Brésil et Suisse in, Serbie et Costa-Rica out

Troisième et dernière journée du groupe E de la Coupe du Monde en Russie : le Brésil a assuré contre une pale Serbie (2-0), la Suisse a souffert contre un Costa-Rica toujours aussi solide mais incapable de s’imposer (2-2).

Les faits marquants

La montée en puissance du Brésil qu’on attendait a bien eu lieu. Après avoir peiné contre les Suisses, buté longtemps sur le Costa-Rica de Kaylor Navas, les hommes de Tite n’ont jamais vraiment tremblé contre des Serbes qui jouaient leur survie dans ce groupe. Obligés de s’imposer pour espérer voir les huitièmes de finale de l’épreuve, Ljajic, Kolarov et leurs coéquipiers n’ont jamais su déséquilibrer la défense auriverde en y apportant la touche de folie nécessaire et des appels tranchants. Au contraire, ce sont bien les Brésiliens qui ont fait souffrir l’arrière-garde balkanique à coups de dribbles percutants et d’appels supersoniques. D’abord Paulinho sur une inspiration Pirlesque de Philippe Coutinho, bien plus tranchant que son compère d’attaque Neymar peu inspiré hier soir mis à part son corner pour le deuxième but brésilien. Comme un symbole, c’est l’ancien capitaine Thiago Silva qui est venu couper au premier poteau pour ne laisser aucune chance au portier serbe et mettre définitivement à l’abri ses coéquipiers.


NacerPSGFan captured your snap

De leur côté les Suisses ont pu compter sur leurs montants, leur gardien Sommer et un réalisme à toute épreuve pour rentrer aux vestiaires à la mi-temps avec un avantage par le plus petit des écarts (un seul tir cadré). Peu récompensés de leurs efforts, les Costa-Riciens ont vu leurs efforts payer en seconde période, Watson répondant à Dzemaili. Les Suisses ont alors sorti le bus, cassé le rythme d’un match dont il n’attendait qu’un point pour se qualifier et rencontrer la Suède. Ils ont pu compter sur Drmic, entrant et buteur à la 88è minute pour égaliser après un penalty gag frappé par Campbell sur la barre de Sommer puis poussé par la tête de ce dernier dans son propre but.

Le but de la journée

On ne se lasse pas l’appel de Paulinho, aligné par Tite malgré les critiques sur son jeu au Brésil, et de la passe laser de Coutinho. Le café-crème servi en terrasse. 

Les enseignements : Brésil peut mieux faire et Suisse mention passable

Qualifié le Brésil n’aura pas eu à forcer son talent dans ce groupe même s’il aurait pu être parfois plus inspiré. Il faudra mieux que des matchs par à-coups et des coups calgon individuels pour broder une sixième étoile.


Les Suisses ont intelligemment utilisé leurs qualités pour se sortir d’un groupe, Brésil excepté, assez homogène. Réalisme, impact physique et rigueur défensive ont été les mamelles du succès helvète. Suffisant pour venir à bout de Suédois qui connaissent bien ce plan de jeu ?

Les prochains matchs du Brésil et de la Suisse auront lieu lundi et mardi prochains (2 et 3 juillet) contre le Mexique et la Suède.



A propos de l'auteur

Fan de foot mais aussi de Serie A, je prends autant de plaisir à voir jouer Gilles Simon qu'à attendre une arrivée au sprint entre les Alpes et les Pyrénées. Talking Heads et Panetonne.

Poster un commentaire

suscipit neque. Nullam libero id venenatis ut Curabitur quis in felis venenatis,