Coupe du monde

Coupe du Monde 2022 – Equateur : Effectif, Calendrier et objectifs

Suite et fin de notre présentation des équipes Sud-Américaines qui participeront au mondial Qatari cet hiver avec l'Equateur, 4ème participation de son histoire. La Tri a réalisé une campagne de qualification plutôt solide, laissant sur les carreaux des équipes comme la Colombie ou le Chili.

Mais la sélection de Gustavo Alfaro a joué à se faire peur. Alors tranquillement installés dans le quatuor de tête, les Equatoriens n'ont rien trouvé de mieux que de finir leur campagne qualificative par quatre matchs sans victoire, restant donc longtemps sous la menace du Pérou et des Cafeteros de James Rodriguez. Finalement, le dernier nul contre l'Argentine à Guayaquil sera suffisant au bonheur des quarts de finaliste de la dernière Copa America.

Comme à son habitude, c'est dans ses hauteurs, à domicile, que l'Equateur a décroché sa place pour le mondial 2022. Avec 19 points pris à la maison sur les 26, personne n'a réussi à venir s'imposer dans la “petite Suisse d'Amérique Latine”. Seul le Brésil, l'Argentine, le Pérou et le Chili y ont gratté un point. Une campagne solide donc, concrétisée par cette qualification amplement méritée.

Le calendrier de l'Equateur pour le mondial 2022

• Dimanche 20 novembre : Qatar – Equateur

17h, au stade Al-Bayt (al-Khawr), diffusé par TF1 et BeIn Sports

• Vendredi 25 novembre : Pays Bas – Equateur

17h, au stade Khalifa International (Al-Rayyan), diffusé par  BeIn Sports

• Mardi 29 novembre : Equateur – Sénégal

16h, au stade Khalifa International (Al-Rayyan), diffusé par BeIn Sports

Groupe compliqué en vue pour l'Equateur. Tout simplement parce que les Pays-Bas et le Sénégal semblent au-dessus. Et il ne faudra surtout pas sous-estimer le Qatar, qui, à domicile, espère bien jouer les trouble-fêtes. Surtout, en affrontement le pays organisateur dès le match d'ouverture, les Sud-Américains joueront sans doute leur avenir dès le premier jour de ce drôle de mondial. En cas de contre-performance, l'avenir s'assombrira de façon inexorable. La victoire contre le pays hôte est impérative pour la Tri. Les Néerlandais, solides à tous les postes (De Light, Van Djik, De Jong, Depay) semblent un cran au-dessus, tout comme le Sénégal, récent vainqueur de la CAN et qui dispose de références mondiales telles que Sadio Mané, Edouard Mendy ou Kalidou Koulibaly. Si les hommes de Gustavo Alfaro négocient bien ce premier match, tous les rêves seront permis. Si d'aventure l'Equateur venait à se faire accrocher par le Qatar, où même pire, alors la mission s'annoncerait presque impossible.

Les joueurs de l'Equateur pour le Mondial 2022 au Qatar

La Tri ne regorge pas de joueurs de classe mondiale et s'appuiera donc sur ses indéfectibles, ceux qui sont capables de donner corps et âme pour le maillot de leur sélection. Beaucoup jouent au pays, mais cela confère donc une certaine stabilité, des automatismes qui n'auront pas besoin d'être peaufinés lors de la très courte semaine de préparation.

Dans les buts, Alexander Dominguez, gardien de Quito, 66 sélections au compteur, devrait être le portier numéro 1. A moins que Gustavo Alfaro ne lui préfère Hernan Galindez, qui a disputé les 4 derniers matchs de qualification. Mais les mauvais résultats à ce moment-là (3 nuls et une défaite pour terminer les éliminatoires) conjugués aux 3 cleen-sheets réalisés par Dominguez lors de la dernière fenêtre internationale plutôt convaincante (victoire face au Nigéria et au Cap-Vert, nul face au Mexique) devraient jouer en la faveur du plus expérimenté. Pedro Ortiz, titulaire à la Copa America 2021 sera lui le troisième gardien.

Défensivement, l'Equateur devrait s'appuyer sur sa jeunesse. Et notamment en défense centrale où Piero Hincapie, 20 ans, se révèle être l'avenir. Le défenseur du bayer Leverkusen est arrivé par la grande porte et s'impose comme le patron de la défense de la Tri. A ces côtés, Felix Torres devrait débuter. Cette paire, intronisée il y a tout juste un an, commence à trouver ses marques et représente l'avenir de la sélection. Robert Arboleda, défenseur de Sao Paulo, sera la doublure, s'il est remis à temps de sa blessure. Le quatrième central sera sans doute Xavier Arrega, victime lui de l'éclosion d'Hincapie. Le défenseur de Seattle en MLS a disputé 9 rencontres lors de cette campagne et le sélectionneur compte sur lui. Sur les côtés, Estupinan de Brighton et Byron Castillo ont fait le trou par rapport à la concurrence. Estupinan est devenu un joueur majeur en Premier League tandis que son pendant à droite, qui évolue au pays, à Léon, est un vrai défenseur de devoir, capable également de dépanner dans l'axe. Angelo Preciado, qui avait commencé cette campagne de qualification en qualité de titulaire à droite, sera lui aussi de la partie.

