Bilan de la saison 2018 de la BMC

0
Crédit photo : TodayCycling
Ligue 1



Comme après une classique de 200 bornes, on rentre dans la partie la plus animée. Dans notre série de bilans sur la saison 2018 c’est aussi le début de la fin. On s’attaque à un gros morceau du peloton avec BMC qui a réalisé sa dernière saison (devient CCC en 2019) plutôt en demi-teinte.

Bien, mais peut mieux faire.

Oui, il y a moins de victoire cette saison pour l’équipe américaine mais tout ça sera expliqué dans la suite de cet article. Pour l’instant, revenons sur le côté positif de la saison des rouge et noir, (bel hommage à Jeanne Mas, on ne va pas en faire des tonnes). Comme toute bonne saison chez BMC, on récupère un titre national dès le cinquième jour de la saison avec le chrono empoché par Rohan Dennis. Comme quoi un wallabie ça roule. Un autre Wallabie roule bien d’entrée c’est Richie Porte qui remporte la 5ème étape du Tour Down Under, la course maison par excellence. Les Australiens, en forme et peu rassasiés continuent leur moisson, Rohan Dennis avale les chronos un par un (Abu Dabi, chronos individuel et par équipe de Tirreno-Adriatico). Le seul vrai manque de régularité dans la victoire se situe en avril pendant les classiques. Greg Van Avermaet échoue au pied du podium dans le Ronde puis à Roubaix. Jurgen Roelandts avait lui aussi loupé le podium plus tôt à San Remo. L’échec le plus cuisant reste celui de Dylan Teuns seulement 20ème de Lièg-Bastogne-Liège.


Top Chrono

Le retour à la normale viens d’une de nos égéries de la rédaction cyclisme chez WeSportFR : Tejay Van Garderen. Une belle victoire sur la 4ème étape du Tour de Californie (encore un chrono), dans son pays, on en a chialé des jours (en repensant à Riblon qui le dépasse dans l’Alpe, Christophe t’a déconné). Sur le Giro, par de vrais prétendants à la victoire alors Rohan Dennis s’offre un énième chrono qu’on arrêtera de citer puisqu’il fera un doublé encore sur la Vuelta. Le maître du temps c’est lui et pas un pote du père Fourras a Fort Boyard. Escapade en Suisse pour les Américains et comme c’est la spécialité de l’équipe, victoire à la maison de Stephen Küng (c’est pas une marque de cornichon on vous assure). Enfin, c’est toujours une victoire sur un chrono, d’ailleurs BMC avait ouvert ce Tour de Suisse par une victoire sur un chrono par équipe qui permettra à Richie Porte de remporter le Tour de Suisse. Dominateurs. Finalement seul Alessandro de Marchi sur la Vuelta, sur une belle échappée arrivera à attraper une étape en ligne (seul Richie Porte sur le Down Under a réussi dans l’équipe). Sans le chrono, BMC c’est presque 0.

Richie Porte a sauté par la fênetre

Ou du moins il a du hésite tant sa saison ressemble à un calvaire. Touché par une infection respiratoire, il ne participe par à Tirreno-Adriatico. Son objectif est alors sur le Tour de France, mais Richie sans un chute qui contraint l’abandon ce n’est plus Richie. Sur les pavés qui mènent à Roubaix c’est le drame. Il vise alors les Mondiaux et se prépare sur la Vuelta (oui il y était et non on l’a jamais vu). Alors les Mondiaux ? Forfait. Bingo. Terrible pour ce coureur très talentueux, mais si malchanceux.

Voilà qui conclue le bilan d’une équipe BMC très mitigé et très dépendante de ses contre-la-montre. Une page se tourne avec la disparition de cette équipe et l’apparition de la CCC. Bon vent !



Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here