Foot US

Black Monday NFL : le point sur les coachs virés dès la fin de la saison régulière

Seulement quarante-huit heures après la fin de la saison régulière, certains coachs ont déjà été remerciés par leurs franchises lors du traditionnel Black Monday. Licenciements attendus, compréhensibles ou surprises, tour d’horizon des coachs qui se retrouvent sans-emploi à l’orée de l’intersaison 2022.

Brian Flores

Viré par les Miami Dolphins

C’est pour l’instant LA grosse surprise de ce Black Monday. Après trois saisons à Miami, Brian Flores a été remercié par sa direction et devra donc trouver un autre banc que celui des Dolpins pour l’exercice 2022. Arrivé en 2019, l’ancien assistant des Patriots a frôlé à deux reprises les playoffs, terminant avec un bilan positif l’an dernier (10-6) et cette année (9-8). Affichant un bilan global de 24-25, Flores aurait, selon l’insider d’ESPN Jeff Darlington, été remercié à cause de différents avec le manager général Chris Grier et une relation qui se détériorait avec son jeune quarterback Tua Tagovailoa. Une version confirmée à demi-mots ce lundi par le propriétaire de la franchise, Stephen Ross : « Je prends toute la responsabilité a-t-il affirmé selon le journaliste de USA Today Safid Deen. Si cela ne fonctionne pas, c’est à moi de décider. C’est pour cela que nous faisons des changements ».

À tout juste 40 ans, Brian Flores sera sûrement l’un des coachs libre de tout contrat les plus demandés au cours de l’intersaison, et ne devrait pas avoir de mal à trouver un nouveau point de chute.

Matt Nagy

Viré par les Chicago Bears

Celui-là était attendu, et il a bien été confirmé ce lundi. Annoncé sur la sellette depuis Thanksgiving, tant et si bien que certains insiders l’annonçaient évincé à peine la dinde coupée, Matt Nagy aura donc finalement réussi à finir la saison à Chicago, mais ne repartira pas pour une cinquième saison consécutive. Arrivé en 2018 dans l’Illinois après un bon travail dans le staff d’Andy Reid à Kansas City, il n’a jamais vraiment convaincu, pliant bagage avec un bilan moyen de 34-31 pour deux participations aux playoffs (élimination en Wild Cards en 2018 et 2020). Présenté comme un spécialiste du développement de quarterback et recruté pour développer Mitchell Trubisky, il n’a jamais réussi à faire de l’ancien de North Carolina la star de cette franchise. Déjà sur un siège éjectable avant le début de la saison, son incapacité à adapter son système pour développer le quarterback rookie Justin Fields ont finalement eu raison de lui.

À 43 ans, Matt Nagy devra sûrement se refaire une réputation dans un rôle moins huppé que celui de head coach pour espérer trouver un poste sur un banc en NFL. Travailler dans l’ombre pour mieux rebondir, tel est ce que l’on souhaite au troisième coach limogé par les Bears en neuf ans. À noter que le manager général Ryan Pace a lui aussi été remercié, après sept ans dans les bureaux de la franchise de Chicago.

Mike Zimmer

Viré par les Minnesota Vikings

Tout comme Matt Nagy, le possible licenciement de Mike Zimmer était attendu depuis un moment. Et tout comme le désormais ex-coach des Bears, Zimmer a été renvoyé dès ce lundi par les Vikings. Head coach de Minnesota depuis 2014, lorsqu’il avait remplacé Leslie Frazier, le spécialiste défensif termine son passage avec un bilan de 72-56-1 en huit saisons, marqué par trois qualifications en playoffs (2015, 2017 et 2019) dont une bonne campagne en 2017 qui avait vu les Vikings atteindre le NFC Championship Game. Marquant le pas sur ces deux dernières saisons (7-9 et 8-9), il paie son incapacité à sublimer une défense qu’il faisait autrefois briller, et paie les nombreuses critiques l’incriminant également pour son incapacité à tirer le meilleur d’un effectif qui vaut mieux que ce qu’il propose dernièrement.

