Drew McIntyre : “Je veux amener un grand PPV au Royaume-Uni”

0
Drew McIntyre
(Crédits : WWE)
Ligue 1

Juste avant WrestleMania, nous avions eu la chance de participer à une conférence téléphonique avec deux superstars de la WWE : Lacey Evans et Drew McIntyre. Après ceux de Lacey Evans, voici les propos que nous avons pu recueillir de la part de Drew McIntyre.

NB : Les questions ont été posées par divers journalistes, français ou internationaux, au cours d’une conférence téléphonique le 3 Avril 2020. Le nom du journaliste et du média auquel il est affilié est indiqué après la question.

Question : Bonjour Drew, comment ça va ? Ma première question est : Vous allez avoir le plus gros match de votre carrière, de votre vie, mais dans de mauvaises circonstances avec le virus,etc. Avez-vous pensé, pour le futur, quand tout sera passé, qu’il y aura un endroit avec les fans où il sera possible d’avoir un rematch avec Brock Lesnar, avec l’atmosphère d’un stade ? Qu’en pensez-vous ? (par Martin Hoffman, Sport1 Germany)

Drew McIntyre : Je ne pense pas vraiment au-delà de Wrestlemania. Je suis très excité et fier que la WWE se dépasse pour fournir du contenu et du divertissement à tout le monde dans cette période difficile. C’est mon match pour le titre, que j’ai attendu toute ma vie. Ce ne sont pas des circonstances idéales évidemment, mais ça reste un match pour le titre. Je suis très heureux de pouvoir donner aux gens quelque chose dont ils puissent avoir hâte ce week-end. C’est ce qui le rend si spécial. Je ne peux pas être égoïste à penser que j’aurais souhaité que tous les fans soient là, à m’encourager durant le match. Si j’arrive à obtenir cette grande victoire, avoir ce grand moment avec la foule, si je suis capable d’y arriver et d’apporter un sourire à tout le monde ce week-end, ça sera tout aussi grand. Je ne regarde pas au-delà du match de ce week-end. Si on est capable de faire un match plus tard devant les fans ce serait cool, si ce n’est pas le cas c’est cool aussi. Mon objectif c’est de gagner le titre à Wrestlemania ce week-end.

Q : Bonjour M. McIntyre, j’espère que vous allez bien avec toute cette situation. Le catch et le divertissement sportif évoluent avec ce que proposent Ricochet, Angel Garza, Humberto Carrillo, Daniel Bryan et pleins d’autres catcheurs dans le ring. Je suis un grand fan du style old school, du catch de l’ancienne école, et Drew McIntyre est un performer de ce style old school qui peut aussi faire des choses de la nouvelle école dans le ring. Vous êtes en quelque sorte une nouvelle ère, vous un catcheur de style old school, avec Brock Lesnar, et vous êtes les têtes d’affiche de Wrestlemania. Et par old school j’entends faire attention à la gimmick, pas faire 10 prises qui seraient normalement un finisher comme prises basiques, protéger vos prises signature ou de finition et être concentré à travailler pour les fans en protégeant sa crédibilité comme Brock Lesnar et Vader… Comment arrivez-vous à intégrer le catch old school dans cette ère moderne en ayant toujours un énorme soutien des fans ? (Michael Morales Torres, Lucha Libre Online)

D.McI : Je ne me vois pas nécessairement comme un gars de l’ancienne ou de la nouvelle école. Mon truc c’est de toujours être crédible, peu importe mon opposant. Si je suis sur le ring contre quelqu’un qui adopte le style moderne, qui vole partout, il ne va probablement pas le faire plein de fois, à moins que ça ne fasse sens, suivant le contexte du match, ou il va le faire de manière crédible. Parce que mon truc c’est, un peu comme le pensait Bret Hart, que lorsqu’on se branche sur mon match, tout va faire sens, tout va être crédible. Ça ne me dérange pas. Si mon opposant catche avec le style moderne, vole partout, peut être qu’il va tenter 50 saltos dans le match, mais contre moi il va peut être en faire un ou deux s’il a de la chance et quand cela arrive cela fera sens dans le match, pour avoir la réaction que l’on veut obtenir et raconter une bonne histoire. Si vous considérez ça old school de raconter une histoire, alors oui je suis old school.