Si derrière, l'un des cadres de l'équipe joue à Brighton, c'est également le cas au milieu de terrain puisque Moises Caicedo, 20 ans et déjà pierre angulaire du 11 Equatorien, joue pour les Seagulls. Il forme avec Carlos Gruezo de Augsbourg, l'assise défensive à la récupération. Durant les qualifications, ce duo s'est parfois transformé en trio, avec un Alan Franco très utilisé, que ce soit dans le cœur du jeu ou légèrement plus sur un côté. Le vétéran Angel Mena et le solide Jhegson Mendez devraient faire partie de cette liste des 23.

Enfin devant, Michael Estrada, meilleur buteur de la Tri durant les éliminatoires avec 6 buts, sera le fer de lance de son équipe. Il sera épaulé par Gonzalo Plata, très en vue également durant cette campagne (3 buts et 2 passes décisives) et par l'inusable Enner Valencia, meilleur buteur de l'histoire de sa sélection. Les deux expérimentés Ibarra, Romario et surtout Renato, devraient faire partie des 23. Pour le reste, la spéculation est de mise. Jordy Caicedo, l'avant-centre des Tigres de Monterrey, s'est montré plutôt à son avantage lors de la dernière fenêtre internationale. Jeremy Sarmiento, quant à lui, a pris part à 5 rencontres lors des éliminatoires et s'il parvient à se faire une petite place dans la rotation de Brighton lui aussi, pourrait avoir sa chance. Malheureusement, une blessure pourrait le contraindre à déclarer forfait. Blessé, Leonardo Campana, l'attaquant de l'Inter Miami, l'est aussi, depuis le cœur de l'été. Lui qui réalisait un bon début de saison (8 buts en championnat), n'est pas certain de revenir à temps, en tout cas pour reprendre suffisamment de rythme.

L'effectif probable :

Gardiens : Hernan Galindez, Alexander Dominguez, Pedro Ortiz

Défenseurs : Piero Hincapie, Felix Torres, Robert Arboleda, Xavier Arrega, Pervis Estupinan, Angelo Preciado, Byron Castillo, Diego Palacios

Milieux : Moises Caicedo, Carlos Gruezo, Alan Franco, Angel Mena, Jhegson Mendez, Jose Cifuentes

Attaquants : Michael Estrada, Gonzalo Plata, Enner Valencia, Romario Ibarra, Renato Ibarra, Jordy Caicedo, Jeremy Sarmiento, Leonardo Campana, Jose Joshima Rojas Lopez

Quelles ambitions pour l'Equateur ? 

Passer un tour, évidemment. Pour sa 4ème participation à une phase finale d'un mondial, l'Equateur a hérité d'une poule pas forcément évidente. La Tri paraît à l'heure actuelle en dessous des Pays-Bas et du Sénégal. Se qualifier relèverait donc d'un petit exploit. Surtout, lors de ces trois premières participations, une seule fois cette sélection a réussi à se hisser en phase à élimination directe. C'était en 2006, en Allemagne. Un magnifique tournoi de l'Equateur, qui avait battu la Pologne et le Costa Rica avant de finalement tomber avec les honneurs en 8ème donc, face à l'Angleterre, sur la plus petite des marges. En revanche en 2002 et 2014 (dans le groupe de la France), les Equatoriens n'ont que très peu existé.

La mission s'annonce complexe pour les coéquipiers d'Enner Valencia, mais une chose est certaine, l'Equateur ira au Qatar le couteau entre les dents avec l'objectif de faire vibrer toute une nation qui ne demande que cela.

Coupe du Monde 2022 : Où regarder les matchs en direct de l'Equateur ?

L'Equateur sera à l'honneur, en clair sur TF1 pour le match d'ouverture face au Qatar. Pour le reste, la Tri jouera ses deux autres rencontres de la phase de groupe sur les antennes de BeIn Sports, qui a, on le rappelle, l'entièreté de la retransmission de la compétition.

Crédit photo: CNEWS


Valentin Martin

Le cœur meurtri par la fin de carrière de Rodgeur, je m'en remets aux stepback de The Beard. Rien de tel qu'un Vélodrome incandescent pour me faire chavirer de bonheur

Dernières publications

En haut