Du Grand-Bø au Grand-Bleu

1
Ligue 1

Décidément, l’étape française nous aura réservé bien des sensations, rebondissements et surprises. D’un jour à l’autre, la toujours bien présente incertitude du sport nous a finalement montré que tout peut toujours se passer et le biathlon ne déroge pas vraiment pas à la règle. Et c’est un dimanche Bleu-Blanc-Rouge que nous ont offert les deux mass-start.

Notre brouillon sur le triomphe de Johannes Bø en terre ennemie était déjà bien avancé. Il n’y avait plus qu’à attendre l’arrivée de la mass-start pour rajouter quelques superlatifs  dans le résumé de la course et de définitivement faire du Norvégien le grand favori de cette saison, le plus grand biathlète au Monde actuel. En effet, après la poursuite qu’il a écrasé de tout son long, de sa puissance, de son adresse et de son talent, rien ne semblait l’empêcher de réaliser la passe de trois, là même où, il y a quatre ans, il avait signé la première victoire de sa carrière. Mais c’était sans compter, mal nous en a pris, sur l’orgueil du Champion et que même les plus grandes machines sportives restent des Humains. Bø a failli par deux fois au tir, aujourd’hui, tandis que Fourcade a rendu une copie parfaite. Et la vitesse du Viking n’aura pas suffit pour combler son retard pris lors de ses 300 mètres supplémentaires. Il échoue à 4″ de la plus haute marche et voit sa progression ralentie dans son objectif de conquête du Maillot Jaune. De son côté, le Pyrénéen a montré tout son caractère de compétiteur en réussissant une prouesse mentale qui lui faisait défaut depuis le début de saison, symbolisée par son 20/20, dans une épreuve qui a la particularité d’avoir un départ groupé au starter, regroupant les 25 premiers du classement général et les cinq meilleurs de la semaine hors de ces 25. Erik Lesser, lui-même titré lors de la poursuite mondiale en 2015 et auteur de neuf podiums avant celui-ci, complète ce trio de champions, malgré son mètre soixante-dix.

jpg (21)
Carton plein pour l’Equipe de France en poursuite avec Martin Fourcade entre ses deux dauphins, Erik Lesser 3è et Johannes Bø, 2è (crédit photo IBU)

Peu de temps avant, c’est un autre cocorico qui retentissait dans tout le Massif et la Vallée des Aravis. Celui de la victoire de Justine Braisaz. La première de sa carrière. Quoi de mieux que celle-ci soit à la maison??? Ayant raté sa première balle lors d’une premier debout, elle a brillamment redressé la barre au suivant, bénéficiant également de nombreuses fautes dont les trois de Denis Herrmann alors en tête. A seulement 21 ans, l’Albertvilloise confirme toutes les attentes et ses cinq précédents podiums en Coupe du Monde, dont les deux derniers à Östersund qui lui avaient valu de porter le Maillot Jaune de leader du Général la semaine suivante. Forcément ravie à l’arrivée, la jeune française Française a profité de ces moments “magiques” dans une course où elle a réussi à se relâcher et d’une dernière boucle en guise de tour d’honneur, où elle prendra même le temps de prendre un drapeau tricolore. Ce fabuleux succès, acquis devant la surprise biélorusse Kruyko, auteure d’un 20/20 et Laura Dahlmeier, lui permet de revenir à seulement six petits points d’Anastasija Kuzmina. Et la fête n’a été que plus belle avec la sixième place d’Anaïs Chevalier, qui a donc pu prendre part au protocole. On peut néanmoins regretter sa faute lors du dernier tir qui l’a assurément privé d’un doublé en ce jour de gloire pour le biathlon français sur ses terres, si peu de fois visitées mais dont les performances des locaux et également, l’engouement populaire incroyable qui a transcendé tout le clan Bleu devraient pouvoir faire changer les choses et inciter la fédération internationale à ne pas attendre quatre ans pour repointer le bout des spatules dans les hauteurs d’Annecy.

La parenthèse hexagonale du biathlon aura bien été enchantée. Des résultats à la hauteur de l’engouement suscité auront accentué le sentiment de réussite et de succès de l’étape du Grand-Bornand. Le village haut-savoyard a prouvé que la Coupe du Monde peut revenir sur ses terres sans problème et que celui-ci saura le lui rendre à nouveau. Tout comme les biathlètes français, dont l’effervescence les aura portés plutôt que stressés. En attendant, le circuit prend une pause et sera de retour le 2 janvier pour les deux étapes-reines en terre allemande, Oberhof et Ruhpolding.

 

Sport en directMercato Football

1 COMMENT

  1. Oh oui oui oui ! C’était un week-end incroyable et dingue ! Ravie de vivre le biathlon en vrai et avec des français d’un tel niveau ! En tête le Géant Martin Fourcade juste monumental !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here