J1 – Imola 1994 : entre drame et tristesse

0
Ligue 1
Pendant 30 jours, la rédaction F1 va vous proposer une rétrospective sur un Grand Prix particulier. Que ce soit un GP des années 70 ou tout récent, toutes les générations vont y passer, avec un prisme différent à chaque fois. Des joies, des larmes, des tragédies, des intempéries … de nombreux événements ont marqué le monde de la F1 jusque là. Retour ce jour sur le Grand Prix d’Imola 1994 disputé le 1er mai. Ou quand un jour de fête s’est transformé en un Week-end noir. Retour sur ce week-end dramatique mais connu de tous.

Contexte pré GP

Vainqueur au Brésil et à Aida, Schumacher arrive au Grand Prix d’Imola 1994 en tête du championnat. Barrichello, Berger, Hill suivent tandis que Senna est dernier avec 2 abandons en 2 courses malgré 2 poles. Benetton, avec 20 pts, est leader du championnat devant Ferrari (10 pts) et Jordan (7 pts).
Benetton, annonce que Järvilehto – blessé dans les essais hivernaux – reprend son baquet aux côtés du Kaiser. Jos Verstappen est alors sans baquet. Andrea De Cesaris remplace chez Jordan Aguri Suzuki, qui lui même remplaçait Eddie Irvine – suspendu trois courses en raison de l’accident qu’il a causé au Brésil. Du côté de Senna, il se rend à Viry-Chatillon pour visiter les ateliers, les bureaux d’études et rencontre les ingénieurs. Ils discutent du supposé anti-patinage illégal qu’utiliserait Benetton. Si Renault peut contourner le règlement, il demande à Senna – nostalgique de McLaren, de battre Benetton sans tricher.

Journée du Vendredi

Essais Libres 1

Le vendredi, Ayrton Senna surclasse la concurrence reléguant son équipier Damon Hill à 1″157. Michael Schumacher, Gerhard Berger et Mika Häkkinen suivent à 1″250, 1″469 et 1″897. Cette séance d’essais libre est marqué par l’accident spectaculaire du Brésilien Rubens Barrichello au volant de sa Jordan Hart. A 225 km/h, le Brésilien décolle sur un vibreur dans la variante bassa, heurte le haut de la barrière de pneus et part en tonneaux. Rubinho, inconscient, est soigné par le centre médical et sera de retour le lendemain mais pas au volant.

Qualif 1

Ayrton Senna gagne la Q1 devant Michael Schumacher, Gerhard Berger, Jyrki Järvilehto et Nicola Larini suivant à 0″467, 0″565, 1″169 et 1″293.

Journée du Samedi

Essais libres 2

Lors de cette seconde séance d’essais libres, Ayrton Senna met Michael Schumacher à 0″117. Damon Hill, Martin Brundle et Karl Wendlinger suivent à 1″151.

Qualif 2

Cette séance de qualif est marquée par la mort de l’Autrichien Roland Ratzenberger au volant de sa Simtek. En effet, le rookie escalade le vibreur de la chicane d’Acque Minerali qui endommage son aileron avant. Il ne rentre pas aux stands et tente un tour chrono. Dans la Villeneuve curva, l’autrichien percute de face le mur et malgré l’état intact de la cellule de survie, le choc a 310 km/h lui provoque une fracture du crane mortelle. Il est le premier à mourir depuis l’italien Riccardo Paletti au Canada en 1982.

Le professeur Sid Watkins déclare que Senna a pleuré sur ses épaules et a demandé au Brésilien de ne pas courir le lendemain. Ayrton Senna lui rétorquas qu’il n’a pas le contrôle sur certaines choses et qu’il doit continuer. Les 40 dernières minutes de qualif sont annulées et Ayrton Senna a obtenu sa 65e pole devant Schumi, Gerhard Berger, Damon Hill et Jyrki Järvilehto.

Journée du Dimanche

Warm-up

Ayrton Senna enlève le Warm-up au volant de sa Williams-Renault. Son équipier Damon Hill suit à 0″582. Les Ferrari de Nicola Larini et de Gerhard Berger sont à 1″198 et à 1″705. Weindinger, 4è, se glisse entre les rossa à 1″325 du brésilien.
Durant ce dernier, Senna a adressé un message pour son rival Prost, consultant TF1 : “Before the beginning, a special hello to my… our dear friend Alain. We all miss you Alain” (Avant de commencer, un bonjour spécial à mon… à notre ami Alain. Tu nous manques à tous, Alain).

