Du talent dans cette division centrale (1/2)

Toutes les semaines, vous retrouverez un portrait des équipes de la NHL. A chaque jour une partie d’une division de la NHL. Ces portraits permettront d’établir un bilan de la dernière saison, de voir le positif et le négatif de la franchise avant de dresser une prédiction concernant les attentes de la franchise. Après la conférence Est, il est temps de s’occuper de la conférence ouest. Les deux premières semaines de septembre verront les portraits de la division centrale avant de voir les équipes de la division pacifique. Aujourd’hui, 3 équipes sont au programme : Les Prédateurs de Nashville, les Blues de St-Louis et les Blackhawks de Chicago. 3 importantes équipes.

 

 

Nashville est devenue une place de hockey

Aujourd’hui, la franchise du Tennessee est dirigée par David Poile. En place depuis 1997, il n’a cessé de prôner la patience et a décidé, il y a quelques années, d’être plus « agressif » dans la catégorie des échanges. Habitué de systèmes défensifs, la franchise s’est longtemps reposée sur Shea Weber. Le 29 juin 2016, tout a changé quand P.K Subban a été acquis de Montréal en retour du capitaine emblématique des Preds.

Une équipe parfaitement équilibrée

P.K Subban est plus jeune. Plus rapide. Plus flashy mais certainement moins respecté que l’était Weber. « The Mountain Man » était un meilleur leader. P.K Subban est un meilleur défenseur. Icône médiatique, il est la figure de la NHL quand il s’agit d’exporter la ligue à travers les médias nationaux.

David Poile a su monter une équipe parfaitement équilibrée. Les failles sont rares. Très rares. Tout d’abord, l’équipe peut compter sur un gardien au sommet de sa forme. Pekka Rinne, 35 ans, vient de sortir d’une saison avec un pourcentage d’arrêt à hauteur de 92,7%. Ses performances en playoffs ont été un peu plus difficiles.

 

P.K Subban et Pekka Rinne – Crédit photo : Alex Gallardo (La Presse canadienne)

 

En défense, les différents repêchages ont permis d’avoir Roman Josi, Mattias Ekholm et Ryan Ellis dans l’alignement. Seth Jones a été envoyé à Columbus en échange de Ryan Johansen alors que Samuel Girard a été envoyé dans un trade permettant d’obtenir Kyle Turris. Les 3 défenseurs cités ont été complétés par Subban. A 4, ils forment sans aucun doute le meilleur quatuor de défenseurs à travers La ligue. Ils comptent pour seulement 18 millions et permettent à David Poile d’investir dans différentes positions. Il est à noter l’augmentation du salaire de Ellis et à la fin de celui de Josi dans 2 ans. Johansen et Turris sont aujourd’hui les deux centres numéro 1 de l’alignement. Le premier a obtenu 54 points alors que le second 42 en 65 matches.

Ces deux centres sont accompagnés des jeunes Kevin Fiala, Filip Forsberg, Viktor Arvidsson et le nouveau venu : Eeli Tolvanen.

L’avenir ? Le présent !

A-t-on besoin de parler des prospects quand l’équipe est aujourd’hui jeune et talentueuse ? Le back-up Juuse Saros a toutes les armes pour prendre la relève après Rinne. Eeli Tolvanen aura le droit à une première saison complète. 36 points en 49 matches de KHL à 19 ans, le choix numéro 30 en 2017 est l’avenir à l’aile de Nashville.

Assurément gagnante cette équipe

Sans la moindre hésitation, les Prédateurs de Nashville est l’une des équipes les plus proches de la coupe Stanley. Peter Laviolette a su faire de son équipe une force incroyable en saison régulière. Les derniers playoffs ont été difficiles puisqu’ils ont été éliminés par les Jets de Winnipeg.

 

Les Blues de St-Louis réarmés cette année

St-Louis est régulièrement une grande force de la NHL. Eliminés pour quelques points cette années, les Blues ont passé un été plutôt satisfaisant. En effet, Doug Armstrong est allé cherche Ryan O’Reilly.

Une équipe, elle aussi, équilibrée

Mars dernier, les Blues ont surpris en échangeant Paul Stasny aux Jets de Winnipeg. L’équipe n’allait pas bien et le seul mouvement ressemblait un à un mouvement d’abandon. L’été dernier, Ryan O’Reilly a été ajouté aux Blues de St. Louis. Véritable centre complet, il devient le centre numéro idéal. Habitué à tout faire chez les Sabres, il devrait être utilisé différemment. Il vient en soutient d’une véritable surprise : Brayden Schenn. Acquis des Flyers la saison dernière, il s’est imposé comme un joueur étoile au sein des Blues. 70 points en 82 matches.

St. Louis s’est amélioré pour une simple raison : l’équipe a bouché les quelques lacunes. Tyler Bozak a été ajouté pour le rôle de troisième centre : il prendra les taches défensives. David Perron a été acquis en tant qu’agent libre après une excellente saison di coté de Vegas. Auteur de 66 points en 70 matches, il revient dans son ancien club pour un contrat plutôt faible : 4 millions par an pendant quatre saisons. Une aubaine.

Enfin, Robert Thomas devrait occuper émerger cette saison. Prometteur, il a une chance de percer l’alignement. Il a brulé la OHL (75 points en 49 matches de saison régulière).

Ces joueurs complètent une équipe déjà dotée de superbes éléments. La première ligne est composée de Schenn, Tarasenko et Schwartz. Vladimir Tarasenko vient de compléter l’une de ses moins bonnes saisons avec 66 points (33 buts) en 80 matches. Il venait d’enchainer trois saisons de plus de 70 points. Il devrait revenir plus fort cette saison et permettre aux siens d’accéder au bal printanier. Jaden Scwhartz, âgé de 26 ans, vient de marquer 59 points en 62 matches. La première de St. Louis représente l’une des meilleures de la ligue.

