En équipe

Domino’s Ligue 2 (J18) : L’ESTAC a un bon coup à jouer à Guingamp

Guingamp reçoit Troyes au Roudourou ce soir en clôture de la 18ème journée de Ligue 2, dans une rencontre qui s’annonce très intéressante. D’une part une formation bretonne qui peut revenir à deux points des playoffs, et d’autre part une équipe troyenne qui a la possibilité de s’emparer de la troisième place et rester au contact des équipes de tête.

Guingamp veut bien finir l’année à domicile

Le retour en Ligue 2 n’a pas été de tout repos pour l’EAG, qui a déjà connu un changement de coach. Limogé à la suite de résultats insuffisants, Patrice Lair a vu l’entraîneur de la réserve Sylvain Didot lui succéder fin septembre. Depuis, l’En Avant a retrouvé des couleurs, du moins d’un point de vue comptable, mais il reste encore beaucoup de travail pour viser plus haut. Et cela passe déjà par retrouver une souveraineté au Roudourou, car jusqu’à présent les Bretons n’ont remporté que trois de leurs neuf matchs dans leur antre, uniquement face à des mal classés. Mis à part un coup d’éclat à Lorient (0-1), les Guingampais sont à la peine contre le haut de tableau, d’où la nécessité de corriger le tir face à Troyes ce soir, surtout afin de mettre un terme à une série de trois matchs consécutifs sans victoire à la maison. La tâche s’annonce tout de même ardue, même si Guingamp compte dans ses rangs plusieurs joueurs capables de poser des problèmes à l’adversaire, notamment les anciens troyens Bryan Pelé (5 buts, 2 passes décisives), Ronny Rodelin (1 but, 4 passés décisives), voire même Youssouf M’Changama (1 but, 4 passes décisives), passé par la réserve de l’ESTAC. Quatrième attaque de Ligue 2, l’En Avant devra montrer ses qualités dans ce domaine face à des Champenois solides hors de leurs bases. Quand on sait qu’un succès permettrait de bien finir à domicile et revenir à deux points des places qualificatives pour les playoffs, la motivation devrait être au rendez-vous.

Le podium pour Troyes ?

En reconstruction cette saison après d’importants mouvements lors du mercato d’été, l’ESTAC a su néanmoins tirer son épingle du jeu dans ce championnat, avec 32 points et une quatrième place au classement. Pas anodin, en particulier pour une équipe emmenée par un entraîneur débutant au niveau professionnel en la personne de Laurent Batlles. Certes, tout est loin d’être parfait, car Troyes pêche en termes de régularité dans ses performances, mais les résultats sont bien là. Plutôt rassurant pour le néo-coach, surtout que sa formation a encore une énorme marge de progression, en particulier dans le domaine offensif. Car avec seulement 19 buts inscrits, les Aubois ont clairement des difficultés dans ce secteur, assez compréhensible quand on sait que le club a dû se séparer de trois joueurs majeurs – Bryan M’Beumo, Kévin Fortuné et Bryan Pelé – lors du mercato estival. Et les recrues arrivées pour combler les brèches n’ont pour le moment pas le rendement espéré, à part peut-être Maxime Barthelmé, déjà auteur de cinq passes décisives. Il n’empêche, malgré une attaque en berne, l’ESTAC s’appuie sur une organisation défensive rarement prise à défaut, et cela fonctionne, du moins à l’extérieur. En effet, depuis la saison dernière, les Troyens sont beaucoup plus à l’aise hors de leurs bases, avec seulement un revers en plus d’un an (au Gazélec Ajaccio le 9 novembre 2018). Timorés au Stade de l’Aube, les Aubois sont redoutables d’efficacité en déplacement, et ils l’ont déjà prouvé cette année en allant s’imposer à Lorient (0-1), Auxerre (1-2) ou Sochaux (0-1). Les Guingampais sont prévenus, Troyes ne se déplace pas pour faire de la figuration. En cas de victoire, les Champenois pourraient monter sur la troisième marche du podium, et rester au contact de Lorient et Lens, avant de recevoir Ajaccio, concurrent direct, samedi.

 

Source image : estac.fr

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
Praesent sem, mi, Aliquam ante. consectetur non at ipsum Curabitur