Coupe Davis : des Bleus poussifs mais qualifiés pour les quarts - We Sport FR - "Partageons notre passion !"

Coupe Davis : des Bleus poussifs mais qualifiés pour les quarts

Malgré quelques frayeurs ce week-end dans la Halle Olympique d’Albertville, l’équipe de France de Coupe Davis est parvenue à se défaire des Pays-Bas 3 points à 1 pour rallier les quarts de finale de cette prestigieuse compétition par équipes.

Mannarino a pu compter sur le soutien de Noah pour ses débuts

Un week-end marqué par des doutes

La pression était grande dès le départ pour cette équipe de France qui à peine 3 mois après son sacre lillois contre la Belgique a dû tout de suite entamer la défense du Saladier d’Argent.

Et si sur le papier les français semblaient logiquement favoris contre une équipe hollandaise qu’ils ont toujours dominé en dix rencontres (la dernière en 2009), tous les feux ne se sont pas forcément mis au vert avant d’entamer le début de la compétition. Il a en effet fallu composer avec le forfait de Jo-Wilfried Tsonga ainsi que le choix de se préserver pour Lucas Pouille (on suivra d’ailleurs avec attention l’évolution de leurs blessures cette semaine à Montpellier). Gaël Monfils de son côté, avait fait le choix de faire l’impasse sur ce premier tour et de préparer au mieux la tournée sud-américaine sur terre battue qu’il entamera à Quito mercredi ou jeudi.

Le capitaine a donc choisi de sélectionner logiquement Adrian Mannarino et Richard Gasquet. Et pour le premier il s’agissait d’un véritable baptême du feu puisqu’il disputait tout simplement le premier match de sa carrière avec le maillot de l’équipe de France. La pression était donc encore plus grande pour le 25e joueur mondial et on va ne pas se mentir, cela s’est ressenti dans son tennis durant tout le week-end. Mannarino a en effet été incapable de se libérer lors de la première rencontre face à Thiemo De Bakker. Il est resté coincé derrière la ligne de fond de court durant tout l’ensemble de son match et s’incline assez sévèrement en 3 sets (7-6(4)/6-3/6-3) face à un adversaire certes ancien numéro un mondial en juniors mais qui semblait totalement à sa portée.

Et si Richard Gasquet parvenait à remettre les deux équipes à 1-1 à l’issue de la première journée, le match de double ne s’annonçait pas de tout repos le lendemain. La tâche s’annonçait effectivement rude pour l’excellente paire Mahut/Herbert face une équipe composée du très dangereux Jean-Julien Rojer (actuel 11ème mondial de la discipline et vainqueur de Wimbledon et de l’US Open).

La victoire au bout malgré tout

L’équipe de France est tout de même parvenue à surmonter tous ces questionnements tout au long de ces trois jours.

Comme évoqué plus tôt, Gasquet a remporté le premier point face à Robin Haase. En se montrant très appliqué dans les points importants et en dominant un adversaire dont l’écart au classement était finalement assez faible (33ème contre 42ème), le Bitterois a maîtrisé une situation qui de par le passé avait (et aurait) pu lui échapper maintes fois dans sa carrière et dont on avait su lui rappeler à de multiples reprises.

Du côté du double, Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert ont assuré l’essentiel avec une victoire au couteau en 4 sets et trois jeux décisifs disputés (7-6/3-6/6-7/7-6).

Quant à Mannarino, même s’il a proposé un tennis encore très tendu lors du quatrième match contre Haase, il a pu compter sur l’émoussement physique de ce dernier (quasiment 11 heures passées sur les courts!) et les mots du capitaine qui semble l’avoir guider de manière convaincante vers la victoire. Malgré son incapacité à conclure dans le quatrième set, Adrian Mannarino sert les dents et s’impose 7-5 dans la cinquième manche pour y décrocher le 3ème point synonyme de qualification.

Les bleus affronteront l’équipe italienne avec Fognini à sa tête

L’Italie en quarts, peu de surprises dans le reste du tableau

L’équipe de France disputera donc les quarts de finale où elle affrontera l’Italie dans une rencontre qui s’annonce chaud-bouillante en avril sur la terre battue de Gênes. Les transalpins emmenés par Fabio Fognini se sont eux aussi imposés dans la douleur 3-1 au Japon (et ce malgré l’absence de Nishikori). Nul doute qu’il faudra une équipe solide sur tous les plans pour passer ce cap et retrouver éventuellement l’Allemagne ou l’Espagne en demi-finales.

La logique a été plutôt respectée dans le reste des autres rencontres qui ont vu les victoires dans le bas du tableau de la Belgique, des Etats-Unis, de la Croatie et du Kazakhstan.

On notera pour finir la jolie performance du britannique Cameron Norrie. Actuel 114ème mondial, il est parvenue à battre Roberto Bautista Agut et a offert une très belle bataille en quatre manches face à un spécialiste de terre battue Alberto Ramos-Vinolas.

Poster un commentaire

felis efficitur. Aenean id suscipit in sed vulputate, velit, ut