Q : Bonjour Drew comment ça va ? (Kenny McIntosh, SPORF)

D.McI : Ça va, vous me posez cinquante questions.

Q : Voila la 51e. Je voulais vous demander, il y a 2 semaines et demi, Wrestlemania devait se tenir dans un stade et maintenant tout a changé. Je voulais savoir comment l’avez-vous découvert et qu’est-ce-qui vous est passé par la tête à ce moment là pour savoir ce que vous alliez faire ? Dans votre passé de catcheur, vous avez catché devant 10 personnes ou dans des salles closes. Est-ce un avantage pour vous de savoir que vous pouvez vous adapter à différentes situations ? ((Kenny McIntosh, SPORF)

D.McI : J’ai appris ce qui allait se passer probablement deux jours ou quelques jours après vous avoir parlé. Je ne pensais pas que ça allait dégénérer à ce point à ce moment-là. Évidemment ma réaction a été la déception et la colère. Je ne peux pas croire que j’ai attendu si longtemps pour cette opportunité et ça ne se passera pas comme je l’avais imaginé. Alors je me suis assis, j’y ai réfléchi, j’en ai parlé à ma femme. J’ai réalisé que c’était une manière égoïste d’aborder ce qu’il se passe. Le vrai problème en ce moment c’est ce qu’il se passe dans le monde, qui est en train de souffrir, et là nous avons une chance de lui apporter du bonheur, notamment mon match qui est une chance d’amener un feel good moment, qui apportera, je l’espère, des sourires sur quelques visages. Alors je reste positif par rapport à ça. Mais concernant l’environnement, j’ai en effet déjà combattu face à presque personne. Quand la scène du Royaume-Uni a débuté, ou plutôt s’est réinventée à la même période où j’ai commencé, on avait environ 10 personnes et c’était bien d’avoir 10 personnes dans le public. Alors oui j’ai déjà combattu devant peu de gens mais à ce stade de ma carrière je me demande plutôt comment être créatif dans ce contexte et cette situation. Je pense que Wrestlemania en lui-même, du début à la fin, va être assez unique. Je sais qu’il le sera rien qu’en pensant à Undertaker et au Boneyard Match, au Firefly Fun House match et pleins de paramètres différents qui vont être mis en place. WWE présente Mortal Kombat à Wrestlemania cette année.

Avec Brock, c’est une histoire simple dans sa construction, et je pense qu’il y a une tendance à sur-compliquer les choses. Mais les histoires simples sont les meilleures : deux grands gaillards qui vont se battre pour le titre. Qui est le meilleur homme ? Je te fracasse, tu me fracasses, ça a été la construction, de savoir qui a la main sur l’autre. Avec Brock Lesnar, quand on ira à Wrestlemania ce sera un combat de pub, un combat de bar, avec un ring mis dans un pub et deux grands gars, deux gars qui se battent dedans, sauf qu’il n’y a personne dans le pub. Sans la foule sur place, quoi qu’il arrive, Drew McIntyre vs Brock Lesnar sera un match très physique. Avec la foule, vous n’entendriez pas les impacts mais vous sentiriez la dureté avec laquelle on se frappe. Mais sans personne et avec la caméra qui va enregistrer tous les sons, ça sera un match très physique. Je pense que les gens vont être plongés dedans, pas seulement à cause de mon histoire ou du fait que Brock Lesnar est la Superstar la plus dominante de tous les temps, mais par le fait que vous allez vraiment tout ressentir parce que les caméras vont retranscrire tous les coups que l’on se donne. On ne va pas se retenir mais vous le saurez rien qu’en nous regardant tous les deux.

