De Carmelo Anthony à Steph Curry, ils ont marqué la March Madness

0
Credit photo: NBC Sports
Ligue 1

A défaut de March Madness cette année, on vous fait revivre certaines belles histoires de cette compétition pas comme les autres. Aujourd’hui, retour sur ces joueurs qui ont marqué la compétition de leur empreinte. Du génial freshman Carmelo Anthony à Steph Curry, le “presque inconnu” de Davidson, ils ont impressionné en NCAA avant de briller en NBA.

 

 

March Madness 2008 : Le chef d’œuvre de Steph Curry !

Stephen Curry a toujours été sous-estimé à cause de sa taille et de son physique plutôt frêle. Malgré une bonne carrière au lycée, le fils de Dell atterrit donc dans la modeste fac de Davidson pour jouer en NCAA. Une fac de Caroline du Nord à côté du cocon familial mais loin des meilleures équipes du pays. Les Wildcats évoluent dans la faible Southern Conference et ils n’ont pas gagné un match de March Madness depuis 1969 avant l’arrivée de Steph Curry…

40 points pour effacer 40 ans de disette

Pour sa deuxième saison sous les couleurs de Davidson, le futur double MVP débarque à la March Madness avec le plein de confiance. Son équipe a largement remporté sa conférence sans perdre un match. Steph Curry tourne à près de 25 points de moyenne. Tout va bien! Tête de série #10, les Wildcats créent une première surprise en éliminant Gonzaga (#7) avec un premier match éblouissant de son meneur de jeu. 40 points dont 30 en deuxième mi-temps et 8/10 à 3-pts. Grâce à Steph Curry, Davidson met fin à près de 40 ans de disette lors de la March Madness !

Si ce genre d’exploit est  régulier en March Madness, le plus dur reste de confirmer ! Alors que Georgetown (#2) se présente face à Davidson, on ne donne pas chère de la peau des coéquipiers de Steph Curry ! Malgré une adresse moins élevée qu’au tour précédent, le chef colle 30 points aux Hoyas qui ne se relèveront pas… Davidson s’impose (74-70) après un comeback retentissant de 17 points.

Au tour suivant, Chef Curry remet le couvert : 33 points à 6/11 à 3-pts! A la surprise générale, les Wildcats humilient les Badgers du Wisconsin (73-56) pourtant tête de série #3. On se demande alors qui pourra éliminer Davidson et son génial meneur. A une marche du Final Four, les Wildcats s’inclineront finalement de deux petits points contre les Jayhawks du Kansas, futurs vainqueurs du trophée. Plutôt maladroit malgré 25 points, Steph Curry est quand même passé tout prêt du plus grand exploit de l’histoire de la March Madness.

Le monde du basket découvre Steph Curry

Même si ses stats étaient impressionnantes lors de ses deux premières saisons à Davidson, Steph Curry s’est véritablement révélé à la face du monde lors de cette March Madness ! 32 points de moyenne, 23 paniers à 3-pts en seulement quatre matchs et trois « upsets » pour son équipe de Davidson qui n’avait pas gagné un match en March Madness depuis 40 ans ! Rarement un joueur n’avait vu sa côte autant progressé lors de cette prestigieuse compétition. Si il a décidé de revenir à Davidson pour la saison 2008-2009, c’est bien le mois de Mars 2008 qui a permit à Steph Curry d’être sélectionné à la 7ème place de la draft 2009 ! On connait évidemment la suite.

 

 

March Madness 2003 : Carmelo Anthony et Syracuse oranges de bonheur

Carmelo Anthony n’aura passé qu’une saison sur le campus de Syracuse. Ce qui est sur c’est qu’il aura marqué à jamais l’histoire de cette université.  Véritable star à la sortie du lycée, Carmelo choisit l’université de Syracuse. Bonne université, ce n’est pourtant pas le gratin de la NCAA. Bien que participant régulièrement à la March Madness, les Oranges n’ont jamais remporté le titre national. Leur dernière participation au Final Four date de 1996. Oui mais ça c’était avant l’arrivée de Mélo !

Un freshman déjà star

Une seule saison, c’est le temps qu’il aura fallu à Carmelo Anthony pour marquer la NCAA de son empreinte ! Dans une équipe de Syracuse centrée sur lui, Melo impressionne lors de la saison régulière.  Les Oranges remportent la défunte Big East Conference et font figure d’outsider à l’approche de la March Madness 2003. Mais avec un freshman comme leader et pas grand-chose à côté, difficile d’imaginer que Syracuse pourra lutter pour le titre final !

Après une entame facile contre la modeste fac de Manhattan, Syracuse dispose facilement d’Oklahoma State. Avec respectivement 17 et 13 points, Carmelo Anthony rentre tranquillement dans le tournoi. Lors du tour suivant, Syracuse favori de son match, s’impose difficilement contre Auburn (79-78) grâce à 18 points et 8 rebonds de sa star. Les Oranges ont fait le boulot, les choses sérieuses peuvent commencer.

