Milan AC-Tottenham : 8ème de finale aller de Ligue des Champions (15/02/11)

À l’occasion des quarts de finale de la Ligue des Champions, We Sport met à l’honneur les huit équipes encore en lice pour remporter la plus prestigieuse des compétitions européennes. Petit coup d’oeil dans le rétro, sur un match de légende qui a forgé l’histoire du club. Aujourd’hui, le club de Tottenham est mis à l’honneur.

 

Compositions :

AC Milan: Abbiati, Abate, Nesta, Yepes, Antonini – Gattuso, Thiago Silva, Flamini – Robinho, Seedorf, Ibrahimovic
Tottenham : Gomes – Corluka, Gallas, Dawson, Assou-Ekotto – Lennon, Palacios, Sandro, Pienaar – van der Vaart – Crouch

 

Sous l’eau. C’est sous une pluie diluvienne que les vingt-deux acteurs pénètrent sur la pelouse. Dans un San Siro plein comme un oeuf, les tifosis milanais chantent au rythme des gouttes de pluie, de plus en plus nombreuses. La musique de la Ligue des Champions retentit, les visages sont fermés, tendus. Il se dégage l’atmosphère des grandes soirées européennes passés dans l’antre milanaise et ses 80 000 places. L’arbitre français, Stéphane Lannoy, siffle le début de la rencontre. Que le spectacle commence !

Des Spurs conquérant

Le match commence sur les chapeaux de roues. Après seulement quarante secondes de jeu, le premier litige de la rencontre se produit. Sur un centre de Steven Pienaar, Alessandro Nesta contre la balle de la main. La main est clairement décollée du corps, mais l’arbitre français ne bronche pas et n’accorde pas de pénalty à des joueurs anglais qui ne protestent pas, malgré cette décision plus que litigieuse.

Le match est fermé, haché. Les fautes se multiplient, l’agressivité est décuplée, provoquant la sortie sur civière d’Abbiati après un contact aérien avec Peter Crouch. Le portier milanais est remplacé par Marco Amélia (16’). Moins de dix minutes après, c’est Zlatan Ibrahimovic qui s’écroule au sol. Le géant suédois est victime d’un coup de coude dans les cervicales de la part du défenseur des Spurs, Michael Dawson. Plus de peur que de mal pour l’attaquant milanais, qui se relève en se tenant la tête. 

Contre toute attente, c’est Tottenham qui domine les débats grâce notamment à un Rafael van der Vaart dans tous les bons coups. Le milieu batave éclaire le jeu de son équipe et aurait pu ouvrir le score sur une frappe puissante, claquée en corner par le gardien italien. Seul véritable occasion d’une mi-temps cadenassée à double tour. Cette dernière arrive à point nommé, les esprits commençaient à s’échauffer. Un rien suffirait à faire basculer le match dans un climat pesant.

Gattuso fou de rage

Après la pause, les protagonistes reviennent sur le terrain avec d’autres intentions. Le jeu est enlevé, le ballon va d’un but à l’autre, le rythme est effréné. Les occasions arrivent, trois minutes après le début de ce second acte, Van der vaart, toujours lui, fait parcourir un long frisson dans les gradins de San Siro sur un subtile lob qui termine sa course à quelques encablures des cages milanaises. Une inspiration sublime du néerlandais. La réponse ne se fait pas attendre, deux minutes plus tard, le stade s’enflamme sur une tête de Mario Yepes, repousser miraculeusement par Gomes, le portier des Spurs. Comme si cela ne suffisait pas, les deux hommes remettent ça quelques minutes plus tard. Toujours Yepes pour une tête à bout portant et encore un réflexe exceptionnelle de Gomes, qui sauve les siens d’une ouverture du score des Rossoneri.

Mais c’est à ce moment que le match bascule dans un tout autre niveau de tension et d’agressivité. À la suite d’un tacle les deux pieds décollés de Mathieu Flamini, et d’une altercation entre le français et Van der vaart, c’est Gennaro Gattuso qui va s’en prendre physiquement à l’adjoint d’Harry Redknapp (entraineur Tottenham), en le repoussant violemment. Tel un jerricane d’huile sur le feu, le capitaine du Milan véhicule toute sa nervosité à l’ensemble des joueurs présent sur le terrain. La rencontre devient irrespirable. Dix minutes plus tard, l’allumette Gattuso continue d’allumer des mèches en s’en prenant cette fois-ci à Crouch. Puis sur un énième tacle par derrière, prend un carton jaune qui le prive du match retour. Fou de rage, il tape plusieurs fois sur le sol, il est hors de lui.

 

Gattuso s’en prenant à l’adjoint de Redknapp (20 minutes)

Une fin de match volcanique

À l’image de leur capitaine, les Milanais perdent le fil de la rencontre et à dix minutes du terme, le couperet tombe. Sur une perte de balle d’Ibrahimovic, Lennon remonte le terrain à grandes enjambés pour offrir un caviar à Peter Crouch, le géant anglais n’a plus qu’à ajuster l’excellent Gomes. Les chants anglais résonnent dans un San Siro éteint par l’ouverture du score anglaise.

La dramaturgie du match atteint son paroxysme à la 94 ème minute, lorsque Zlatan d’un magnifique retourné acrobatique croit offrir l’égalisation au Milanais. Il n’en est rien, l’arbitre siffle à juste titre, une poussette du Suédois sur un joueur des Spurs.

Le match se termine dans la confusion la plus totale. Les deux équipes rentrent au…Non, les deux équipes ne rentrent pas directement au vestiaire. L’inévitable Gattuso, torse nu, s’en prend à tout le staff anglais, hors de lui ,il veut en découdre avec tout le banc des Spurs. Il est exfiltré vers les vestiaires par plusieurs joueurs et membres du staff des rouges et noirs. Une dernière scène qui résume parfaitement la tension et l’intensité de cette rencontre.

 

Gattuso s’en prenant au staff anglais à la fin du match (AFP Italia)

 

Après cette victoire du match aller, les hommes d’Harry Redknapp réussissent l’exploit d’éliminer le grand Milan AC, grâce à un score nul et vierge lors du match retour. Ils ne rééditeront pas cet exploit en quart de finale face au Real Madrid. Une défaite 5-0 en cumulé sur les deux rencontres, sonnant la fin de leur aventure européenne. Mais quel aventure !   

 

À lire aussi :

https://wesportfr.com/tottenham-manchester-city-london-calling/

 

Crédit photo : Twitter Tottenham

A propos de l'auteur

"Il faut souffrir pour être beau"...Supporter de l'OM mais toujours moche In Russell Westbrook we trust #whynot

Poster un commentaire

mattis ipsum pulvinar tristique mattis elit. ut ut