Q : Bonjour M. McIntyre, j’espère que vous allez bien. J’aimerais savoir, si vous gagnez le titre de champion de la WWE à Wrestlemania 36, si vous pouviez choisir votre premier challenger à votre championnat, qui choisiriez-vous et pourquoi ? (Axel Lefevre, WFF 100 % Catch)

D.McI : Je ne sais pas vraiment. Je serais déjà heureux de le gagner, pour commencer, et je me soucierais de ça après… Qui est-ce-qu’on a dans le show ? Ça fait un moment que je voudrais affronter AJ Styles. Drew McIntyre et AJ Styles ne se sont jamais affrontés en dépit du nombre de compagnies différentes dans lesquelles il a été ou les shows indépendants auxquels j’ai pris part. Il a catché dans des shows indépendants où je n’étais pas. J’essayais de vendre le match mais ça a été décalé plusieurs fois. AJ est certainement quelqu’un que j’attends. Un autre de mes adversaires préférés est Seth Rollins. On s’est croisé quelques fois, mais à l’évidence nous sommes tous les deux dans des situations différentes maintenant, alors ça change fondamentalement l’histoire. Ça pourrait être intéressant. Jinder n’a pas été sur le show depuis un moment, ça pourrait être un choix intéressant. Ça va probablement se retrouver dans les dirt sheets. Si quelqu’un cherche un truc intéressant à faire, on a beaucoup de réels antécédents. Il était champion de la WWE et les gens n’ont pas réagit véritablement favorablement à sa victoire. Il a dû leur sortir le grand jeu, quand moi je les ai rallié derrière moi, il s’est peut être senti méprisé par rapport à ça. On tient peut être une histoire intéressante ici. Laissez moi juste aller là-bas et m’assurer que je remporte la victoire. Mais honnêtement, je m’en fiche un peu. Si j’arrive à devenir champion de la WWE, le premier champion issu du Royaume-Uni de l’histoire, ça sera un rêve et c’est là qu’est toute mon attention pour l’instant.

Q : Bonjour Drew, Je voulais demander, à propos de l’ancienne superstar de la WWE, Wade Barrett, dans une interview, qui parlait de OVW où quelques superstars, comme Sheamus ou vous, se sont entraînés il y a des années. Que pouvez-vous nous dire à propos de cette expérience au Royaume-Uni ? (Miguel Perez)

D.McI : OVW est le premier endroit où je suis allé en Amérique. Avec Wade Barrett, on a été envoyé à OVW initialement, Sheamus est allé à FCW et on a été signé en même temps. On était à Louisville, dans le Kentucky, ce qui a été un choc culturel, c’est le moins qu’on puisse dire, venant d’Écosse. On a été là-bas seulement 6 mois avant que ça ne ferme et inévitablement, Wade et moi avons été transféré à FCW, mais j’y suis arrivé deux ou trois semaines avant Wade. Les fils étaient là à ma deuxième semaine. Ils n’étaient là que tous les six mois et je ne le savais pas car c’était nouveau pour moi. Ils avaient besoin d’un corps dans le ring pour travailler avec un des mauvais gars là-bas alors ils m’ont fait sauter dans le ring, faire des roulades devant les gars pour montrer les fils aux autres gars. Puis ils m’ont fait dire des mots de catcheur dans le micro. Et parce qu’ils m’avaient demandé tout ça je ne pensais pas que ça serait une réponse, parce que dans ma tête je n’étais qu’un corps pour montrer aux autres gars qui venaient. Et finalement, une semaine plus tard, j’ai eu un appel.

Une semaine plus tard j’ai eu un appel de Harold Finkel, qui appelait les talents, pour me dire qu’ils allaient prendre la route et me laisser savoir que j’en serais. Je devais être à Smackdown une semaine après être arrivé en Amérique. Je crois que c’est le passage le plus rapide du développement à la télé d’une Superstar donc c’était assez fou.

J’ai découvert très vite que le style américain et le style télévisé étaient très différents du style européen basique que l’on avait à l’époque. Alors je suis resté sur la route pendant 6 mois et pas à la télé la plupart du temps, à apprendre à travailler avec des gars comme William Regal et Bradshaw qui faisait son retour. On faisait beaucoup de matchs pour insister sur les choses que j’avais besoin d’apprendre. Et inévitablement, Wade était aussi à travailler chez OVW avec Paul Birchall pour s’améliorer. Finalement il est allé à FCW, a combattu le champion à Tampa, et c’est là qu’on a vraiment pu apprendre en allant à FCW.

