Cet article n’avait aucune raison d’exister

Sports Inside va changer de nom. Le début d’une nouvelle aventure. Cette fois-ci, on va vers quelque chose de plus concret. J’espère. La première fois que j’ai pris la plume pour ce petit média à petit potentiel, j’avais rien à foutre là. Aujourd’hui, ce sera le dernier et c’est toujours pareil. Sauf qu’on veut toujours de moi. Alors, je poursuis. Ce jour-là, j’avais titré un truc qui disait que le plus intense des sports c’était la vie. J’aurais pu reprendre cette trame et en changer les mots. Vous n’y auriez vu que du feu. Parce que c’est marrant de voir comme certaines choses ne changeront jamais…

Ouais. Seulement à l’heure qu’il est, j’ai le recul nécessaire pour savoir qu’il y a un mais. J’avais fini mon texte en disant qu’il fallait apprendre à se dépasser avant d’être soi-même dépassé. Ne cherchez plus ; vous êtes déjà dépassés.

La première chose que j’ai appris en venant au monde, c’est que la plupart de votre temps, vous ne le passez pas à vivre, mais à survivre. Le plus intense des sports, c’est la survie. Ça ferait un bon titre. Il arrive que certains d’entre nous, forme d’élite mondialisée et ma foi fort chanceuse, puissent trouver ce qu’il leur faut pour vivre. Une espèce de passion, un émerveillement des sens, du coeur et de l’esprit. Certains parlent de transcendance. Moi, c’est ça que j’appelle la vie. Ce n’est pas à moi de vous dire si vous ferez partie des heureux élus. D’ailleurs, je ne vous le souhaite pas particulièrement. Je suis un égoïste. Un vrai. Mais j’aime aussi donner des conseils que je ne m’applique pas toujours à moi-même, alors… Ne cherchez pas trop loin, c’est souvent les choses simples qui méritent votre attention. Car au moins, tout ça a le mérite d’être vrai. Vivre, c’est brut. Et brutal.

La seconde leçon, c’est que vous n’êtes pas une exception. Mais vous trouverez sans doute quelqu’un pour qui vous le serez. Ne gâchez rien. Elle sera votre seul lot de consolation. Et ce sera très bien comme ça. Gravez le quelque part dans vos coeurs. À côté de ça, vous pourrez faire ce que bon vous semblera. Vous pourrez quand même devenir champion du monde de boxe anglaise, Président de la République, prix Nobel de littérature, homme-sandwich de notoriété publique, ou tout ce que vous voulez, moi ça m’est bien égal… Mais si vous n’avez pas cet être à côté de vous, vous serez en perpétuelle quête de sens.

La troisième, c’est qu’il n’y a pas de dépassement de soi. Il n’y a que vous et la vie que vous voulez vous donner ; l’histoire que vous aimeriez lire mais qui n’existe pas. Elle est entre vos mains. La plume, dans votre coeur. Parfois, il suffit simplement de changer les lunettes avec lesquelles on regarde la vie. Je ris jaune quand je vous imagine en train d’attendre la clé de voûte de ce texte, ce lien avec le sport qui déverrouillera tout, parce qu’après tout, on est là pour ça. Vous trouvez pas ? Vous fatiguez pas. Il n’y en a aucun. Pas envie de faire d’effort sur ce coup. Mea Culpa. En fait, non. J’ai réalisé que je n’étais pas là pour vos biceps, mais pour secouer le prunier de votre ignorance. Vous l’avez bien compris : je ne vous aime pas plus que ça. À vous de voir si vous m’aimerez quand même. Je serai peut-être moins condescendant la prochaine fois, qui sait ?

Sachez que même dans le sport, il n’y a plus beaucoup de sport. Les plus futés sauront de quoi je parle. Mais tout est trop rapide, trop rapide pour y voir clair. Pour les autres, ne désespérez pas si vite, l’émerveillement n’est jamais loin. Baissez votre garde. Relevez le menton. Ici, le coeur est tendre, mais bien accroché.

 

Insolemment,

Titou

Commentaires

  • Avatar
    apk imessage download
    10 mars 2018

    Helpful info. Lucky me I found your site accidentally, and I am
    shocked why this coincidence did not came about in advance!
    I bookmarked it.

Poster un commentaire

pulvinar accumsan risus eget non consequat. Praesent