Bilans NBA : Et à la fin ce sont les Warriors qui gagnent

La saison NBA étant terminée, il est maintenant l’heure de dresser le bilan de chaque franchise, en traitant aussi bien de leur saison passée que de leurs saisons à venir. Chaque jour pendant l’été vous sera proposé un bilan, de pire au meilleur bilan. On en arrive à une certaine équipe de la baie de San Francisco : Les Golden State Warriors

La Draft

Pas de draft parce qu’on change pas une équipe qui gagne à Oakland.

La saison 2017 – 2018

Après trois saisons de suite à cotoyer les finales NBA et donc disputer au moins 100 matchs par saison, les Warriors étaient fatigués. Un début de saison plein de maladresse, de laxisme, les Warriors ne sont pas la grande équipe qui vient de sweeper la conférence Ouest en playoffs. 5-3 au bilan, peu encourageant dont une défaite face à Houston qui fait déjà figure de prétendant à la succession des Warriors à l’Ouest. Mais n’oublions pas que les Warriors sont sûrement la meilleure équipe de la décennie. Retour au sérieux, Steve Kerr met les pieds dans le plat et novembre se termine par un 11-3. Sérénité retrouvée, collectif resoudé ? Pas encore, si tout ce passe bien jusqu’au break All-Star, l’après est de nouveau compliqué, deux bilans à l’équilibre en mars et avril, des blessures à répétitions, inquiétant ? Non, évidemment, les Warriors finissent le boulot mais lâchent tout de même la première place à l’Ouest au profit des Rockets.

Playoffs :

Une entrée en matière assurée face à des Spurs et des Pélicans amoindris avec deux jolis 4-1, les Warriors se mettent en route. Si bien que Houston mènera 3-2 en demi-finale de conférence. Derrière ? Un game 6 de Klay Thompson comme il sait les jouer, 35 pions et une humiliation plus tard, les Warriors emmènent les Rockets dans un Game 7 bouillant au Toyota Center. Mais comme on commence à en avoir l’habitude à la fin c’est les Warriors qui gagnent. La finale face aux Cavs est dominée . 4-0. Le King n’est plus aussi roi et s’en va, laissant les Warriors sabrer le champagne encore une fois à Cleveland.

MVP de la rédac

Stephen Curry. C’est souvent lors de ses blessures que les Warriors perdent pied, véritable métronome, il peut plier un match par n’importe quel move. Le type est plus que sérieusement un des meilleur joueurs de la décennie, voire du XXIème siècle.

La saucisse de la rédac

Zaza Pachulia, parce que se faire mettre sur le banc par Javale McGee c’est légéndaire.

L’avis de la rédac

Une saison en guise de piqûre de rappel mais les Warriors installent leur dynastie et l’aventure pourrait bien continuer avec l’arrivée de Boogie. A suivre…

A propos de l'auteur

Le sport est la seule et unique chose qui me procure autant d'émotion que l'amour, sûrement parce que je suis amoureux du sport. Parfois il me le rend bien.

Poster un commentaire

Sed commodo Nullam risus ut ultricies mattis velit, commodo nunc nec