Q : Bonjour Drew, vous avez eu un sacré parcours jusqu’au sommet de la WWE. Y’a-t-il quelque chose de votre passé que vous changeriez ? (Sharon Lee, The Straits Times Singapore)

D.McI : Non. A chaque fois que l’on me pose cette question, je réponds toujours que je ne changerais rien. Il y a des choses qui étaient malheureuses, des choses qui étaient inévitables, des choses qui étaient évitables, qui sont arrivées au fil des années au cours de ma carrière et dans ma vie personnelle. Mais si je changeais une chose, avec l’effet papillon, ça pourrait tout affecter, dont où j’en suis aujourd’hui. Je ne changerais rien, ça fait une histoire intéressante pour ma carrière et je suis un peu un point par rapport à où en était ma carrière. Donc non, je ne changerais rien. Ça fera un très bon livre un jour, j’espère une adaptation au cinéma. Et regardez le WWE Chronicle qui sortira demain – je ne suis pas sûr si c’est avant ou après Wrestlemania – mais ça m’a suivi du Royal Rumble et jusqu’à Wrestlemania. Donc vous me verrez devant 30 000 personnes, la réaction, et puis, ce qui arrive quand le temps a passé et qu’on me dit finalement que Wrestlemania se tiendra au Performance Center. Alors oui il y a plus de twists dans ce documentaire que dans un film de M. Night Shyamalan, alors jetez-y un œil.

Q : Bonjour Drew, j’espère que vous allez bien dans cette période difficile. Ma question est qu’après votre premier run avec la WWE, vous avez eu une période sur la scène indépendante avant de revenir pour un deuxième run. Quels changements avez-vous remarqué en revenant dans les vestiaires et sur la façon dont les choses sont gérées à la WWE ? (Sabrine Benmoumene de Vox Catch)

D.McI : Le plus grand changement est que beaucoup des gars qui étaient là pendant mon premier passage étaient partis, tout comme les leaders de vestiaires. Vous savez des gars qui venaient du territory system à l’époque, qui ont travaillé à beaucoup d’endroits pendant très longtemps sont partis et les gars au sommet sont principalement des gars qui venaient de la Florida Championship Wrestling, où j’étais avant et qui avaient commencé après moi. Alors c’était assez fou de rentrer et réaliser que j’étais un des plus expérimentés. C’était quelque chose d’énorme pour moi de revenir, particulièrement en allant à NXT d’abord à vouloir être un leader et aider les gens autour de moi avec le positif mais aussi avec les choses négatives que j’ai fait. En revenant j’ai remarqué que j’étais un des plus expérimentés et les gars au top étaient à FCW, alors c’était intéressant. Mais tout le monde a fait un super travail globalement. Dans le vestiaire, en terme de talent, il n’y avait jamais eu autant de performeurs in-ring dans l’histoire de la WWE. Je pense qu’une fois que tout le monde aura trouvé son rythme, on aura un super roster de haut en bas. C’est déjà le cas, mais on va s’améliorer avec le talent qu’on a.

Q : Bonjour Drew, j’espère que vous allez bien. Je me demandais quand ce confinement sera terminé et que vous serez le premier champion du Royaume-Uni, avez-vous une idée de ce que vous ferez quand vous rentrerez au Royaume-Uni ? Est-ce-que ce sera une petite célébration en Écosse, allez-vous apparaître au Royaume-Uni avec la ceinture ? (Joe Brophy, The Sun)

D.McI : Si j’y arrive, comme je l’ai déjà dit à certains comme BT Sport par exemple, j’aimerais faire la plus grande, la plus folle célébration de tous les temps. J’en ferais également une privée, plus silencieuse, avec ma famille évidemment. Mais oui je veux le crier sur tous les toits si j’y arrive. Ça a vraiment été le rêve de toute ma vie d’avoir une opportunité au titre, mais si j’y arrive… Je n’avais pas réalisé… Je n’ai réalisé que j’étais le premier gagnant du Royal Rumble venant du Royaume-Uni qu’après le match. J’étais tellement concentré à devenir le premier main guy de Grande-Bretagne à gagner le titre de la WWE. Alors je me disais “Oh mon dieu, j’arrive pas à croire que je suis entré dans l’histoire du catch, c’est tellement cool”. Si je peux le faire, je veux le crier sur tous les toits du Royaume-Uni, je veux aller sur les chaînes de TV majeures là-bas et en parler, pour que les gens au Royaume-Uni se mettent à jour. BT sport a vraiment été un bon partenaire, à réellement mettre en avant le produit. Sky Sport n’a pas exactement mis la WWE en avant et avec le nombre de shows qu’a BT Sport, ils sont bien derrière. Je veux que le nombre de gens qui s’intéressent à la WWE au Royaume-Uni augmente parce que la scène est en feu en ce moment et je pense que si je vais là-bas et que je dit “Hey, l’un des nôtres s’en sort bien et a gagné le titre”, alors peut-être que je pourrais finalement accomplir mon rêve ultime – à part gagner le titre de la WWE – à savoir amener un grand Pay-Per-View au Royaume-Uni. Si je veux m’assurer que cela arrive, je vais devoir y aller et le crier sur tous les toits pour que le Royaume-Uni demande à ce que ça arrive.

