Coupe du monde

Coupe du Monde 2022 : Les meilleurs joueurs (d’origines) africaines de la phase de groupes

Gakpo

La phase de groupe de la Coupe du monde a été remarquable pour les nations africaines, avec des records battus, des scalps importants et la qualification du Maroc et du Sénégal pour les matches à élimination directe.

Mais qu'en est-il des joueurs qui auraient pu représenter les nations africaines mais qui ont choisi de jouer pour d'autres équipes internationales au plus haut niveau ?

Il y a quatre ans, la France a remporté la Coupe du monde avec une équipe composée de joueurs d'origine africaine, et au Qatar, de nombreux joueurs qui auraient pu représenter le continent figurent parmi les meilleurs joueurs du tournoi jusqu'à présent.

Gardien de but : Meshaal Barsham

Le choix s'est porté sur le Qatarien Barsham et le Français Steve Mandanda, qui a remplacé Hugo Lloris lors de la défaite des Bleus contre la Tunisie (1-0). Barsham a encaissé cinq buts en deux matches (contre le Sénégal et les Pays-Bas), mais il a effectué un arrêt important en début de match pour empêcher Daley Blind, et n'a pas pu empêcher Cody Gakpo d'ouvrir le score lors du deuxième match.

Il a également bloqué Memphis Depay lors du deuxième but néerlandais, démontrant ainsi ses qualités d'acrobate entre les poteaux. Le joueur de 24 ans est né à Doha et est d'origine soudanaise.

Défenseur central : Dayot Upamecano

Dayot Upamecan

Dayot Upamecano a joué dans toutes les équipes de France jeunes de 2014 à 2020. (Photo : Yahoo)

Sans surprise, la France est bien représentée, avec Upamecano le premier des quatre joueurs Bleus à être inclus. Le joueur du Bayern Munich est devenu un pilier de la ligne arrière, à l'aise avec le ballon et résolu sans lui.

Il est actuellement dans le top 10 du tournoi pour la moyenne de passes par match et pour la précision des passes, ce qui témoigne de son influence sur la possession du ballon et de sa capacité infaillible à trouver son homme, tandis que ses passes longues et ambitieuses ont aidé la France à changer le rythme et à percer les défenses adverses.

L'ancien joueur du RB Leipzig est d'origine de la royauté bissau-guinéenne.

Défenseur central : Ibrahima Konaté

Bien qu'il n'ait fait ses débuts internationaux avec la France qu'en juin, Konaté semble être un cadre de longue date et, après avoir joué une finale de Ligue des champions, il est peut-être compréhensible qu'il ne soit pas effrayé par la perspective d'une Coupe du monde.

Né à Paris de parents maliens, il a battu un record de la FIFA lors de la défaite 1-0 contre la Tunisie, devenant le premier joueur du tournoi à enregistrer 11 tacles en un seul match – un exploit égalé plus tard par son coéquipier Eduardo Camavinga.

Il a remplacé Raphael Varane lors de la victoire contre l'Australie, et Didier Deschamps doit maintenant décider si le joueur de Liverpool ou de Manchester United sera aligné aux côtés d'Upamecano pour la rencontre contre la Pologne et Robert Lewandowski.

Défenseur central : Nathan Ake

Ake, qui a opté pour un avenir international avec les Pays-Bas alors qu'il était éligible pour la Côte d'Ivoire, complète notre trio arrière. Il a semblé à l'aise dans la défense néerlandaise jusqu'à présent dans ce tournoi, profitant d'une bonne entente avec Virgil van Dijk et le jeune Jurrien Timber.

Peut-être encouragé par l'augmentation de son temps de jeu à Manchester City cette saison, Ake s'est montré autoritaire et à l'aise dans la possession du ballon, même s'il a dû faire face au physique d'Enner Valencia lors de la défaite des Pays-Bas contre l'Équateur.

Milieu de terrain central : Aurélien Tchouameni

Comme beaucoup de ses coéquipiers, Tchouameni n'était pas au mieux de sa forme lors de la défaite contre la Tunisie, mais il est auteur de prestations exceptionnelles contre l'Australie et le Danemark, qui ont permis aux champions en titre de se qualifier pour les huitièmes de finale.

Ses performances ont été caractérisées par une utilisation précise, contrôlée et parfois ambitieuse du ballon. Aucun autre joueur ayant débuté trois matches n'a enregistré une meilleure précision des passes que celle de Tchouameni (96,9 %). Avec N'Golo Kante et Paul Pogba tous deux blessés, on s'interrogeait sur la composition et l'efficacité de l'entrejeu français, mais avec le calme de Tchouameni qui permet aux talents offensifs de l'équipe de s'exprimer, les inquiétudes s'estompent.

Le joueur de 22 ans aurait pu représenter le Cameroun.

Milieu de terrain central : Yunus Musah

Né à New York de parents ghanéens, on attendait beaucoup de Musah avant la Coupe du monde, et il n'a pas déçu. Sa technique a permis aux États-Unis d'avoir plus de contrôle et d'options dans l'entrejeu que lors des Coupes du monde précédentes, tandis que son rythme de travail et ses dribbles ont également été mis en valeur.

Il a été particulièrement magnifique lors de la victoire sur l'Iran, qui a permis aux États-Unis de se qualifier pour les huitièmes de finale, donnant l'impression, par moments, d'être l'homme de la situation pour amener les États-Unis en huitièmes de finale.

Milieu de terrain central : Jamal Musiala

C'est une honte pour le tournoi que l'Allemand Musiala s'en aille après seulement trois matches. Ce jeune prodige s'est révélé être l'un des talents les plus intéressants des premières semaines du tournoi. Bien qu'il n'ait que 19 ans, il a tenté de faire avancer une équipe d'Allemagne dysfonctionnelle, faisant preuve d'une immense maturité et d'un grand sens technique tout en essayant d'élever ceux qui l'entourent.

