). Oui sur le papier c’était un match abordable, mais dans ces conditions, il fallait répondre présent sur le plan mental. C’est déjà la marque d’une grande. Malgré sa finale perdue face à Goerges  (2-6/7-5/6-1), la début de saison de Bianca Andreescu est plus que réussi, et est récompensé par une entrée dans le Top 100, dans lequel elle est aujourd’hui bien installée.

A peine le temps d’enchaîner, on la retrouve trois jours plus tard sur les courts de l’Open d’Australie pour y disputer là encore les qualifications. Néanmoins, la fatigue ne l’handicapera pas plus que ça tant son parcours en qualif’ ne fût qu’une formalité. 7 petits jeux perdus en trois matchs, et un ticket validé pour disputer son premier Grand Chelem en terres australiennes. Au premier tour, elle sort vainqueur d’un énorme combat face à un autre espoir du tennis, l’Américaine Osuigwe (7-6/6-7/6-3 en 2h50), malgré une gêne physique. Malheureusement, cette gêne l’empêchera de tenir la distance au tour suivant face à la redoutable Sevastova (3-6/6-3/2-6). Malgré cette défaite, le tournoi est encore une fois réussi pour Andreescu, qui continue d’engranger des points et de la confiance pour la suite.

La suite ? Elle n’a tout simplement pas reperdu un match depuis. Un (premier) titre au WTA 125 de Newport, en battant notamment sa compatriote Bouchard, Maria ou encore Pegula, et deux victoires au premier tour de la Fed Cup (Groupe II), qui confirment que la protégée de Nathalie Tauziat est une joueuse à part, et qu’il faudra suivre de très près dans les mois à venir.

 

Un vent de fraîcheur sur le circuit féminin

Le personnage est agréable. C’est le genre de joueuse qui vous donne l’envie de se poser dans un canapé et de suivre ses rencontres et plus globalement le circuit féminin. De part son style de jeu tout d’abord. La Canadienne met en effet beaucoup d’énergie sur le court. Avec son style de jeu agressif, caractérisé par une grosse force de frappe, et une force physique et caractérielle pour le moins impressionnante pour son âge, on ne s’ennuie jamais lorsqu’on voit évoluer Bianca Andreescu sur un court de tennis.

D’autre part, le fait qu’elle soit très active sur les réseaux sociaux (notamment Instagram), comme peut par exemple l’être une Aryna Sabalenka, nous permet à nous, fans ou non, de créer une certaine proximité avec l’athlète, ce qui est toujours agréable dans un monde professionnel de base très privé. Avec un alliage de sincérité et de combativité, la jeune prodige n’a donc pas fini d’attirer notre attention.

 

Source de l’image en Une : WTA

 

Gregoire ALLAIN (@GregoireAln)

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here