Bilan mi-saison de Domino’s Ligue 2 – Episode 8 : Grenoble Foot 38

Trêve internationale oblige, il est temps de faire un bilan sur la première partie de saison de Domino’s Ligue 2. Nous vous proposons de revenir avec vous sur les temps-forts de ce championnat, et ce, par équipe ! C’est aujourd’hui au tour de Grenoble, promu surprenant qui s’est invité dans la course aux playoffs.

Grenoble Foot 38

Classement : 7ème avec 31pts / 9v, 4n, 6d – 23 bp, 19 bc

Coupe de la Ligue : éliminé au 1er tour par Metz (2-1)

Coupe de France : qualifié pour les 32èmes de finale contre Strasbourg

Un changement d’entraîneur risqué mais payant

Après deux montées successives de National 2 à National 1, puis de National 1 à Ligue 2, Grenoble a enfin retrouvé l’antichambre de l’Elite, sept ans après l’avoir quittée. Cela est en grande partie dû au coach Olivier Guégan, qui a effectué un formidable travail au sein du club isérois en seulement deux ans. Pourtant, à la suite de divergences internes, les dirigeants grenoblois ont décidé de se séparer de l’ancien entraîneur de Reims à l’intersaison, malgré le soutien de plusieurs cadres du vestiaire. C’est donc Philippe Hinschberger qui a ensuite pris les rênes de l’équipe, et on peut dire que ce changement d’entraîneur a été payant. En effet, le promu isérois a surpris tout le monde par sa qualité de jeu, au point de se mêler à la course aux playoffs. Grenoble occupe actuellement la septième place du championnat, à seulement un petit point du podium. Avec 31 points au compteur, le GF38 s’est quasiment assuré le maintien, et pourra aborder sereinement la deuxième partie de la saison. Une vraie réussite pour Hinschberger, dont l’expérience aura été bénéfique au promu grenoblois, qui a encore une bonne marge de progression.

Des recrues efficaces et un effectif qui a su s’adapter à la Ligue 2

Monter dans la division supérieure est certes euphorisant pour un promu, mais y réussir est une autre affaire, car bien souvent surviennent des problèmes liés au budget, au recrutement et à l’inexpérience de l’échelon du dessus. Ces soucis, Grenoble les a balayés en choisissant un très bon coach de Ligue 2, et en effectuant un mercato de qualité. Avec l’arrivée de l’ex-Dijonnais Jessy Benet (deux buts, deux passes décisives) et des anciens Gaziers Jérôme Mombris (deux passes décisives) et Youssouf M’Changama (trois buts, cinq passes décisives), le GF38 s’est très bien renforcé, en atteste leur efficacité. Ajoutés à cela les cadres de l’an dernier tels que le buteur Florian Sotoca (six buts, quatre passes décisives), les milieux Arsène Elogo (deux buts) et Ibrahima Coulibaly, les défenseurs Maxime Spano (un but) et Eric Vandenabeele (deux buts), ainsi que le gardien Brice Maubleu, et l’équipe a atteint un rendement optimal. Les titulaires ont su s’adapter très vite à la Ligue 2, de même que certains remplaçants, notamment Malek Chergui, auteur de cinq buts.Un savant mélange donc, qui explique les bons résultats des Isérois en championnat. Pas un hasard donc, que Maubleu, Vandenabeele et Sotoca fassent partie des révélations de cette première moitié de saison.

Attention au contre-coup hivernal

Même si le promu s’en sort remarquablement bien en Ligue 2, tout n’a pas été tout rose pour autant, en particulier lors des deux dernières journées avant la trêve. Grenoble a d’abord concédé une défaite sur sa pelouse face au Paris FC (0-1) – un adversaire qui fait néanmoins partie des meilleures formations du championnat – mais surtout subi une sévère déculottée 4-0 à Auxerre lors de la 19ème journée, un peu plus problématique. La plus grosse défaite du GF38 cette saison, sans doute liée à une fatigue des organismes après une première moitié euphorique. Il n’empêche, ce revers ne doit pas être pris à la légère, car on sait pertinemment que la période hivernale peut être difficile à gérer, avec les températures en baisse (en particulier en Isère). Ce match devra servir de leçon pour les hommes d’Hinschberger, qui ne manquera d’ailleurs sûrement pas de les remobiliser lors de la reprise.

 

De retour en Ligue 2 après avoir battu Bourg-en-Bresse en barrages d’accession, Grenoble s’est parfaitement adapté au championnat, en occupant une place dans la première moitié de tableau (7ème). Le promu s’est offert un matelas confortable sur la zone rouge, et a presque validé son maintien. Reste maintenant à savoir si les Isérois ont juste surfé sur une vague d’euphorie, ou s’ils peuvent se mêler réellement à la lutte pour les playoffs.

 

Source image : gf38.fr

Poster un commentaire

ut pulvinar accumsan Donec dictum tempus elementum et, odio id diam