Championnats du monde : Ma Long et Liu Shiwen titrés !

0

Comme prévu, et malgré quelques accrocs chez les messieurs, la Chine a (encore) tout raflé lors de ces Championnats du monde, à Budapest. Si Ma Long a décroché sa troisième couronne consécutive dans l’épreuve, Liu Shiwen a elle triomphé pour la première fois.

 

Ma Long intouchable

Grand favori de l’épreuve après les éliminations de Fan Zhendong et Xu Xin, Ma Long n’a jamais tremblé pour s’adjuger son troisième titre de champion du monde consécutif. Après avoir disposé de ses compatriotes Lin Gaoyuan (4-0) et Liang Jingkun (4-1) aux tours précédents, le tenant du titre est venu à bout de la surprise Mattias Falck en finale ce dimanche (4-1). Si le Suédois a eu une ouverture à 1-2, 9 points à 8 en sa faveur (moment qu’il a choisi pour utiliser son temps mort), le Chinois a serré le jeu pour s’emparer de ce 4e set et faire le break.


Auteur d’une semaine absolument remarquable, c’est donc fort logiquement que cette légende du tennis de table s’offre un deuxième titre dans cette édition après celui reporté en double aux côtés de Wang Chuqin hier.

De son côté, Falck n’aura lui pas démérité, loin de là. Il achève sa semaine du rêve avec une breloque argentée autour du cou. De très bonne augure pour la suite, pour celui qui avait été le bourreau de Simon Gauzy notamment.

 

Une première pour Liu Shiwen

Grand espoir du tennis de table chinois mais pas encore titrée dans une compétition de cette envergure, Liu Shiwen a enfin décrochée le graal ce samedi à Budapest. Une victoire en six manches face à sa compatriote Cheng Meng (4-2), qui avait pourtant remporté leurs dernières confrontations.

Après sa victoire face à Ding Ning (n°1 mondiale), Liu Shiwen a donc battu en finale celle qui est considérée comme peut-être la meilleure joueuse chinoise de ces derniers mois. Une consécration évidemment méritée pour celle qui atteignait pour la sixième fois consécutive les demi-finales des championnats du monde. Après ses défaites en finale face à Li Xiaoxia en 2013 et face à Ding Ning en 2015, la joueuse de 28 ans a enfin réussi à franchir le pas cette année, grâce à une solidité et une générosité dans l’effort à toute épreuve. L’anomalie est rétablie.

 

C’est une très belle édition qui s’achève ainsi à Budapest. Des surprises, des grands matchs et des beaux vainqueurs, on ne pouvait rien demander de mieux de ces Championnats du monde (si ce n’est une médaille pour Simon Gauzy, ok). Rendez-vous à Houston en 2021 !

 

Crédit photo de l’image en Une : La Croix

 

Grégoire ALLAIN (@GregoireAln)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here