Mélo roi de la NCAA

Contre Oklahoma, un des favoris de la saison, Carmelo Antohny sort le premier gros match de son tournoi avec 20 points et 10 rebonds. Oklahoma s’incline de 16 points (63-47) et Syracuse se qualifie pour le Final Four, une première depuis 1996.

C’est lors de ce Final Four que Mélo prouve définitivement qu’il est un des meilleurs joueurs de basket de la planète. Contre Texas en demi-finale, il sort une prestation d’anthologie avec 33 points et 14 rebonds. C’est un record de points pour un freshman lors d’un Final Four de la March Madness. Carmelo ne s’arrête pas là. Lors de la grande finale contre Kansas, il signe quasiment un triple double (20 pts, 10 reb , 7 ass) pour offrir à Syracuse le premier titre de son histoire !

MOP du Final Four, meilleur marqueur de la compétition (à presque 50% de réussite) alors qu’il n’est qu’en première année, Carmelo Anthony a certainement réalisé une des meilleures March Madness de l’histoire. On connaissait son côté scoreur mais Mélo a également impressionné par son côté leader !

Malheureusement pour Syracuse, le talent de Carmelo Anthony est trop important pour rester en NCAA ! Après une seule saison (mais quelle saison !), Mélo s’envole vers la NBA et il n’y a bien que le lycéen Lebron James (ainsi que l’erreur de casting Darko Milicic…) qui peut le priver de la première place de cette draft !

Carmelo Anthony et Syracuse pour la première fois sur le toit de la NCAA! (credit photo: Orange Fizz)

 

 

March Madness 2011: Cardiac Kemba fait chavirer MJ

Avant d’arriver en NBA, Kemba Walker a passé trois saisons dans l’université du Connecticut. Si il a atteint le Final Four en 2009 avec les Huskies lors de son année freshman, c’est bien en 2011 qu’il a marqué la March Madness de son empreinte.

Le Kemba Walker show

Avant de briller lors du plus important tournoi universitaire, il s’était déjà illustré lors du tournoi de qualification. Auteur d’une saison régulière moyenne, les Huskies ont du batailler lors de ce tournoi de conférence où seule une victoire finale délivrait le précieux sésame pour la March Madness.

5 matchs en 5 jours au Madison Square Garden, 5 victoires et 130 points pour Kemba ont permis aux Huskies de filer tour droit à la March Madness. On retiendra de ce tournoi, son tir au buzzer plein de sang froid contre les Panthers. Grâce à ce shoot UConn élimine Pittsburgh lors du quart de finale de tournoi de Big East. Sans cette victoire, les Huskies n’auraient même pas vu le tournoi de mars!

Les Huskies opportunistes

Grâce à son scoreur d’élite (23.5 pts/match), les Huskies enchainent les tours. Après une entrée en matière tranquille contre la petite fac de Bucknell, Kemba Walker enchaine deux matchs à plus de 30 points pour éliminer Cincinnati et San Diego State. Contre San Diego State, le futur joueur des Hornets inscrit 36 points. Les Huskies éliminent les Aztecs (74-67). UConn commence à faire peur!

Lors de cette March Madness, les surprises sont légions et les Huskies vont ainsi pouvoir continuer leur route tranquillement. Duke tombe contre Arizona, ce sont donc les Wildcats qui se présentent face aux Huskies lors de la finale régionale. Auteur de 20 points et 7 passes décisives, Kemba Walker permet son université d’accéder à son deuxième Final Four en 3 ans.

Kansas et Florida également au tapis, UConn aborde ce Final Four en temps que favori. Contre Kentucky, Kemba signe un match plein (18 pts ; 6 reb ; 7 ass) et UConn s’impose d’un petit point (56-55). La finale contre la surprise Butler n’est qu’une formalité. Les Huskies s’imposent (53-41). Kemba Walker n’a même pas besoin de forcer son talent pour être élu meilleur joueur du Final Four.

Grâce à ce mois de mars de très grande qualité, Kemba Walker voit sa côte de popularité augmenter à l’approche de la draft. Un certain Michael Jordan tombe amoureux du meneur des Huskies. Avec le 9ème choix de draft, il est choisi par les Hornets qui en feront leur futur “franchise player”.

On n’aura pas de nouveau exploit cette année lors de la March Madness mais ce tournoi reste le meilleur moyen pour les joueurs universitaires de se mettre en valeur. Steph Curry, Kemba Walker et Carmelo Anthony sont tous trois devenus des joueurs All-Star mais avant ça, ils ont marqué la folie de mars de leur classe!

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here