Bilan mi-saison de Domino’s Ligue 2 – Episode 9 : Le Havre AC

Trêve internationale oblige, il est temps de faire un bilan sur la première partie de saison de Domino’s Ligue 2. Nous vous proposons de revenir avec vous sur les temps-forts de ce championnat, et ce, par équipe ! C’est aujourd’hui au tour du Havre, une équipe qui se distingue surtout par son bon parcours dans les coupes nationales.

Le Havre AC

Classement : 10ème avec 27pts / 7v, 6n, 5d – 21 bp, 18 bc

Coupe de la Ligue : qualifié pour les quarts de finales contre Bordeaux

Coupe de France : qualifié pour les 32èmes de finale contre Bordeaux

Le départ de Mateta a laissé un vide

Quatrième du dernier championnat, Le Havre a réalisé une très belle saison, accédant aux playoffs pour la montée en Ligue 1. Vainqueurs de Brest mais tombés contre l’AC Ajaccio dans des conditions très difficiles (on se demande encore comment les Corses ont pu ne pas s’incliner sur tapis vert), les Havrais ne sont pas passés loin de rejoindre l’Elite. Ce beau parcours a été possible en partie grâce à un homme : Jean-Philippe Mateta. Prêté par Lyon, l’ancien Castelroussin a bouclé un exercice 2017-2018 exceptionnel, avec notamment 17 buts inscrits en Ligue 2. Fer de lance de l’attaque havraise, Mateta a tout simplement montré qu’il avait le potentiel pour jouer plus haut. Son départ du Havre a laissé un grand vide, lui qui a finalement été vendu par l’OL à Mayence (Bundesliga). Les talents ne manquent pas sur la ligne offensive des Normands : Alimami Gory, Jamal Thiaré, Ebenezer Assifuah ou encore Tino Kadewere, mais aucun n’a vraiment réussi à remplacer Mateta d’un point de vue statistique. Seul Gory s’en sort à peu près bien, avec quatre buts et deux passes décisives. Même la recrue Hervé Bazile (ex-Caen) n’est pas parvenue à se distinguer réellement (deux buts, une passe décisive). Quand on sait qu’un buteur efficace est un vrai atout pour une formation qui joue le haut de tableau, il n’est pas étonnant de voir le HAC souffler le chaud et le froid, avec à peine plus d’un but par match de moyenne (21 inscrits en 18 rencontres).

Une équipe irrégulière mais qui a tout de même du caractère

Cette saison, Le Havre alterne entre bonnes performances et performances moyennes voire médiocre, capable aussi bien d’aller gagner à Metz (0-1) ou de battre Lens (2-1), comme de s’incliner sur sa pelouse face à Béziers (2-3). Cette irrégularité chronique se ressent dans les résultats, mais est aussi constatable dans le même match parfois. On pense notamment à cette défaite à Ajaccio (décidément), car les Havrais étaient menés 3-0 et sont parvenus à revenir à 3-2 à la 66ème. Cela n’a pas suffit pour cette fois, mais ce genre de scénarios a été relativement fréquent. Contre Sochaux par exemple, le HAC perdait 0-2, et a fini par s’imposer 3-2 en fin de rencontre. Ou encore contre Brest en coupe de la Ligue, les Normands menaient 3-0, se sont fait rejoindre à 3-3 mais ont décroché la qualification aux penaltys. Cette équipe montre malgré tout qu’elle a du caractère, même si cela doit parfois être difficile à suivre pour ses supporters. Avec un effectif similaire à l’an passé, il est difficile d’expliquer pourquoi Le Havre aime tant jouer à se faire peur. Heureusement que le HAC peut compter sur certaines individualités pour sauver les meubles. Car sans les Harold Moukoudi (deux buts), Denys Bain (trois buts), Alexandre Bonnet (un but, deux passes décisives), Jean-Pascal Fontaine (trois buts, une passe décisive) ou Zinedine Ferhat (trois buts, quatre passes décisives), la position au classement serait peut-être moins élevée…

Les coupes nationales comme échappatoire

La vraie satisfaction pour les Havrais jusqu’ici sont les parcours en coupes nationales. En coupe de la Ligue, Le Havre est le dernier représentant de la Ligue 2, avec une qualification pour les quarts de finale. Après avoir éliminé successivement Bourg-en-Bresse (2-0), Brest (3-3, victoire aux t.a.b.) et Troyes (2-0), les Normands se sont aussi offert le luxe de faire tomber un club de Ligue 1, Nîmes, au terme d’un match très abouti (2-1). Ils devront être capables de réitérer cette performance à Bordeaux lors du prochain tour. En coupe de France, le HAC n’est tombé pour l’instant que sur des divisions inférieures, et a assumé son statut en étrillant Gamaches (1-7) et Villers Houlgate (1-5). Qualifié pour les 32èmes de finales, Le Havre jouera également sa qualification… à Bordeaux. Reste à savoir si les Havrais prendront le meilleur sur les Girondins deux fois de suite.

 

Manquant de régularité en Ligue 2, Le Havre n’est pourtant pas largué dans la course aux playoffs, avec seulement cinq points de retard sur les places qualificatives. Mais pour viser plus haut les Havrais devront montrer un meilleur visage, à l’image de celui affiché en coupe de la Ligue contre Nîmes. Avec l’accumulation des matchs du fait des qualifications en coupes, tout le défi sera de pouvoir être compétitif sur tous les tableaux, avec un effectif correct mais pas non plus pléthorique. Un beau challenge s’offre à Oswald Tanchot pour cette deuxième partie de saison.

 

Source image : paris-normandie.fr

Poster un commentaire

in venenatis, quis tempus ut luctus ipsum