Dijon : la moutarde ne monte plus au nez

0
Ligue 1

Après une belle saison 2017-2018 pour les bourguignons, la saison 2018-2019 est un cauchemar. Passé par toutes les étapes du tableau de Ligue 1, les hommes d’Antoine Kombouaré sont dans une situation délicate. Récit d’une descente aux enfers incompréhensible

Un mercato exécrable responsable des lacunes de l’équipe

Au début de l’été, l’équipe devait faire face à plusieurs problèmes dans l’effectif : Cédric Varrault et Baptiste Reynet, joueurs emblématiques du club, ont quitté le navire. Les prêts de Papi Djilobodji et Xeka terminés, et des fins de contrat de joueurs de rotation qui pouvaient être serviables (Vincent Rüfli, Adam Lang, Benjamin Leroy et Dylan Bahamboula). L’équipe se retrouvait avec un seul gardien dans l’équipe première, un secteur défensif réduit, et un manque de profondeur en attaque suite à la blessure de Kwon Chang-Hoon pour 6 mois.

Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que certains transferts étaient de l’argent mal investi : après les bizarreries sur les sommes des recrues de 2017 (4M sur Cédric Yambéré, 3M sur Wesley Said, sommes trop élevées pour le niveau sur le terrain), il fallait se rattraper cette année. Et c’est raté. 2M sur Nayef Aguerd en provenance de Rabat (9 matchs en Ligue 1, aucune prestation convaincante), 2M sur Alex Rùnarsson en provenance de Nordsjaelland (16 matchs de L1, 29 buts encaissés, tellement décevant qu’il dut mis sur le banc en janvier), 4M sur Sory Kaba en provenance d’Elche qui ne tire pas au but un match sur deux alors qu’il est censé être attaquant. De l’argent balancé par les fenêtres vous dites ?

 

Un changement d’entraineur douteux

Pour souhaiter la bonne année, Olivier Delcourt, président du DFCO, décide de licencier Olivier Dall’Oglio. L’entraineur alésien, après 6 ans de bons et loyaux services, après avoir fait remonter le club et permis d’obtenir les bases qu’ils possèdent, paie les mauvais résultats de l’équipe. La préparation physique laissait à désirer et a créé un impact sur le niveau de l’équipe. Mais pour autant cela ne méritait pas d’en arriver à quitter prématurément le club.

A la place, c’est Antoine Kombouaré, viré deux mois plus tôt par Guingamp pour mauvais résultats, qui est engagé. Contrat de six mois avec un an de prolongation automatique si le club se maintient. Malgré l’expérience du kanak, ses performances récentes n’inspirent pas confiance pour grand monde. Et cela s’est remarqué rapidement sur le terrain. Des ratios plus faibles qu’ODO, un mercato biaisé par le changement de coach, un véritable désastre.

 

Des résultats qui reflètent le niveau de l’équipe ?

Dijon possède un effectif qui au départ possède un niveau collectif très fort. Les joueurs ne possédant pas d’individualités au dessus du lot (hormis Rosier, Amalfitano, Lautoa et Haddadi), il faut se focaliser sur l’équipe. L’année dernière, ce fut une force offensive puisque l’équipe enchainait les bons résultats, les menant à la cinquième place au classement des équipes à domicile. Mais ce fut le jour et la nuit cette année…

Un jeu en contre et sans apport défensif qui font de Dijon une équipe timorée devant (en même temps, avec que des pivots comme attaquants centre, va varier ton jeu devant…). On pourrait se dire que la défense pourrait compenser, mais le placement et les décisions prises par les défenseurs créent une fragilité derrière et qui est responsable des buts pris font de Dijon une équipe instable. Et derrière, Dijon prend l’eau, enchaine les désillusions : cinq victoires, six nuls et dix-huit défaites. Avant-dernier à un point de Guingamp, barragiste, et sept points d’Amiens, dix-septième. Il reste neuf matchs pour inverser la tendance

 

Autrement dit, Dijon n’a plus le droit à l’erreur. Les concurrents au maintien s’éloignent et une descente serait fatal pour le club. A Antoine Kombouaré de trouver la recette, autre chose que “vouloir prendre un pour taper sur l’autre” comme dit en conférence de presse il y a 2 semaines…

 

Crédit photo : Vincent Poyer | @DFCO

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here