Cyclisme

Comment Ben O’Connor a maîtrisé les éléments pour arriver en vainqueur à Tignes

Le second volet alpin a hier été remporté par Ben O’Connor, l’Australien de la formation AG2R Citroën. L’ancien pensionnaire de la formation NTT remonte également à la deuxième place du général grâce à une excellente gestion de son effort.

Pour comprendre comment Ben O’Connor a creusé un écart de plus de quatre minutes sur tous ses adversaires dans la montée finale, il faut remonter à la deuxième ascension du jour. En effet, c’est dès le pied du col des Saisies qu’il a commencé à construire sa victoire.

Quintana jette ses forces dans la course aux pois 

Alors que la côte de Domancy a été franchi il y a une grosse demi heure, Nairo Quintana et Wouter Poels prennent les devant dès le pied du col des Saisies. S’attaquant à tour de rôle avec Michael Woods, les trois candidats au maillot à pois se sont logiquement isolés à l’avant de la course. Dans le même temps, Ben O’Connor restait lui en deuxième rideau, quelques dizaines de secondes plus loin avant de rejoindre le pied du col du Pré.

Une fois arrivé au pied de ce col du Pré, rebelote. Naira Quintana est intenable, il attaque sans cesse, fait craquer Poels et part cueillir les points offerts au sommet. Une nouvelle fois, l’Australien passe en second rideau, à moins d’une minute du Colombien qu’il rejoint dans la petite descente avant le Cormet de Roseland.

Cette avant dernière ascension, est l’occasion de voir les premières banderilles de Sergio Higuita. Le jeune Colombien lâche déjà quelques précieuses forces. Au sommet du Cormet de Roseland, Quintana, Higuita et O’Connor passent groupés mais certainement pas dans le même état de fraicheur. Malgré cela, ce sont bien les Colombiens qui attaquent la dernière ascension avec 30 s d’avance sur O’Connor qui a choisi la prudence dans la descente vers Bourg-Saint-Maurice.

O’Connor dégoûte Higuita 

Fatigué par sa course au maillot de la montagne, Quintana décroche dès les premières pentes de l’ascension vers Tignes. O’Connor est alors seul avec Higuita. Avec la perspective de revêtir le maillot jaune, c’est à l’Australien de prendre les devants de ce duo. L’Australien ne rechigne pas à la tâche et commence alors son travail de sape. Tout en continuant de s’alimenter, il roule sur un gros braquet dans les pentes mesurées de l’ascension finale. Après quelques kilomètres, Higuita se range, sans doute en pleine fringale. Le Colombien lâchera plus de 5 min sur son ancien compagnon de fuite.

Un final parfaitement géré 

Lorsqu’il lâche Higuita, O’Connor a encore devant lui plus de 15 km d’ascension. Il possède alors plus de 7 min d’avance sur le maillot jaune et 4 min sur le groupe Martin. La victoire lui tend alors les bras, à la seule condition de gérer correctement son effort. Lucide, il va continuer à s’alimenter de manière régulière jusqu’aux dernier mètres de course. Ce faisant, il ne perdra jamais cette avance. Au contraire, l’Australien accélère au fur et à mesure de l’ascension reprenant même du temps au peloton mené par Davide Formolo. Dans le groupe de poursuivants, la sanction est la même, si bien qu’aucun coureur ne pourra revenir à moins de 4 min d’un Ben O’Connor royal.

O’Connor s’impose donc en solitaire au lac de Tignes tandis que Nairo Quintana revêt le maillot de meilleur grimpeur. Aujourd’hui, ce sera repos pour le monde avant une étape de transition et la terrible ascension du mont Ventoux. 

photo en une : Philippe Lopez/ AFP

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire