Merci Dirk, Merci Dwyane

Mardi 9 Avril 2019. Miami en Floride, Dallas au Texas. Deux lieux, deux histoires différentes, mais deux claps de fins simultanés. Deux joueurs, que dis-je, deux monuments de la NBA ont foulé le parquet de leurs équipes pour la dernière fois de leurs carrières respectives. Retour sur une nuit chargée d’émotions.

One Last Dance :

Commençons par ce qui était sûr, le dernier match de D-Wade à l’American Airlines Arena. Une nuit d’hommage à celui qui aura porté la franchise depuis sa draft en 2003 (malgré un crochet par Chicago et Cleveland). Une célébration du n°3 qui commence par une introduction faite par son fils, Zaire Wade, qui reprendra peut-être d’ici quelques années le flambeau familial dans la ligue. Un match que Dwyane Wade doit bien négocier pour sortir en beauté ; pour s’offrir une sortie digne de sa carrière. Si Kobe en avait passé 61 au Jazz pour son dernier match, Wade va lui en mettre 30 aux Sixers dans un match qui sera remporté par Miami.

Les hommes d’Erik Spoelstra ne disputeront pas les playoffs cette année, mais que nenni ce soir, on célèbre la légende de la franchise. Un joueur qui a été MVP des Finales en 2006, trois fois champion NBA, multiple All-Star et plusieurs fois dans les équipes All-NBA. Ça, c’est une légende. Meilleur joueur de l’histoire du Heat ? Meilleur joueur né à Chicago ? Notre réponse : Hall of Fame sans hésitations !

Bye Wunderkind :

”This is my last home game”. Voilà comment Mr.Dirk Nowitzki a annoncé officiellement la fin de sa carrière. Une phrase ponctuée par un match exceptionnel auquel aura assisté un American Airlines Center rempli d’émotions. Tout comme Dwyane Wade, Nowitzki conclut sa carrière NBA à domicile en claquant 30 points aux Suns devant son public. A la clé là aussi une victoire de l’équipe de celui qu’on célèbre, malgré la performance XXL d’un autre papy chez les Suns, Jamal Crawford, auteur de 51 points à 39 ans !

Là aussi les fans des Mavs vont pleurer le meilleur joueur de leur histoire. Un joueur venu tout droit d’Allemagne un soir de 1998 (dans un échange qui fera aussi venir Steve Nash), et qui aura tout connu avec la franchise du Texas. MVP en 2007, MVP des finales et champion en 2011, 14x All Star et 12x dans une équipe All-NBA. Au passage, il finit aussi 6e meilleur scoreur de l’histoire de la NBA, tous inscrits sous le maillot des Mavs. Là aussi, c’est Hall of Fame sans hésitations pour celui qui est peut-être le meilleur joueur européen de l’histoire de la ligue.

Deux joueurs qui mettent 30 points pour leur dernier match à domicile. Deux salles qui s’appellent Americna Airlines qui pleurent une légende. Deux futurs Hall of Famers. Destins croisés, carrières différentes mais un clap de fin à domicile le même jour, le Mardi 9 Avril 2019. Une date qui restera, à jamais, dans les mémoires de tout fan de basket reconnaissant la grandeur de ces deux joueurs. Respect.

A propos de l'auteur

Victime du ''Minnesota Miracle'' et du ''No-Call'', e come si potrebbe non amare i Knicks ? Je considère Drew Brees comme un dieu et le Sport US comme ma religion.

Poster un commentaire

ante. sem, consectetur justo dictum fringilla luctus venenatis