Musiala, qui aurait pu représenter l'Angleterre ou le Nigeria, continue d'être associé à un transfert au Real Madrid, tandis que le sélectionneur allemand Hansi Flick le considère comme l'avenir de l'équipe nationale, malgré ses débuts difficiles en Coupe du monde.

Aucun joueur n'a effectué plus de dribbles par match que Musiala (6,3 par 90 minutes en moyenne, presque deux fois plus qu'Alphonso Davies, deuxième). Il a également servi Niclas Fullkrug pour le but égalisateur de l'Allemagne contre l'Espagne. C'est dommage qu'il ne puisse pas rester au Qatar.

Ailier droit : Bukayo Saka

La déception était grande au Nigeria lorsque Saka a choisi de représenter l'Angleterre en 2020, malgré les rumeurs selon lesquelles il était prêt à s'engager avec les Super Eagles. Ses performances au Qatar confirment qu'il aurait pu être l'avenir de la nation ouest-africaine.

La perte du Nigéria est un gain pour l'Angleterre, et Saka a été la vedette de l'entrée en lice des Trois Lions, qui ont écrasé l'Iran 6-2. Le joueur polyvalent de 21 ans a apporté sa forme d'Arsenal au Qatar lors de cette ouverture éblouissante, mais il risque maintenant de devoir se battre pour conserver sa place dans l'équipe contre le Sénégal après avoir eu des difficultés contre les États-Unis et avoir été laissé au repos pour le match contre le Pays de Galles.

Néanmoins, sa capacité à courir derrière et à mettre les défenses à l'épreuve grâce à sa vitesse fera de lui un joueur redoutable pour la défense sénégalaise, quel que soit le stade auquel il sera introduit.

Ailier gauche : Kylian Mbappé

Olivier GIROUD of France celebrates his goal with Antoine GRIEZMANN of France, Kylian MBAPPE of France and Theo HERNANDEZ of France during the FIFA World Cup 2022, Group D match between France and Australia on November 22, 2022 in Al Wakrah, Qatar. (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport)

Après ses exploits en 2018, où il a contribué à la deuxième victoire de la France en Coupe du monde, Kylian Mbappe était considéré comme le joueur potentiel du tournoi avant l'édition de cette année. Il s'est montré à la hauteur des attentes au Qatar, s'imposant comme le favori pour le Soulier d'or et le Ballon d'or.

Le joueur de 23 ans a inscrit le troisième but de la France lors de la victoire 4-1 sur l'Australie, puis a inscrit un doublé en seconde période lors de la victoire du Danemark. Il a également réalisé une moyenne de 5,3 tirs par match dans ce tournoi, soit plus que tout autre joueur.

Eligible pour le Cameroun, Mbappe pourrait-il aider la France à devenir la première équipe depuis le Brésil en 1962 à conserver la Coupe du monde ?

Attaquant : Cody Gakpo

Ar-Rayyan, Katar, 25.11.2022: Cody Gakpo (Netherlands) Torjubel, jubelt nach seinem Treffer zum 1:0 waehrend des Spiels der FIFA World Cup Qatar 2022 – Group A zwischen Niederlande vs Ecuador im Khalifa International Stadion am 25. November 2022 in Ar-Rayyan, Katar. (Foto von Matteo Ciambelli/DeFodi Images) Ar-Rayyan, Qatar, 25.11.2022: Cody Gakpo (Netherlands) celebrates after scoring his team's first goal during the FIFA World Cup Qatar 2022 – Group A match between Netherlands vs Ecuador at Khalifa International Stadium on November 25, 2022 in Ar-Rayyan, Qatar. (Photo by Matteo Ciambelli/DeFodi Images) – Photo by Icon sport

L'étoile montante du tournoi, Gakpo a montré clairement pourquoi Erik ten Hag considère le joueur de 23 ans comme un élément clé de la reconstruction de Manchester United.

L'attaquant du PSV Eindhoven a marqué dans chacun des matchs de la phase de groupe des Pays-Bas, mais il doit maintenant prouver qu'il peut le faire contre des adversaires plus coriaces après que les Néerlandais aient rencontré peu de difficultés au premier tour.

D'origine togolaise et ghanéenne, Gakpo s'est réjoui de la pression qu'il subit en tant que meneur de jeu pour son pays, bien qu'il occupe un rôle plus central que celui qu'il occupe en club.

Attaquant : Breel Embolo

Il est rare qu'un joueur refuse de célébrer son premier but en Coupe du monde, mais c'est exactement ce qu'a fait Embolo après avoir donné l'avantage à la Suisse contre le Cameroun lors de la première journée du Groupe G. L'attaquant s'est contenté de lever les mains calmement après avoir trouvé un espace dans la défense des Lions Indomptables et avoir terminé sa course devant André Onana, en signe de respect pour son pays d'origine.

Il est l'un des 136 joueurs présents au Qatar qui représentent un pays autre que celui où ils sont nés, mais le seul à avoir marqué contre cette même nation dans le tournoi.

“C'est mon petit frère”, a déclaré Rigobert Song, l'entraîneur du Cameroun, après le match. “Ce n'est pas parce que nous sommes dans des équipes différentes que nous ne sommes pas encore frères”.

Remplaçants : Steve Mandanda, Ethan Ampadu, Alphonso Davies, Eduardo Camavinga, Leroy Sane, Serge Gnabry, Ousmane Dembele.


Dernières publications

En haut