Q : Bonjour Drew. Il y a quelques semaines à Raw, vous avez eu des interactions avec MVP et ça vous a aidé à montrer que vous aviez toujours de la personnalité et ça vous a aidé à montrer un côté comique. Pensez-vous, pas pour votre personnage, mais que cela vous rend plus agréable auprès de l’univers de la WWE ? (Daniel Marland, Sport Bible)

D.McI : Oui. Vous savez, c’est quelqu’un en fait avec qui je suis bon ami, pas depuis longtemps. Il est très à l’aise au micro. C’est une situation facile d’être moi-même, ce qui a été la plus grande chose pour moi ces derniers mois. J’ai eu l’accord total de juste être moi-même. Vous avez pu en avoir un aperçu quand je faisais l’idiot avec Ric Flair. Quand je suis allé au ring en étant annoncé comme le dernier membre de la Team Flair, je m’amusais avec lui. J’avais un match avec Ricochet et Hogan et Flair étaient ringside, ce qui était assez fou. Et comme Flair donnait les instructions, je m’amusais, je m’amusais avec Hogan et on me disait ‘’Vas-y suis cette ligne de conduite’’. Au final, on m’a donné le micro et on m’a dit ‘’Sois juste toi-même, tu n’as pas à jouer le grand écossais énervé’’ que je n’appréciais pas à l’époque car, tout d’abord, ce n’était pas vraiment moi et ensuite, personne ne peut s’y identifier, à part l’autre grand écossais énervé en Écosse. Lui m’aurait compris. Mais finalement j’ai pu montrer ma vraie personnalité, qui est un peu ridicule, un peu sarcastique. Je lâcher quelques blagues qui floppent mais c’est OK, c’est le cas dans la vraie vie aussi. Mais vous voyez, je peux montrer ce côté, et la foule a répondu avec ‘’OK je comprends ce gars, je peux m’identifier à ce gars’’. Mais quand la cloche sonne, je botte toujours des fesses, ça a toujours été le cas. Je pense que ça a été quelque chose d’important dans la dernière phase de rassemblement de tous ses aspects, la pièce manquante pour enfin atteindre le niveau supérieur et heureusement cette pièce manquante est tombée au bon moment, à la bonne place, juste avant le Royal Rumble.

Q : Vous allez affronter Brock Lesnar ce week-end. Vous serez la 7e personne à le battre depuis qu’il est revenu en 2012. Qu’est-ce-que ça fait de s’asseoir parmi ces six autres gars comme le 7e en huit ans à avoir battu la Bête ? (Nick D’Urbano, Herald Sun)