À 65 ans, l’avenir de Mike Zimmer est assez incertain. Loué pour ses capacités à construire des défenses, il pourrait retrouver un rôle de coordinateur, même si le niveau récent de l’escouade défensive des Vikings ne plaide pas en sa faveur. À souligner que le renvoi de Zimmer s’accompagne de celui du manager général Rick Spielman, dans l’organigramme de la franchise depuis 2006 et GM depuis 2012.

Vic Fangio

Viré par les Broncos

Sa franchise ayant terminé sa saison un jour plus tôt que les autres, Vic Fangio avait ouvert le bal dimanche après-midi en étant remercié par les Broncos. Débauché aux Bears en 2019 après y avoir construit une défense de renom, il quitte donc le Colorado après trois saisons pour un bilan de 19-30. Incapable de terminer une saison avec un bilan positif, il ne réussit pas plus à ramener Denver en playoffs, ce qui fut sûrement l’une des raisons qui motiva son renvoi. Pas aidé par un casting de quarterbacks loin d’être à la hauteur des ambitions de la franchise (Flacco, Lock, Bridgewater), il s’était permis une petite remarque après la défaite des siens contre les Chiefs samedi soir. Interrogé sur la différence entre sa franchise et les autres membres de l’AFC Ouest, il s’est contenté de dire assez sèchement que « les trois autres équipes ont un quarterback haut de gamme ». Une pique annonciatrice du destin de Fangio, renvoyé donc dès le lendemain.

Véritable référence défensive avant de rejoindre Denver, Vic Fangio semble avoir les moyens (et la réputation nécessaire) pour retrouver un poste de coordinateur défensif en NFL dès l’an prochain. À 63 ans, il pourrait rendre de fiers services à de nombreuses franchises tant qu’il n’a pas à résoudre de problèmes liés à des quarterbacks.

Ils sont sous intérimaires mais …

Darrell Bevell (Jacksonville Jaguars)

Coach intérimaire depuis le renvoi d’Urban Meyer après la Week 14, Darrell Bevell ne devrait pas conserver le rôle de coach principal. Arrivé en Floride pour être le coordinateur offensif de l’ancien gourou d’Ohio State et Florida, il ne s’est pas montré très convaincant dans son registre (32e attaque de la ligue sur les points marqués, 27e sur les yards gagnés) et conclut son intérim avec un bilan moyen (1-3). Avec Trevor Lawrence à développer et une attaque à reconstruire, nul doute que Jacksonville devrait mettre quelqu’un d’autre à la tête de ce projet.

Rich Bisaccia (Las Vegas Raiders)

Il a sauvé la fin de saison des Raiders, parvenant même à qualifier Las Vegas en playoffs pour la première fois depuis 2015, mais sera-ce suffisant ? Appelé au pied levé après cinq semaines de compétition pour prendre la place de Jon Gruden, Rich Bisaccia a redonné vie à une franchise minée par les problèmes extra-sportifs. Si les prouesses de l’ancien coach des équipes spéciales sont plus que louables, cela ne semble pas être suffisant pour ses dirigeants qui s’activent déjà pour trouver un nouveau capitaine à bord du navire pour l’an prochain. En effet, de nombreuses rumeurs font déjà écho d’un intérêt pour Jim Harbaugh, coach des Michigan Wolverines en NCAA et ancien head coach des 49ers en NFL, pour remplacer le coach intérimaire. Néanmoins, la saison n’est pas encore finie pour la franchise de Sin City, en course dans les playoffs, et aucune décision ne sera prise avant une potentielle élimination des Raiders.

Comme chaque année, le Black Monday a encore fait plusieurs victimes, ouvrant officiellement la chasse aux entraîneurs pour les franchises désormais sans coach. À l’heure où ces lignes sont écrites, quatre head coachs ont été renvoyés, tandis que deux coachs intérimaires devraient laisser leur place dans les semaines à venir.

Crédit image en une : Michael Reaves/Getty Images

Dernières publications

En haut