Premier départ et accident mortel de Senna

Au départ, les pilotes sont marqués par le drame de Barrichello et surtout de Roland Ratzenberger, Senna a gardé la tête devant Schumacher. Alors que son son équipier Järvilehto a calé sur la grille et s’est fait heurter par Lamy. La boite de vitesse de la Benetton a pris quasi le choc entier, Järvilehto ne l’a pas ressenti. Les pneus et débris ont volé ce qui a provoqué 3 blessés légers : des policiers tandis qu’un spectateur voit un pneu le frôler. La safety car intervient et 1 tour plus tard, Senna se crashe dans Tamburello et percute le mur à 211 km/h (il a ralenti pour passer de 306 à 211 km/h).

L’accident est mis au défaut de la colonne de direction qui a été réduite à la demande de Senna pour améliorer son confort. Une mauvaise soudure peut en être la cause. Sid Watkins et son équipe interviennent auprès de Senna alors que les pilotes rentre aux stands à faible vitesse. Larousse autorise Comas à quitter les stands ce qui lui vaudra une exclusion de la course. Si la Rai montre les images du soin, la BBC préfère montrer, au vu de la situation, des images du stands. Quelques dizaine de minutes plus tard, Senna est évacué de sa monoplace et héliporté en direction de l’hôpital de Bologne ou sa mort a été annoncé. A 14h55, soit 37′ après le drame, la course reprend.

Suite et fin de la course

Puis, Berger reprend la course en tête mais abandonne peu après ce qui profite à Häkkinen, Larini et Schumacher – qui ne lâchera plus cette place de leader. Par la suite, au tour 48, la roue arrière droite de la Minardi d’Alboreto se détache. 2 mécaniciens de Ferrari et 2 de Lotus, sont hospitalisés. Finalement, Michael Schumacher remporte la course devant Nicola Larini – signant son 1er podium et Mika Häkkinen. Sur le podium, le champagne n’est pas ouvert en hommage à Roland Ratzenberger et Ayrton Senna.

Post GP

Hommage à Senna :

Il est 18h40 quand la F1 a pleuré son brésilien, même si c’était officieux le docteur Maria Theresa Fiandri a annoncé officiellement la mort du brésilien. Après autopsie, son heure de décès est : 14h17, heure du choc ce qui signifie qu’il est mort sur le coup. 5 mai 1994, Ayrton Senna reçoit des funérailles nationales devant plus de 500 000 personnes. Alain Prost, son rival, Jackie Stewart, Emerson Fittipaldi, Gerhard Berger, Thierry Boutsen, Michele Alboreto, Rubens Barrichello et Roberto Moreno portent le cercueil. Max Mosley, président de la FIA, n’est pas présent car il est en Autriche pour les funérailles de Ratzenberger. A Monaco, les 2 premières places de la grille sont laissées pour vide et un drapeau de l’Autriche et du Brésil sont dessinés pour rendre hommage aux 2 pilotes.

Le Brésil remportait la coupe du Monde 1994. En hommage à Magic Senna, ils déploient avec écrit “SENNA… ACCELERAMOS JUNTOS, O TETRA É NOSSO!” est déployé (Senna, nous accélérons ensemble, le quatrième est à nous). Sacré clin d’oeil, car le Brésil a remporté sa 4è couronne mondiale et Senna visait son 4è sacre mondial.

Enquêtes

Des procureurs italiens accusent Frank Williams – propriétaire de Williams, Patrick Head – cofondateur de Williams, Adrian Newey – designer de la FW16, Fedrico Bendinelli -représentant de l’Autodromo Enzo e Dino Ferrari, Giorgio Poggi -directeur du circuit et Roland Bruynseraede -directeur de course, d’homicide involontaire envers la personne d’Ayrton Senna. Le 16 décembre 1997, les 6 hommes ont été blanchis mais la cour fait appel. Le 22 novembre 1999, l’appel a blanchit Newey et Head car aucune preuve est disponible étant donné que la vidéo de la caméra embarquée a été arrêté durant 1″6. En janvier 2003, la cour de cassation annule cet appel en vertu de l’article 530. Head et Newey ont été relaxés définitivement le 27 mai 2005, soit 11 ans après la mort de Magic Senna.

Rapport de l’accident

Ayrton Senna est donc mort des suites d’une rupture de colonne de direction provoquant le détachement du triangle supérieur de la suspension avant heurtant la visière du casque. Ce choc aura entraîner des lésions irréversibles au cerveau et une forte hémorragie cérébral.

Incendie chez Pacific Racing

Afin de clore ce WE, l’écurie britannique Pacific Racing est victime d’un incendie sur son bus. Les PR01, ne sont pas endommagés et seront au départ du GP de Monaco.

Si ce Grand Prix d’Imola 1994 a été triste, il aura montré le risque et le courage que prennent les coureurs afin d’effectuer ces tours devant de nombreux (télé)spectateurs. Vergessen wir nicht Roland Ratzenberger. Não vamos esquecer Ayrton Senna. N’oublions jamais ces pilotes. 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here