D.McI : C’est plutôt fou. Il n’y a personne comme Brock Lesnar. Il n’y a jamais eu personne comme lui et il n’y aura probablement jamais personne pareil. Il est juste un monstre d’athlète en général mais un personnage très protégé. C’est dû à comment il se présente, il est si imprévisible et si quelqu’un le bat, vous savez, c’est quelque chose d’important. Généralement lorsque Brock Lesnar va vers un match contre quelqu’un, Paul Heyman sort le grand jeu, Lesnar le tue chaque semaine, et au final lors du match, Lesnar le tabasse et et finit toujours par remporter la victoire. Alors ça a été une manière très intéressante d’aborder ceci parce qu’il m’a eu une fois avec le F5 après le Rumble par derrière mais la dernière fois que nous fûmes réellement face-à-face, je l’ai mis au tapis trois fois ce qui était tout d’abord un moment à savourer, mais aussi quelque chose de choquant pour tout le monde. Et puis quand il s’est pointé à nouveau au travail, je n’étais pas là. Paul Heyman a fait ce qu’il fait d’habitude, peindre un merveilleux portrait pendant que Brock se tenait à côté énervé. Puis, la semaine dernière, lors du dernier Raw avant Wrestlemania, Brock Lesnar s’est repointé. ‘’Drew McIntyre doit être là, la dernière fois qu’on l’a vu, il a mis Brock Lesnar 3 fois au tapis, il doit y avoir une interaction, Brock est énervé’’ mais je n’étais toujours pas là. La prochaine fois qu’on se côtoiera cela ne sera pas avant Wrestlemania et je pense que cela va être intéressant. Ça c’est la dernière image pour tout le monde, la dernière image pour Brock, la dernière image qui mène au match. Et encore plus important, j’ai fais se pointer au boulot Brock Lesnar deux semaines d’affilée ! Donc c’est pas la première fois que je joue à des jeux d’esprit ici.

Q : Bonjour Drew, bonjour d’Afrique du Sud. La tournée de la WWE en Afrique du Sud a été reportée au mois de Septembre, et nous ne sommes même pas sûr qu’elle ait lieu. Mais si elle a bien lieu, est-ce-qu’il y a quelque chose qui vous intéresse ici en Afrique du Sud ? (James Richardson, The South African)

D.McI : Oui j’ai fait quelques promos. Je suis déçu que l’on doive se annuler. Je n’y suis jamais allé alors j’étais très excité à l’idée de venir en Afrique du Sud. Ça va arriver, ce n’est qu’une question de temps. C’est malheureux, cela ne sera pas tout de suite même si j’avais hâte lorsque j’ai fait les interviews. Mais lorsqu’on viendra, je vais définitivement regarder les sites locaux. Je n’ai jamais fait de safari avant donc j’en ferai un, ça c’est sûr. J’ai hâte de rencontrer tous les fans, ce qu’on fait chaque fois qu’on voyage à des endroits où on ne va pas souvent. Et les fans sont excités, ils sont si passionnés, ils donnent de la voix pour les shows. Quand les fans sont à fond, tu peux dire que les catcheurs le sont aussi. La plupart du temps on est à fond dans le match, mais quand les fans sont plus bruyants, tu peux voir que ça ajoute un plus. S’ils sont vraiment fous, vraiment bruyants, tu peux voir que les catcheurs sont vraiment à fond, on se donne plus qu’à 100 %. Donc je sais que ce sera un show dingue, et j’ai hâte de voir les sites locaux.

Le mot de la fin devrait revenir à Drew. Drew pourquoi les gens doivent-ils se brancher sur Wrestlemania ce week-end ?

D.McI : Tout d’abord, je pense qu’ils doivent regarder parce que ce sera un Wrestlemania unique pour tous les fans, et pour ceux qui ne sont pas nécessairement fans de catch, qui sont bloqués à la maison et cherchant de quoi se divertir, nous amènerons un contenu original et unique. C’est ce dont je suis le plus fier ! Si vous n’avez jamais regardé de show avant, c’est le moment. La WWE a vraiment mis les moyens pour faire quelque chose de différent. Et puis, c’est sur deux jours donc ça occupe aussi votre dimanche si vous avez apprécié le samedi, vous pouvez en profiter aussi le dimanche. Alors appréciez WWE qui présente Mortal Kombat et surtout 19 ans de la destinée de Drew McIntyre, avec beaucoup de hauts et beaucoup, beaucoup de bas. J’étais au fond du trou, j’ai dû recommencer à zéro quand j’ai été viré, j’ai dû travailler pour remonter et tracer mon chemin jusqu’au Main Event de Wrestlemania pour le titre de la WWE contre Brock Lesnar. Je vais donner au monde une raison de sourire et gagner le titre de la WWE : le monde va s’arrêter. Assurez-vous de regarder !

Merci à la WWE de nous avoir permis de recueillir ces propos et merci à Drew McIntyre d’avoir répondu à toutes ces questions.

Traduction de l’interview réalisée avec l’aide de Louna Lavergne.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here