 

La première ligne de St. Louis : Tarasenko (91), Schwartz (17), Schenn (10) – Crédit photo : Ed Mulholland-USA TODAY Sports

En défense, deux éléments brillent. Le capitaine Alex Pietrangelo est considéré comme l’un des meilleurs défenseurs actuels. À 28 ans, il a encore deux saison de contrat (6.5 millions). Il vient de sortir d’une saison de 54 points en 78 matches tout en étant un élément vital pour son équipe dans le jeu défensif. Toutes les équipes en rêvent. L’autre élément phare est le jeune Colton Parayko. 4 années à 5.5 millions pour un défenseur format géant (1m97) qui a un très bon potentiel. Cantonné à une deuxième ligne défensive (droitier comme Pietrangelo), il a connu deux saisons de 35 points.

Dans les buts, Jake Allen doit connaitre une bonne saison. Sa dernière a été plus difficile. Les succès de l’équipe passent aussi par lui.

Une masse salariale à gérer tout en améliorant le roster

Les deux éléments cités plus haut méritent d’être mieux entourés. Le flanc gauche n’est pas assez talentueux pour espérer surpasser les Jets de Winnipeg ou encore les Prédateurs de Nashville.

Il y a aussi un enjeu majeur : la masse salariale. En défense, seuls les deux cités ont un contrat pour la saison prochaine. Les choses vont bouger. En attaque, certains éléments de profondeur doivent chercher un contrat. C’est le cas de Patrick Maroon et de Chris Thoburn. Les jeunes prometteurs Robby Fabbri et Ivan Barbashev auront besoin d’une augmentation de salaire.

Une année qui devrait être plus intéressante

Oui l’équipe s’est améliorée. Il n’y a pas à dire. La défensive mérite d’être plus talentueuse mais il ne faut pas réduire les autres éléments non-cités à des défenseurs banals. La concurrence est rude au sein de la division centrale. Mais les Blues représentent, selon moi, la troisième équipe la plus forte de la division.

 

Des Blackhawks en perdition

Champions en 2010, 2013 et 2015, les Blackhawks de Chicago représentaient l’une des meilleures franchises NHL des dernières années. Avec le système de plafond salarial, Chicago a dû, petit à petit, envoyer des joueurs ailleurs pour conserver une partie de l’effectif tout en voyant la moyenne d’âge s’alourdir.

Des top players toujours présents

Aujourd’hui, les Blackhawks possèdent encore l’un des meilleurs joueurs de la ligue : Patrick Kane. Son fameux numéro 88, sa coupe mulet et surtout ses habilités incroyables. Il est l’un des artisans des dernières Stanley Cup de la franchise. Agé de 29 ans, il en a encore sous le réservoir. Mais à lui tout seul, il ne peut tout faire.

Grand leader et center complet, Jonathan Toews est reconnu partout. Sa dernière saison a été un peu plus difficile, ce qui inquiète les nombreux partisans de la franchise de l’Illinois. Capitaine depuis 2008-2009, il saura rebondir. Toutefois, l’équipe a besoin d’avantage d’équilibre et de profondeur.

 

Kane (88) et Toews (19) sur le banc – Crédit photo : Chicago Tribune

 

Le problème de ces deux joueurs est évidemment la place qu’ils occupent au sein de la masse salariale. Ils comptent pour 21 millions a deux et donnent des maux de tête à Stan Bowman, directeur général de la franchise.

Ce dernier est allé chercher Brandon Saad (ancien choix et joueur de Chicago) pour relancer Toews. Mais il a dû sacrifier Artemi Panarin qui connait une bien meilleure saison. A Chicago, Panarin brillait avec Kane. Aujourd’hui, les choix opérés par la direction ne font pas du tout l’unanimité.

La franchise peut aussi compter sur un très bon goalie : Corey Crawford. Le problème étant que ce dernier sort d’une saison de blessure et l’équipe ne peut aller plus loin sans lui. C’est pour cela que Com Ward a été ajouté en tant que back-up.

Enfin, l’envoi de Andrew Shaw à Montréal contre deux choix de deuxième tour a permis la sélection de Alex DeBrincat. A sa première saison, l’Américain a marqué 28 buts et surtout 52 points. Une brillante sélection.

Une masse salariale difficile à gérer

Les titres ont un impact parfois négatif : signer des contrats trop lourds. Les 21 millions accordés à Toews et Kane se rajoutent aux 12.7 de Ducan Keith et Brett Seabrook. Pour garder tout cela, Bowman a dû se départir de Saad (pour le récupérer une année après), Hartman ou encore de Teravainen. Le plus difficile est de composer un alignement avec, la plus part du temps, beaucoup de rookies. Aujourd’hui, c’est 5 attaquants sur 12 qui sont encore dans un contrat cookie (Contrat appelé « ELC » de 3 ans à moins d’1 million par saison).

Une année probablement difficile

L’équipe n’est pas si affreuse que cela. Les trous sont importants et la confiance ébranlée. Pourtant, certains éléments sont là pour le succès d’une franchise. La première difficulté ? La concurrence. Ce n’est pas pour rien que l’équipe a fini dernière de sa division.

Vous retrouverez la semaine prochaine la suite et fin de la division centrale. Une division composée de 7 équipes. Winnipeg, Minnesota, Colorado et Dallas représentent les autres forces de cette division.

A propos de l'auteur

Graphiste en Freelance et rédacteur bénévole. Fanatique aveugle de hockey sur glace.

Poster un commentaire

adipiscing dolor accumsan luctus Curabitur quis, sed odio