Cyclisme

Cadel Evans Road Race Femmes 2023 : Parcours, start-list, classements

cadel evans great ocean road race

Lorsque la course féminine de la Cadel Evans Great Ocean Road Race, également connue sous le nom de Deakin University Elite Women's Race, a fait son entrée sur le WorldTour féminin en 2020, elle a été saluée, mais l'accueil chaleureux des fans n'a pas été égalé par la météo.

Des conditions dégoûtantes ont accueilli les coureuses, avec de la pluie et de gros nuages qui ont interrompu la retransmission, fait fuir les spectateurs et, pire que tout, contribué à une chute dans laquelle une grande partie du peloton s'est retrouvée. Cela signifie qu'après que Liane Lippert ait sprinté vers sa première victoire sur le circuit mondial féminin, de nombreux soigneurs d'autres équipes ont attendu anxieusement la ligne d'arrivée en espérant que leurs coureuses ne figurent pas sur la liste des blessés. Près d'un tiers du peloton a fini avec un DNF à côté de son nom.

Ce n'était pas le début du WorldTour féminin que les organisateurs espéraient, mais il y avait toujours l'année prochaine, non ? Mais il s'est avéré qu'il n'y en avait pas, ni l'année suivante d'ailleurs, étant donné les deux années d'annulation de la pandémie de COVID-19.  Cette fois, l'événement sera la deuxième course WorldTour féminine de la saison. Le Women's Tour Down Under a ouvert la série avec sa première course, où Grace Brown de la FDJ Suez a remporté la victoire devant Amanda Spratt de Trek-Segafredo.

La course Cadel Evans Great Ocean Road Race de 143 km, qui démarre et se termine à Geelong, pourrait à nouveau s'avérer être une bataille entre deux des équipes les plus fortes du monde, ou peut-être une chance de rédemption pour ceux dont l'été de course en Australie n'a pas été à la hauteur des espérances jusqu'à présent.

Le parcours de la Cadel Evans Road Race Femmes 2023

Quelques changements ont été apportés au parcours depuis la dernière édition en 2020. Le départ se fait dans la direction opposée, ce qui permet d'avoir des sections plus accidentées plus tôt pour lancer des attaques. Il y a également plus de Challambra Crescent, la montée courte mais raide qui a été mise en avant en 2010 lorsque des coureurs comme Cadel Evans et Marianne Vos ont ravi les fans sur la montée bordée de foule alors qu'ils dominaient les courses sur route des Championnats du monde. Les deux boucles pour les femmes signifient également que la course est plus longue, passant de 121,5 km au total à 143 km, ce qui en fait la plus longue journée de course UCI dans le calendrier estival australien pour les femmes.

Le parcours commence et se termine au bord de l'eau à Geelong, emmenant les coureuses au-delà des collines agricoles, avant de se diriger vers la Surf Coast, Bells Beach et de revenir à Geelong par la Great Ocean Road. C'est là que les vents latéraux peuvent frapper, divisant potentiellement le peloton ou épuisant simplement les jambes dans la lutte pour tenir les roues avant que les coureurs ne reviennent à Geelong où ils s'attaquent à la montée abrupte de Challambra.

Cette année, les femmes s'attaqueront à deux boucles du circuit local, ce qui permettra aux spectateurs de voir plusieurs passages du peloton et aux coureurs d'augmenter le degré de difficulté de la course en poussant le rythme dans la montée.

Si l'on se fie à l'histoire, il est certain que le peloton sera divisé lors de la dernière ligne droite, ce qui est peut-être encore plus probable cette année étant donné la distance accrue et les multiples ascensions de Challambra. La course finale ramènera les coureurs sur le front de mer, où après 143 kilomètres de course, la gagnante de la dernière course australienne du WorldTour féminin de la saison 2023 sera couronnée.

cadel evans great ocean road race

Les coureuses engagées

Cette année, la course féminine élite de l'Université Deakin marque la dernière chance de décrocher l'un de ces résultats internationaux de premier plan tant recherchés durant l'été australien – qui peuvent soit lancer une carrière, soit l'envoyer vers de nouveaux sommets – puisque le Herald Sun Tour n'aura pas lieu en 2023. Liane Lippert ne sera pas là pour défendre son titre, sa nouvelle équipe Movistar n'ayant pas fait le déplacement pour les courses de l'été australien.

Étant donné qu'il n'y a plus d'opportunités, il y aura forcément des courses agressives avec ceux qui sont arrivés en janvier en pleine forme mais qui n'ont pas encore trouvé l'opportunité de le montrer, se battant pour saisir cette dernière chance.

Pour certains, cela pourrait être crucial, avec ceux qui sont au début de leur carrière et qui s'alignent avec des équipes nationales et se battent pour attirer l'attention qui pourrait leur permettre d'avoir une carrière professionnelle ou, dans le cas de Chloe Hosking, de la conserver. La gagnante 2018 de l'épreuve, qui a été rattrapée par l'effondrement de B&B Hotels, courra avec l'équipe nationale et se battra pour obtenir un résultat qui lui permettra de décrocher le contrat pour 2023 que mérite l'une des sprinteuses les plus performantes d'Australie.

Elle devra également se méfier de Brodie Chapman, coéquipière de Spratt, à Geelong, qui s'impose comme l'une des coureuses clés à surveiller même sans les bandes du champion national sur son dos. Chapman a une solide expérience de la course – elle a terminé dans le top 10 lors des deux dernières éditions – et elle a parcouru un long chemin depuis sa dernière participation à Geelong.

Il y a aussi Georgia Williams et ses coéquipières d'EF Education-TIBCO-SVB, qui, avec la Néo-Zélandaise et Krista Doebel-Hickok dans le top 5 du classement général du Tour Down Under, ont prouvé qu'elles formaient une formidable combinaison. Danielle De Francesco (Zaaf), qui a rejoint sa nouvelle équipe pour sa première année en tant que professionnelle, est en pleine forme. Elle s'est classée cinquième aux Championnats australiens dans la course sur route et le contre-la-montre, puis a terminé à une place du podium dans les deuxième et troisième étapes du Tour Down Under. Enfin, il y a le duo Jayco-AlUla composé d'Alex Manly et Ruby Roseman-Gannon, qui seront tous deux redoutables sur le parcours grâce à leur capacité à grimper et à finir rapidement. Manly a remporté la deuxième étape en Australie-Méridionale, mais l'équipe locale du Women's WorldTour attendait davantage des courses de l'été australien, peut-être l'obtiendront-ils à Geelong.

 

 


Dernières publications

En haut