F1 : Le bilan de la saisons 2018 de Toro Rosso

Après cette fin de saison de Formule 1 version 2018, le moment du bilan s’impose. Quelles ont été les écuries en forme ou en méforme, en progression ou en régression ? Cette saison nous a réservé des surprises de taille, et des déceptions immenses. Des pilotes se sont fait remarquer et d’autres oublier… Analysons d’un peu plus près la saison 2018 de chaque écurie et penchons nous aujourd’hui sur l’écurie Toro Rosso.

Une voiture irrégulière et inexpérimentée

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette année était expérimentale pour Toro Rosso. Après une association plus que décevante avec McLaren, Honda s’est tournée vers Toro Rosso pour persévérer en Formule 1. La petite sœur de Red Bull a d’ailleurs servi de laboratoire grandeur nature, Red Bull ayant aussi passé un accord avec la firme nippone au cours de l’année 2018.

Côté performances, on a pu voir une voiture tantôt rapide en qualifications (Bahreïn, Hongrie, Japon), tantôt plus que décevante avec des sorties prématurées en Q1 (Melbourne, Bakou, Hongrie, Abu Dhabi). Globalement, les points ont surtout été marqué en début de saison. La deuxième partie fut largement marquée par les pénalités à répétition qu’ont subi les deux pilotes. Ces pénalités ont surtout permis à Honda de continuer à se développer en cours de saison afin d’améliorer toujours plus son moteur.

Des pilotes diamétralement opposés

Ce n’est pas une marque de chauvinisme que de dire que Pierre Gasly a écrasé son coéquipier. Le Normand a parfaitement exploité sa monoplace, signant de grands résultats comme sa 4ème place à Bahreïn pour sa deuxième course, et ses sixième et septième places en Hongrie et à Monaco. Il n’en fallait pas plus au board de Red Bull pour décider de le promouvoir aux côtés de Verstappen l’année prochaine. Si c’est un sacré client, le duo pourrait briller en course. De plus, son expérience avec Honda devrait lui donner une longueur d’avance.

Pour le Néo-Zélandais, l’affaire fut tout autre. Dominé en course comme en qualifications, il n’a marqué que 4 points. Par rapport aux 29 points de Gasly, c’est vraiment maigre. Peu convaincant, il sera remplacé dès l’année prochaine par un revenant, Daniil Kvyat. Avec Gasly s’en allant chez Red Bull, c’est un autre rookie qui fera son apparition l’année prochaine en Formule 1, le Thaïlandais Alex Albon.

 

© Mark Thompson/Getty Images

Quelques chiffres

  • 9 : c’est la place de Toro Rosso au classement constructeur, soit son pire résultat depuis 4 ans.
  • 33 : c’est le nombre de points au classement des constructeurs
  • 4 : comme la meilleure place obtenue par un pilote Toro Rosso cette saison (Pierre Gasly)
  • 10 : c’est le nombre d’abandons subis par Toro Rosso cette saison (5 pour chaque pilote)
  • 8 : comme le nombre de fois où une Toro Rosso est rentrée dans le Top 10

Avec une saison marquée par l’arrivée d’un nouveau motoriste, on ne pouvait pas espérer grand chose de la part de la petite sœur de Red Bull. Elle ne finit que devant Williams, qui a réalisé une saison cauchemardesque. La satisfaction majeur vient de la promotion du français Pierre Gasly. Derrière, le recrutement s’est avéré compliqué, la filière de jeunes pilotes Red Bull semblant s’essouffler.

A propos de l'auteur

Si un jour on m'avait dit que je deviendrais journaliste F1 ... Fan d'athlètes espagnols en tout genre, mais surtout d'un en particulier. Considéré comme un footix par mes pairs, je supporte fièrement l'Olympique Lyonnais. Considéré comme un basketix par mes pairs, je supporte fièrement GSW.

Poster un commentaire

mattis dolor lectus fringilla odio adipiscing luctus ut sit non vulputate,