Football

Débrief : 27ème journée

Débrief Ligue 1 (27è journée) : Un « classique » parfaitement négocié pour le PSG. Nice ne cède pas. Monaco est toujours leader.

Nantes 3-1 Dijon

Nantes a été d’attaque et a performé ce vendredi. Bammou a ouvert le score à la 3ème minute et ce but est la preuve d’un début de match parfait de la part des joueurs de Conceiçao. Ce dernier était la risée des supporters nantais ces dernières semaines, il a donc bien répondu aux exigeances dès le début du match. Un peu moins bien à l’approche de la mi-temps, les Nantais piétinent et Dijon profite d’une déviation de Dubois contre son camp pour égaliser. Mais rien ne pouvait arriver aux Nantais, Sala sur pénalty (58′) et Pardo grâce à un but exceptionnel à la Pauleta (79′), condamne les chances de victoire Dijonaise.

Buteurs : Bammou, Sala et Pardo pour Nantes – Dubois CSC pour Dijon

Homme du match : Yassine Bammou

Nice 2-1 Montpellier

A Nice, le héros est venu du banc de touche. Entré à l’heure de jeu, Mickaël Le Bihan marque un doublé après 17 mois sans jouer. Cela permet à Nice de s’imposer face à un Montpellier costaud qui pensait avoir le match en main. Le MHSC a maîtrisé les débats en première mi-temps en ouvrant le score par Mounié (9′). Les Niçois avec la première titularisation en Ligue 1 de Donis en pointe de l’attaque, ont été peu en réussite avant l’entrée de Le Bihan, qui a été le juge de paix. Nice montre qu’il peut prétendre à La Ligue des Champions voire plus, en gagnant ce genre de rencontre qui paraissait mal embarquée. Montpellier, lui, a encore craqué en seconde mi-temps et s’empêche de respirer en manquant la possibilité d’atteindre la première partie du tableau.

Buteurs : Le Bihan (x2) pour Nice – Mounié pour Montpellier

Homme du match : Mickaël Le Bihan

Guingamp 1-2 Monaco

Après ce match perdu au terme d’un affrontement sensationnel en Ligue des Champions face à Manchester City, Monaco s’attaquait à Guingamp en championnat ce week-end. Face à des Bretons à la peine en 2017, Monaco accroche une victoire importante grâce notamment à Kamil Glik (24′) qui ouvre le score. Bien organisés et rigoureux, les Monégasques obtiennent un pénalty transformé par Fabinho sur une panenka osée. (86′). Didot sauve l’honneur en fin de match mais ce n’est pas suffisant. (90′). L’ASM confirme être dans la course au titre, en gardant sa première place.

Buteurs : Didot pour Guingamp – Glik et Fabinho pour Monaco.

Homme du match : Fabinho.

Nancy 0-0 Toulouse

Nancy n’est plus barragiste, mais reste muet depuis quelques matchs. Malgré leur combativité, les Lorrains n’ont pas su faire la différence face à un Toulouse qui a failli réaliser le hold-up en fin de match. Busin aurait pu aussi arracher la victoire au terme du temps réglementaire, mais son ballon termine sur la transversale de Lafont. Un match sans spectacle, sur un terrain synthétique contesté mais toujours présent à Marcel-Picot : il en fallait bien un. Toulouse s’accroche à la première partie du tableau, tandis que Nancy est dans le groupe se battant pour ne pas descendre, avec 2 points d’avance sur le barragiste Dijonnais.

Rennes 1-0 Lorient

Quoi de mieux qu’un bon derby breton (!) Le Stade Rennais entame laborieusement la rencontre mais Giovani Sio contre le cours du jeu ouvre le score à la 19ème minute après une erreur à ne pas faire des Lorientais, et cela leur a coûté cher. Rennes entre dans sa rencontre après ce but et garde son avance. Les Lorientais, malgré de nombreuses occasions, sortent de ce match, frustrés, avec le sentiment d’avoir un pied en Ligue 2. Les Rennais s’imposent enfin et se hissent à la 8ème place.

Buteur : Sio

Homme du match : Giovanni Sio

Angers 3-0 Bastia

Bastia relégable a pris le bouillon face à la Dalle Angevine. Angers est redevenu performant sur coup de pied arrêté et a parfaitement maitrisé son adversaire. Toko-Ekambi, nouveau vainqueur de la CAN signe un doublé permettant aux angevins de gagner une 3ème fois d’affilée Les Corses en perte de vitesse sont plus que jamais au fond du tableau, alors qu’Angers remonte à la 11ème place.

Buteurs : Toko-Ekambi (x2), Bourillon

Homme du match : Karl-Toko Ekambi

Lille 2-3 Bordeaux

Match fou entre ces deux équipes. La rencontre fut indécise avec 2 équipes qui se sont rendues coup pour coup. Adam Ounas, entré en jeu, a fait tourner la rencontre grâce à son doublé alors que Lille menait 2 buts à 1. Bordeaux, c’est l’équipe qui fonctionne en 2017. Les Girondins sont dans la course pour se qualifier en Europa League (5ème)

Buteurs : De Préville et Eder pour Lille – Vada et Ounas (x2) pour Bordeaux

Homme du match : Adam Ounas.

