Coupe du monde : les 20 joueurs à suivre lors du Mondial (4/4)

On y est ! Après quatre longues années d’attente, de joies et de déceptions (surtout pour les supporters du XV de France), l’heure est au Mondial, à ces matchs de rugby en pagaille, et aux pronostics qui en découlent, fait de surprises ou de confirmations.

20 équipes prêtes à se rencontrer, avec évidemment des objectifs variés : si certaines vont jouer le titre, d’autres vont essayer de sortir des poules ou même ne serait-ce que gagner un seul match… Et parmi ces 20 formations, nous avons sélectionné un joueur par équipe, qui nous semble être celui qui va amener un petit plus lors des rencontres : suivez le guide, place aux cinq derniers joueurs aujourd’hui !

 

Samoa : Tim Nanaï-Williams (ouvreur/centre)

Un joueur d’instinct, capable de trouver la solution sur un coup de génie, sur une passe improbable, une accélération foudroyante ou un coup de pied bien senti.

Tim Nanaï-Williams, c’est l’un des magiciens du monde du rugby, qui arrive toujours à surprendre son monde par une action d’éclat : ayant commencé sa carrière internationale avec la Nouvelle-Zélande à VII, il a choisi de rejoindre les Samoa, et compte aujourd’hui 12 sélections. Remplaçant de luxe de Camille Lopez à Clermont, il enchante Marcel Michelin par ses inspirations géniales et son goût immodéré pour l’attaque et le jeu à la main : il sera le chef d’orchestre de cette équipe des Samoa, aussi joueuse que physique !

Source : La Montagne

 

Russie : Denis Simplikevitch

Un nom plutôt connu pour les amateurs de rugby à VII : Denis Simplikevitch, c’est la tête d’affiche de l’attaque russe dans le Sevens !

Son physique de troisième ligne (1,95m pour 95kgs) ne l’empêche pas de faire des ravages dans les défenses, que ce soit avec sa sélection ou son équipe d’Enisei-STM (qu’on voit souvent en Challenge Cup). Ayant déjà participé à une Coupe du monde, en 2011, Simplikevitch avait même marqué deux essais contre l’Australie et l’Irlande s’il vous plaît !

Source : ESPN

 

Namibie : PJ van Lil (3ème ligne)

Il fait partie de ces joueurs à la double casquette : si Pieter-Jan van Lil est un troisième ligne costaud et rugueux sur le terrain, en dehors, il est tout simplement dentiste !

Le Namibien a en effet continué ses études en parallèle de sa carrière de rugbyman : ce n’est que lorsqu’il a signé son premier contrat professionnel au sein de l’US Dax en 2014 qu’il a dû se résoudre à choisir son rôle de rugbyman à temps plein au sein de l’équipe landaise. Depuis, le joueur a signé à l’Aviron Bayonnais, pour lequel il a disputé 89 matchs depuis 4 ans : à 35 ans, il a prolongé d’une saison au sein du club, tout en participant à sa deuxième Coupe du monde (2007 et 2019). Ses 50 sélections et son rôle de capitaine apportent des atouts importants pour une équipe qui a en général du mal à faire des résultats dans le Mondial.

Source : New Era

 

Uruguay : Felipe Berchesi (ouvreur)

Le maître à jouer de cette équipe uruguayenne se prénomme bien Felipe Berchesi (32 sélections). En France depuis 2014, où il a rejoint le SO Chambéry, il s’est depuis fait une petite réputation dans l’Hexagone, notamment grâce à son excellent jeu au pied. Passé par Carcassonne puis l’US Dax, où il a prolongé de deux saisons, l’ouvreur va participer à sa deuxième Coupe du monde, et mènera avec fierté l’attaque de son pays, tombé dans une poule compliquée avec l’Australie, le Pays de Galles et les Fidji notamment.

Source : Rugby World Cup

 

Géorgie : Mamuka Gorgodze (3ème ligne, photo en Une)

Le guerrier Géorgien au sang chaud jouera son quatrième Mondial ! 71 sélections, et toujours la fraîcheur d’un junior pour le Toulonnais, qui joue le rôle de papa au sein de cette équipe des Lelos, en progrès depuis quelques années. Celui qui a joué toutes les Coupes du Monde depuis 2007 fera valoir son expérience pour essayer de résister le plus de temps possible aux gros de leur poule, l’Australie, le Pays de Galles et les Fidji.

Espérons que son tempérament de feu ne le fera pas dégoupiller, lui qui est capable de grandes performances comme lorsqu’il avait été désigné meilleur joueur du match face à la Nouvelle-Zélande en 2015, après avoir fait une énorme rencontre !

A propos de l'auteur

Toujours à l'affût d'un résultat sportif, et toujours prêt à en parler autour d'une bonne bière ! Rugby, foot, tennis, et bien d'autres sports encore...

Poster un commentaire

ut Sed id elit. at ut eleifend non