Cavani, au panthéon des buteurs

0
Crédit photo : Sport 365
Ligue 1

Edinson Cavani a marqué le week-end dernier face à Montpellier son 157e but avec le Paris Saint-Germain. Ce total lui permet ainsi de dépasser le seul joueur qui lui résistait encore au classement des buteurs dans l’histoire du club parisien, à savoir Zlatan Ibrahimovic. Ce record est par ailleurs représentatif de la persévérance de l’Uruguayen ces dernières saisons, lui qui a su patienter et s’affirmer en pointe après le départ d’Ibra.

 

Un renard des surfaces, un vrai

S’il a souvent été décrié lors de ses premières années parisiennes pour son nombre important d’occasions manquées, « El Matador » fait malgré tout preuve d’une régularité au plus haut niveau assez impressionnante, si on regarde les chiffres. En effet, depuis son transfert de Palerme à Naples à l’été 2010, le natif de Salto plante au moins 25 buts par saison (club et sélection confondus). Mieux encore, depuis le départ de Zlatan Ibrahimovic vers Manchester United, et donc depuis qu’il a été repositionné dans l’axe, Cavani tourne à presque un but par match, totalisant 70 buts en 72 matchs avec le club de la capitale. Une statistique ahurissante, dont peu de buteur peuvent se vanter. Ceux qui émettait des doutes quant à sa capacité à s’affirmer dans le 11 titulaire parisien sur la durée n’ont qu’à bien se tenir !

Mais s’il marque autant, et s’il a pu rater autant auparavant, c’est avant tout car il a une capacité à se créer énormément d’occasions. Toujours au bon endroit, au bon moment, un vrai renard des surfaces, donc. De plus, c’est un joueur très polyvalent qui peut marquer aussi bien dans le jeu, que sur coup de pied arrêté, du pied (gauche ou droit) ou de la tête. Si on prend ses 157 buts, on remarque ainsi beaucoup de réalisations différentes, même si elles sont pour beaucoup dans le même registre.

Résultat de recherche d'images pour "mbappé cavani neymar ldc"

Un joueur qui ne cesse de progresser à tout point de vue

Le numéro 9 du PSG est un modèle d’abnégation comme on en voit rarement. Dans l’ombre du géant suédois pendant plusieurs saisons et repositionné sur une aile dans le 4-3-3 de Laurent Blanc, Edinson Cavani a su saisir sa chance pour s’affirmer aussi bien à la pointe de l’attaque parisienne que dans les cœurs. En effet, alors qu’on assistait souvent à des critiques des supporters le concernant, il semble que sa côte de popularité n’a cessé de croître ces derniers mois (peut être parce qu’il marque plus et gâche moins ?).

Même s’il lui a fallu près de 50 matchs de plus pour atteindre le total de Zlatan Ibrahimovic, et qu’il est quand même moins influent dans le jeu de son équipe (ne totalisant par exemple que 27 passes décisives contre 61 pour le Suédois), il semble être au moins aussi haut dans l’estime des gens, et semble désormais prêt à pulvériser ce record, qui lui appartient, depuis samedi, déjà. Cela s’explique peut-être par le fait qu’El Matador soit plus décisif dans les grands matchs (C1 et finales), et par le personnage, beaucoup moins antipathique que son ex-coéquipier.

Progrès dans l’esprit des supporters, mais également et surtout dans le jeu ; les faits sont là. La gâchette uruguayenne est bien plus efficace devant le but. De surcroît, il est évident que d’être entouré de joueurs comme Neymar ou Kylian Mbappé à ses côtés, ou le fait d’évoluer à son poste de prédilection, aide.

Il est ainsi aujourd’hui à la tête de l’attaque la plus prolifique d’Europe, notamment en Ligue des Champions. Justement, la Ligue des Champions, ultime objectif du club du président Nasser Al Khelaïfi, va revenir vite avec ce choc en 8e de finale face au double tenant du titre, le Réal Madrid. Nul doute que Cavani voudra marquer de son empreinte cette double-confrontation, à commencer par la première, le 14 février prochain, jour de ses 31 ans.

Grégoire ALLAIN (@GregoireAln)

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here