Saint-Etienne 0-1 Caen

Eliminés en Europa League cette semaine avec la volonté de la retrouver la saison prochaine, les Stéphanois ont affronté Caen qui a gagné son match en retard à Nancy cette semaine. Sur la première occasion Caennaise, Rodelin place une tête décroisée qui trompe Stéphane Ruffier (33′). Caen a tenu bon et a gardé son but d’avance en profitant même des largesses pour se créer des occasions en contre-attaque. En vain, mais les 3 points du jour et les 6 points de la semaine sont dans la musette des Normands qui s’éloignent du maintien avec 8 points d’avance sur le premier relégable. Les Stéphanois quant à eux subissent un nouveau coup de mou et perd une place (6ème)

Buteur : Rodelin

Homme du match : Ronny Rodelin.

Lyon 5-0 Metz

Lyon devait confirmer sa bonne tendance et son efficacité sur ces dernières rencontres. Ce match retour se joue sans que le match aller ait eu lieu (match reporté). Entreprenants avec de nombreuses occasions et de belles séquences de jeu, l’Olympique Lyonnais confirme sa bonne forme du moment. En ajoutant le doublé de Depay qui s’acclimate petit-à-petit à la Ligue 1, les joueurs de Genesio ne pouvaient pas imaginer mieux que ce genre de rencontre. Les buts assez séduisants de Lacazette et Valbuena closent le nouveau festival offensif des Lyonnais. Lyon enchaîne et se donne de l’air pour la quatrième place. Le ratio s’élève à 20 buts en 4 matchs pour les Rhodaniens. Metz, lui, est à un petit point de la 18ème place. Les Grenats vont devoir cravacher pour ne pas figurer dans la zone rouge.

Buteurs : Memphis (x2), Baillu CSC, Lacazette et Valbuena

Homme du match : Alexandre Lacazette

Le focus du week-end

Marseille 1-5 Paris

Compositions :

OM : Pelé – Sakai, Rolando, Fanni, Evra – Anguissa, Vainqueur, Lopes, – Thauvin, N’jie, Payet.

PSG : Trapp – Meunier, Thiago Silva, Marquinhos, Kurzawa – Rabiot, Verratti, Matuidi – Lucas, Cavani, Pastore.

Ce match est le 76ème « classique » de l’histoire, le premier au Vélodrôme avec McCourt comme propriétaire de l’OM.

Première période.

L’OM a mis la pression d’entrée au PSG que ce soit sur le terrain ou en tribunes. Le club de la capitale débute le match en proposant une attaque remaniée avec les titularisations surprises de Pastore et Lucas. Malgré ça, les Parisiens ne sont pas du tout intimidés et ouvrent le score d’entrée par Marquinhos à la conclusion d’une phase rondement menée (6′) suite à une combinaison sur coup franc. Marseile réagit rapidement grâce à Dimitri Payet qui décoche une frappe enroulée du droit, mais son ballon passe juste à droite du poteau (15′). Sans contre-coup, Paris retrouve très vite ses esprits et tape directement là ou ça fait mal. L’offrande magnifique de Pastore une minute plus tard permet à Cavani de faire le break. L’Uruguayen ne laisse aucune chance à Pelé en piquant son ballon (16′).

On aperçoit très vite l’infériorité qualitative de l’OM, qui n’arrive pas à garder le ballon en faisant d’énormes erreurs défensives. L’erreur combinée d’Evra et de Rolando aurait pu notamment permettre au PSG de mener 3-0 à la 23ème minute. Les joueurs de Garcia reprennent du poil de la bête autour de la demi-heure en ayant de plus en plus la possibilité de créer des situations de jeu. Malheureusement, ils n’ont pas assez de maîtrise technique pour créer des décalages offensivement alors que le PSG transperse facilement la défense marseillaise sur jeu rapide. Ce jeu rapide a amené un corner faisant trembler les filets de Pelé, mais le but était hors-jeu (36′). On a assisté à une démonstration de force de la part des visiteurs lors de cette première période : les mots « rigueur » et « créativité » qualifient assez bien la prestation du PSG.

Seconde période

Que ça semble facile pour le PSG qui débute sa seconde période de la meilleure des manières. Marseille manque d’agressivité défensive et permet à Paris de récupérer le ballon à l’entrée de la surface. Pastore, coup du foulard. Lucas, ballon dans le but. Unaï Emery est aux anges et voit son équipe mener 3-0 à la 50ème minute. Le match est à sens unique. Le PSG enchaîne les occasions tel un rouleau compresseur. Draxler en rajoute une couche à l’heure de jeu en aggravant la marque à 4-0. L’OM est à la peine et n’a jamais su trouver la solution pour stopper son adversaire du jour. Leur défense passive et bien trop friable a eu raison de leur volonté à vaincre leur meilleur ennemi. L’enchaînement de Fanni à la 70′ énerve les Parisiens mais est bel et bien anecdotique, surtout lorsque Matuidi y va de son but 3 minutes plus tard. Le PSG s’impose largement et suit le rythme du leader monégasque.

Buteurs : Fanni pour l’OM – Marquinhos, Lucas, Cavani, Draxler et Matuidi pour le PSG.

L’homme du match : Le PSG.

Jérémy LAMBOLEY.

 

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
tristique et, eleifend porta. commodo ipsum